Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 14:58

 

Les élections municipales d'hier montrent une profonde évolution du paysage politique bourgeois hexagonal, ou plutôt une poursuite radicale de l'évolution entamée il y a déjà plusieurs années : en fait, il n'est pas vraiment possible de parler de "séisme politique", sauf dans quelques endroits précis (Marseille), de par le caractère ATTENDU de ce qu'il s'est passé.

Les trois grandes résultantes de ces élections sont (à peu près tel que nous l'avions prévu) :

1°/ Un vote SANCTION impitoyable pour la gauche bourgeoise au pouvoir, avec la perte dès le premier tour de bastion historiques comme Niort (Poitou), une défaite annoncée dans de multiples autres villes et le cas terrible de Marseille, où le PS avait jeté toutes ses forces dans la bataille (y voyant la grande ville non pas à conserver, comme Paris ou Lyon, mais à conquérir).

2°/ La poursuite de la montée continue de l'abstention, qui frôle désormais les 36% - voire 37 ou 38 selon les sources (27% en 1989, 30% en 1995, 33% aux dernières élections en 2008) [chiffres définitifs : 36,45%]. Nous avons déjà dit et répété ne pas sacraliser l'abstention, reflet selon nous d'une psychologie politique tout autant propice à la conscience révolutionnaire qu'à la dérive fasciste ou à l’apathie-résignation stérile. Mais nous notons la tendance, de surcroît dans des élections plutôt réputées "résister" (comme la présidentielle) au phénomène. À l'abstention proprement dite il faut ajouter les bulletins blancs ou nuls, beaucoup plus significatifs car montrant un rejet actif de l'offre politique en présence  : 5,5% des "votants" contre 4% en 2008 et 4,9% en 2001 (!) ; ainsi que les personnes même pas inscrites sur les listes électorales, que l'on estime désormais à près de 15% de la population majeure. Autrement dit, le "peuple qui vote" ne représente d'ores et déjà qu'à peine plus de la moitié des masses populaires... Vive la représentativité de "nos" élus (et de l'offre politique en présence) !

maxnewsworldthree4547343°/ Enfin, bien sûr, les résultats triomphaux du Front National - Rassemblement Bleu Marine. En apparence, au niveau hexagonal, il réalise le score ridicule de 4,6%. Mais c'est qu'il n'était en fait présent (et nous reviendrons sur cette question) que dans moins de 600 communes sur plus de 36.000, pour une population d'environ 20 millions de personnes soit moins d'un tiers de la population "française". Il faudrait donc déjà par "projection" multiplier ses scores par trois [c'est à peu près cela : aux résultats définitifs il aurait recueilli un peu plus d'un million de voix + 26.000 pour les autres extrême-droites (principalement les bompardiens du Vaucluse), en étant présent "pour" 20 millions de personnes soit une estimation de 9 millions de votants (il y a eu au total 29 millions de votants pour 66 millions de personnes en Hexagone) ; ce qui nous fait environ 12% soit l'ordre de grandeur des législatives]. Là où il est présent, ses résultats sont impressionnants et il fait tout simplement la course en tête dans plusieurs dizaines de communes (rappelons qu'au deuxième tour, s'il y a plus de deux listes en présence, il n'y a pas besoin de 50% pour gagner !) : pour ne citer que les plus importantes ou emblématiques, Béziers (Robert Ménard, 45%), Fréjus (David Rachline, 40%), Forbach (Florian Philippot, 35%), Perpignan (Louis Aliot, 35% environ), Avignon (Philippe Lottiaux, 30%), les villes "siamoises" languedo-provençales de Tarascon (Valérie Laupies, 39%) et Beaucaire (Julien Sanchez, 33%), Saint-Gilles (dans le Gard, Gilbert Collard, 42%), Brignoles (Laurent Lopez, 37%)... Et puis bien sûr, cela n'aura échappé à personne, dans l'emblématique Hénin-Beaumont, Steeve Briois est élu dès le premier tour avec un peu plus de 50% (nous y reviendrons aussi) ; tandis qu'à Marseille, la mairie est d'ores et déjà promise au vieux cacique UMP Jean-Claude Gaudin (connu au demeurant pour ses fricotages avec le Front dans les années 1980), mais le FN (Ravier), avec 22%, passe devant le PS de Patrick Mennucci dont il balaye définitivement les chances, dans une sorte de "mini-21-Avril". Le Front National arrive aussi en deuxième position dans d'autres villes comme Nîmes (Yoann Gillet 22%, devant la gauche à moins de 15%) ; les tristement célèbres Toulon (droite d'Hubert Falco élue au premier tour mais FN de Jean-Yves Wauquet à 20% devant la gauche à 10%) et Vitrolles, fief des Mégret de 1997 à 2002 (FN deuxième avec 24,4% mais cette fois la gauche est en tête avec 33,5%), villes que l'on aurait pu croire "vaccinées" par la désastreuse gestion d'extrême-droite qu'elles ont connue ; la Seyne-sur-Mer (voisine de Toulon, 26,3% derrière la gauche à 29%) ou encore Nice, où Christian Estrosi caracole en tête avec 45% mais Marie-Christine Arnautu (15,6%) devance le PS Patrick Allemand (15,25%). Dans cette dernière ville se présentaient également une liste FN dissidente ("Indignés du FN" de Michel Cotta, 0,5%), l'ancien maire ex-FN ex-UMP Jacques Peyrat avec notamment le soutien du Parti de la France de Carl Lang (3,7%) et l'identitaire Philippe Vardon (4,5%) ; soit finalement quatre listes d'extrême-droite totalisant plus de 24%. En terme d'extrême-droite hors-FN (et "gratinée" pour le coup), la liste d'Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti (Œuvre française/ Jeunesses nationalistes) réalise également 11,5% à Vénissieux (60.000 habitants, banlieue de Lyon) ; où le FN n'a finalement pas réussi à présenter de liste (et a tenté de faire interdire celle du "parasite" Benedetti...).

Néanmoins, au niveau hexagonal, c'est la droite UMP et apparentée qui réalise un "carton" avec 46,5%, sans doute un de ses plus hauts scores historiques.

Quels sont les enseignements que l'on peut tirer de ces élections ? Ils sont de deux sortes.

ENSEIGNEMENTS AU PLAN GÉO-SOCIOLOGIQUE : on distingue non pas deux "Frances", comme se plaisent et se plairont à le rabâcher les commentateurs FN ou ultra-réactionnaires à la Zemmour en se basant sur les thèses du documentaire "La France en face" (qui ne font en réalité que confirmer les nôtres), mais plutôt QUATRE aux comportements politiques bien distincts.

- La "France" des "métropoles mondialisées" avec Paris bien sûr, Lyon (où la participation progresse même carrément, peut-être un des seuls cas en Hexagone), Lille, Nantes, Toulouse etc. etc. (Marseille étant un cas très particulier de "métropole périphérisée") ; où rien ne semble avoir changé depuis 2001 : (très souvent) mêmes têtes (ou alors les "dauphin-e-s"), mêmes rapports de force, mêmes enjeux, (relativement) bons scores de la "gauche radicale" et (surtout) des écologistes, etc. La "métropole mondialisée" azuréenne (de Cannes à Menton en passant par Nice) reste également fidèle à elle-même ; courants les plus réactionnaires de l'UMP et extrême-droite (plus plurielle qu'ailleurs, comme on peut le voir à Nice) se partageant le paysage politique (typique vote ultra-droitier métropolitain et bourgeois que l'on retrouve par endroit en région parisienne ou dans d'autres villégiatures huppées, à bien différencier du vote FN populaire ci-dessous).

- La "France" des ghettos urbains : c'est le territoire des très forts taux d'abstention ou de carrément non-inscrits ; et du caciquat politique en mode clientéliste pour ceux/celles qui votent (clientélisme généralement de "gauche" mais parfois aussi de droite, comme longtemps Serge Dassault à Corbeil-Essonne). Le Front National y est faible : forcément, la majorité de la population est constituée de ceux/celles qu'il stigmatise en permanence, immigrés et descendants, "racailles" et "assisté-e-s". Les votes "gauche radicale" et écolo y sont faibles également, car les personnes qui votent votent "utile". Pour ce qui est des listes "issues des quartiers" que nous avions évoquées, là où elles sont présentes, elles connaissent le même phénomène et ne font guère mieux : ainsi "Toulouse en Marche" d'Ahmed Chouki n'a récolté que 1,8% dans la capitale d'Òc, très en dessous des "Motivé-e-s" de 2001 qui avaient fait 12,5% - mais c'était une autre époque et déjà, ils n'avaient pas forcément "cartonné" dans les ZUP mais plutôt dans les milieux étudiants ou bobos centrurbains, bercés par le célèbre "tube" de Zebda. Dans la situation de crise profonde que nous traversons, les personnes des "quartiers" qui daignent se déplacer ne votent pas pour "se faire plaisir" mais pour des "valeurs sûres" qui mèneront une politique perçue comme "plus favorable", ou en tout cas non-hostile à leurs quartiers.

- Les périphéries rurales profondes : c'est le domaine des petites communes (moins de 5.000 habitants) dont les états-majors parisiens, il faut le dire, n'ont pas grand-chose à faire (y compris voire surtout le FN qui est totalement dans une stratégie de "coup d'éclat") ; bien que mises ensembles on arrive peut-être à un bon tiers de la population ; ces communes avec leurs candidatures "sans étiquette" de petits "notables" locaux et/ou "vouées" sociologiquement à un "divers gauche" ou un "divers droite", mais où très souvent les considérations de personnes ("c'est un bon maire") ont une certaine importance ; où très souvent aussi la population se divise entre "le clan du maire" et celui de son opposant, etc. etc. L'abstention n'y est pas particulièrement élevée car les personnes âgées, réputées "civiques", y sont nombreuses ; mais une étude par tranche d'âge révèlerait peut-être une "fracture générationnelle" à ce niveau-là. Contrairement à une idée reçue tenace, le FN y est traditionnellement très faiblement implanté et même s'il monte comme partout ("dédiabolisation" oblige), c'est en conservant ce retard historique. Dans les petites communes (aux municipales), il fait même souvent 0% vu qu'il n'est tout simplement pas présent. Il est même absent de communes beaucoup plus importantes comme Mende (12.000 habitants, chef-lieu de département) en Lozère, Millau (21.000) au pied des Grands Causses, ou carrément Tarbes en Bigorre (43.000 !) : en fait, on s'émeut de ses scores impressionnants dans certaines villes, mais le FN ne se présente tout simplement pas là où il n'a aucune chance de faire "du gros score" ! Dans une ville occitane typique de ces territoires, Rodez (24.000 habitants environ), la liste "divers droite" qu'il soutenait (Matthieu Danen) ne récolterait que 11% des suffrages... En péninsule bretonne, repaire des "abominables" Bonnets rouges qui étaient, à en croire certains, l'une des pires manifestations fascistes de ces dernières années, le FN est à son niveau le plus bas de l’État français, ne dépassant jamais les 10% là où il est présent. L'un des principaux chefs de file du mouvement, Christian Troadec ("régionaliste" sur une ligne sociale-libérale de centre-gauche), est confortablement réélu dès le premier tour dans son fief de Carhaix (avec près de 66%).

- Enfin, la "France" des "périphéries des Centres". C'est le domaine du fort voire très fort vote FN, ce que nous avions déjà évoqué en mettant en parallèle cette carte des "fragilités sociales" et celle du vote Marine Le Pen à la présidentielle 2012. Comme nous l'avions dit, on y voit clairement le fort vote frontiste entourer les zones blanches de la carte (zones de forte "inclusion", "métropoles mondialisées") et non occuper les zones d'un bleu profond (zones d'"exclusion", fortement reléguées-périphérisées, y compris les taches bleues dans le blanc qui sont les ghettos urbains). Ainsi, contrairement à ce que peut affirmer un Éric Zemmour (et peuvent répéter d'autres jusqu'au mouvement "communiste"), le vote Front National n'est pas un vote périphérique mais un vote de personnes coincées entre Centres et Périphéries, entre "inclusion arrogante" et "exclusion qui fait peur" (peur de ses "agressions" et peur d'y tomber à son tour) ; ce qui est la sociologie historique du fascisme à discours "social" et se retrouve, naturellement, dans les données socio-géographiques...

                 

C'est notamment le cas, en Occitanie, de la "ceinture frontiste" vallée du Rhône - pourtour méditerranéen - axe Narbonne-Toulouse-Bordeaux (à l'exclusion nette de ces deux métropoles) ; là où le FN est le plus souvent arrivé en tête hier ; mais l'Occitanie "profonde" (zones alpines, pyrénéennes et Massif "central"), où (soit dit en passant) la conscience "régionaliste" occitane est la plus présente, vote peu FN. On peut classer dans ces "périphérie des centres", par assimilation, la "métropole ghettoïsée" marseillaise où, on vient de le dire, le FN passe devant le PS ; c'est aussi le cas de la "ceinture FN" qui borde les frontières Nord (comme Hénin-Beaumont) et Est du pays, "périphérie proche" des métropoles parisienne, lyonnaise et de la "colonne vertébrale" européenne (Bénélux-Allemagne-Suisse).

On retrouve cela dans les études "sociologiques pures" du comportement électoral, comme le montre la carte ci-dessus : le vote Le Pen le plus élevé (35,8%) se trouve chez les ouvriers NON-PRÉCAIRES, ce que les marxistes appellent classiquement l'"aristocratie ouvrière" et qui formait le gros de l'électorat Mitterrand et Marchais en 1981 (mais aussi des "jaunes" militant "syndicat maison" et votant à droite), alors qu'il retombe à 22,4% chez les ouvriers précaires (qui votent à plus de 50% à gauche... pour ceux/celles qui votent), c'est-à-dire le "vrai" prolétariat. L'électorat FN est clairement moins précaire qu’apeuré de le devenir ; un de ses terreaux les plus fertiles est la peur du déclassement. 

carte-france-premier-tour-0h45-11123811tdjfw

ENSEIGNEMENTS POLITIQUES : le principal, nous l'avons dit, est le "triomphe" électoral du FN sur lequel nous allons nous pencher plus en détail.

Le FN/Rassemblement Bleu Marine, nous l'avons donc dit, peut considérer ce premier tour des municipales comme un grand succès, et sortira sans doute gagnant dimanche prochain dans plusieurs villes (comme déjà à Hénin-Beaumont). Pour autant, sans céder d'un pouce à l'aveuglement "confortable", nous considérons qu'il n'est pas encore vraiment au seuil du pouvoir et même que, seul et sans changement de sa part (ce qui revient au même), il ne le sera peut-être jamais. Car il lui manque quelque chose.

Que manque-t-il au FN de Marine Le Pen ? Prenons les choses dans l'ordre.

Un parti pouvant prétendre au gouvernement, comme le PS et l'UMP actuellement, est un parti qui réalise (éventuellement et même souvent en alliance) entre 25-30% et 45-50% des suffrages aux élections réellement représentatives du tissu politique et militant, à savoir les législatives et les municipales. À ces municipales, on l'a dit, le FN ne gagne finalement "hexagonalement" que 4,6% des voix, que l'on peut extrapoler autour de 15% en ne tenant compte que des électeurs qui avaient un bulletin FN dans leurs possibilités de choix. L'ensemble de la droite (UMP, UDI, Modem, divers), on l'a dit, a totalisé 46,5 % et la gauche (PS, radicaux, écologistes, Front de Gauche et divers) un peu moins de 38%. Au premier tour des législatives de juin 2012, le PS avait obtenu 29% des suffrages et le total des gauches soutenant Hollande (sans le FdG donc) un peu moins de 40%, l'UMP 27% et le total des droites "républicaines" 35%, tandis que le FN (présent pour le coup à peu près partout) avait recueilli 13,6% des bulletins. On peut donc estimer autour de 15% le nombre d'électeurs qui manquent au parti fascisant pour réellement mettre en danger le "système UMPS" qu'il dénonce. En réalité, ce qui manque au Front National ce sont trois choses :

- Un véritable réseau de notables qu'il cherche justement à se constituer avec sa stratégie de "dédiabolisation" depuis 2010, son "ouverture à la société civile" à travers le Rassemblement Bleu Marine, les Collard, Ménard etc. ; lui permettant de "mailler" réellement tout le territoire hexagonal ce qui, on le voit clairement avec ces municipales, est loin d'être le cas. Mais voilà : les territoires ont une sociologie à laquelle s'ajoute (c'est très important, sauf pour les "marxistes" mécanistes et abstraits) une histoire ; et une sociologie et une histoire cela veut dire une "psychologie politique". N'y aura-t-il pas des psychologies politiques locales irréductiblement hermétiques à toute véritable implantation lepéniste ? Nous pensons clairement que oui. Un autre problème, comme l'ont montré notamment les expériences de Marignane et Orange, c'est que lorsque les élus FN se "notabilisent" ils ont également tendance à se "pragmatiser" (sans pour autant modérer leurs idées), et à s'éloigner de la posture "antisystème-seuls-contre-tous" que maintient la direction du parti [ces deux cas intéressants montrent une gouvernance d'ultra-droite qui s'est inscrite dans la pérennité : à Orange on l'a dit, Jacques Bompard est réélu dès le premier tour avec près de 60% (tandis qu'à Bollène toute proche, avec 49%, son épouse élue maire en 2008 devra passer par un second tour de "formalité", gagné d'avance) ; à Marignane en revanche, Daniel Simonpieri (passé au MNR mégrétiste en 2001 puis... à l'UMP en 2008) est tombé devant le divers droite (UMP dissident) Éric Le Dissès en 2008 (réélu au premier tour avec 52% dimanche, le FN fait 17,8%) puis s'est effondré sous les affaires (favoritisme, fausses factures et emplois fictifs) en 2011, mais enfin il est tout de même resté 13 ans au pouvoir]. 

- Des alliances et c'est très clairement, au contraire d'autres forces d'extrême-droite en Europe, un gros handicap pour lui : après quelque rapprochements esquissés dans les années 1980, puis les tentatives de 1998 dans les conseils régionaux (vite avortées et suivies de la scission-expulsion de Mégret qui en était le principal instigateur), un "rideau de fer" s'est abattu entre le Front et la droite dite "républicaine", les uns et les autres rejetant catégoriquement toute alliance, ce qui persiste encore largement aujourd'hui. C'est pourquoi pendant toute cette semaine jusqu'au deuxième tour, il faudra scruter très attentivement les "ouvertures" et autres "mains tendues" en ce sens de part et d'autre. Depuis 2012 déjà, l'abandon par l'UMP de Copé de la ligne de "front républicain" (désistement systématique au profit de la gauche, et réciproquement, en cas de risque de victoire FN dans une commune ou une circonscription) constitue un précédent historique fondamental. Car la réalité est qu'il n'y aucun exemple dans l'histoire de "France" d'instauration d'un régime fasciste par un parti monolithique et isolé, "seul contre tous" comme le NSDAP en Allemagne. Si l'on considère sans rentrer dans les détails les cas de 1940 (Pétain) et de 1958 ("coup de force" de De Gaulle, le régime instauré étant "édulcoré" par la prospérité économique de l'époque), le régime d'"exception" a été instauré sur la base d'une très large combinazione de forces politiques, allant dans les deux cas jusqu'à la "gauche" de l'époque... Nous voyons mal comment cela pourrait se passer autrement la prochaine fois (s'il y en a une).

- Enfin, on l'a dit, très simplement et mathématiquement (par soustraction), il manque au FN une portion du corps électoral que l'on peut estimer autour de 15% (sur, on l'a dit aussi, des élections d'implantation durable et non des élections de "coup d'éclat" comme peuvent l'être la présidentielle, les européennes, les régionales etc.). Nous avons déjà identifié socio-géographiquement les secteurs populaires où le FN est implanté et se développe : ni trop centrurbains ni trop ruraux, ni bien sûr cités-ghettos que le Front désigne comme des territoires ennemis. Sur le plan socio-politique, l'une des stratégies (pas la seule) du FN, qui est peut-être en passe d'avoir réussi, est d'occuper les secteurs sociaux qui formaient l'électorat du PC de Georges Marchais dans les années 1980. C'est en réalité très clairement sa stratégie depuis plus de 20 ans, depuis la "Chute du Mur" et de l'URSS ; stratégie que cherchait notamment à contrer la ligne "national-social-républicaine" du PC autour de dd188e86a117354976f023e53c161c5acadf39b9Pierre Zarka et (déjà) Alain Soral, avant d'être écrasée par la ligne social-démocrate de Robert Hue en 1993-94. Le moins que l'on puisse dire est que cette stratégie a plutôt bien réussi, tout comme l'autre qui était la récupération de l'électorat populaire de droite déçu par l'abandon de la ligne très "gaulliste" et souverainiste du RPR de Chirac à ses débuts. Le problème, c'est que c'est aussi cette ligne qui a provoqué pratiquement toutes les scissions et les départs du parti frontiste depuis 1999 (Mégret), avec des figures historiques comme Jacques Bompard (seul maire élu en 1995 encore en place, réélu au premier tour avec près de 60%), Carl Lang, Martine Lehideux, Martial Bild, Robert Spieler, Jean-François Touzé, Guillaume Peltier qui a finalement atterri à l'UMP pour y fonder le courant "Droite forte", etc. Tous ces "dissidents" reprochent au FN des choses très différentes, pour ainsi dire tout et son contraire (trop d'isolement ou au contraire trop d'intégration au "système", trop d'atlantisme ou d'européisme ou au contraire trop de "national-souverainisme", discours "immigrationniste" d'Argenteuil ou "programme économique à la Mélenchon") mais ont finalement, si l'on cherche bien, un dénominateur commun : le REFUS DU "PLÉBÉIANISME" assumé depuis plus de 20 ans par Le Pen père et aujourd'hui sa fille. En réalité, ils représentent ce que prophétisait déjà en 1997 (au sujet de la stratégie lepéniste) Henry de Lesquen, ex-UDF très réactionnaire, fondateur du think tank "national-libéral-conservateur" de l'Horloge et (accessoirement) dirigeant actuel de Radio Courtoisie : "il y a un électorat qui attend quelque chose, un électorat plus bourgeois, moins populaire, moins focalisé sur l'immigration, plus attaché aux libertés économiques que celui du Front national", pour lequel il faudrait que "le Front national cesse d'être un parti de contestation fixé sur le nationalisme" ; un électorat - comme typiquement les lecteurs de Valeurs Actuelles, en somme - que Lesquen estimait alors à... 15%, soit précisément ce que nous estimons manquer au FN aujourd'hui. CQFD ; ceci rejoignant le problème susmentionné du réseau de notables (comme vous l'aurez remarqué, les trois problèmes sont étroitement liés).

Le Front National, groupusculaire à sa naissance dans les années 1970 et encore au début des années 1980, a suivi une stratégie qui lui a fait conquérir des secteurs sociaux considérables : en fin de compte, il a occupé l'espace politique laissé vide par l'effondrement du PCF de Marchais et le virage plus centriste et/ou libéral et européiste de l'ancien RPR. Mais il s'est considérablement coupé d'autres : des secteurs plus aisés et éduqués (à la ville comme à la campagne, à Paris comme en "province"), plus CENTRAUX (ou "centrisés") en définitive, qui demandent plus de "responsabilité", de "réalisme" et de "pragmatisme" à un parti politique pour lui accorder leur confiance. Et il n'est pas dit qu'il puisse facilement faire machine arrière. Or, en dernière analyse, dans un système BOURGEOIS, ce sont bien de tels secteurs sociaux BOURGEOIS qui sont finalement décisifs ! Par ailleurs, et pour briser une vieille "légende urbaine" (d'analystes bords-de-Seine en l'occurrence), il n'y a pas que des gens d'un "certain niveau de vie et de diplôme" qui soient ainsi rétifs au discours Le Pen : dans les "périphéries profondes" urbaines comme rurales, même sans forcément saisir la nécessité révolutionnaire, le "bon sens" ouvrier ou paysan de beaucoup de personnes voit bien que le programme du FN c'est tout et son contraire, l'incohérence voire le nihilisme total (du genre "on sort de l'euro et de l'UE" - tout en restant dans le capitalisme bien sûr - et "après on verra"), que l'on ait une vision capitaliste libérale, keynésienne, "humaniste chrétienne", républicaine sociale ou socialiste de la société "idéale"... Le FN mobilise sur l'irrationnalité de gens pris entre villes et campagnes, entre Centres et Périphéries, absolument coupés de tout y compris du "bon sens paysan" conservateur qui, là où il est présent, donne des scores frontistes relativement faibles.

Pour le moment, il y a des scores "coups d'éclat" (ce qui était précisément le but recherché) du Front National et la tentation de crier au loup, de céder à la panique ; mais en réalité qu'en est-il vraiment ?

7766775647 robert-menard-ici-le-6-juin-2013-est-au-coude-a-Laissons de côté deux minutes (non, à bien y penser, plutôt définitivement) cette autre vieille légende urbaine (de droite) tenace, entretenue depuis les législatives à la proportionnelle de 1986 (que la droite avait remportées confortablement), selon laquelle le FN serait une "créature de la gauche pour empêcher la droite de gagner". Tous les faits démontrent le contraire. Hormis les dernières années du mandat Sarkozy (où forcément, avec une campagne signée Patrick Buisson suivie d'une politique avec Borloo, NKM, Kouchner etc. il allait y avoir des déçus...), c'est toujours sous les gouvernements de gauche (1981-86, 1988-93, 1997-2001 et aujourd'hui) que le Front National progresse et accumule des forces. Lorsque la droite est au pouvoir, sa progression se tasse voire carrément s'infléchit ; en 2007, cinq ans de politique sécuritaire sarkozyste l'avaient mis à son plus  bas niveau depuis au moins 20 ans (mis à part la crise de la scission Mégret en 1999). C'est un candidat PS, Lionel Jospin, qui a été éliminé par Le Pen au premier tour de la présidentielle en 2002, offrant ensuite un score de 82% à la droite (Chirac) au second. Et c'est bien de Jean-Claude Gaudin, UMP, que le FN passant devant Mennucci à Marseille est en passe d'assurer la réélection triomphale ; tandis qu'à Hénin-Beaumont, où Steeve Briois est élu dès le premier tour, la liste divers droite plus ou moins UMP-UDI récolte moins de 4% : il est évident que Briois a su s'imposer comme la droite locale (un proche du candidat divers droite reconnaît d'ailleurs ouvertement ses "qualités" !) et que le "peuple de droite" n'a aucune difficulté à voter FN lorsque c'est la seule "alternative crédible" au PS !

Lorsque le FN monte, la droite joue les victimes, comme encore Copé et compagnie en ce moment, du haut de leurs presque 47% et de leur victoire quasi-assurée dans des centaines de villes importantes, peut-être même à Paris. Mais la réalité, c'est que le FN sert surtout à la droite pour dire que "la gauche a perdu l'électorat populaire" etc. etc. ; c'est-à-dire pour bien imprimer dans le paysage politique, après la "mort du communisme", celle de la social-démocratie ; et se poser ensuite en recours, en dernier rempart de dirigeants "responsables" contre l'"extrémisme alimenté par la politique de la gauche". Il ne s'agit pas là de dire que le FN est un "épouvantail" sans réalité ou un "complot" de la droite UMP, mais simplement de constater dans les faits quelle est l'attitude de l'UMP vis-à-vis du phénomène frontiste, que son discours réactionnaire "décomplexé" n'alimente sans doute pas moins que les trahisons et l'amateurisme des sociaux-démocrates. Très prosaïquement, un FN qui "remplace" le PC de Marchais dans ses anciens bastions sociaux et géographiques, c'est un PS qui ne gagnera jamais plus une élection "nationale" sinon par accident, car si le FN décide finalement de s'allier ou de reporter ses voix sur quelqu'un, ce ne sera sûrement pas sur le PS et ses alliés, contrairement au PC d'autrefois. Mais cela, on l'a dit, le coupe irrémédiablement d'un électorat plus aisé-éduqué-"responsable" tout aussi important (c'est bien pour cela que le PC n'avait jamais eu la moindre chance d'arriver au pouvoir seul par des élections, ni même jamais vraiment fait plus de 20%). Dans les secteurs qui, en revanche, formaient l'électorat populaire du "RPR de Cochin", l'UMP sait que le pragmatisme l'emportera généralement et qu'elle sera toujours préférée aux "socialos" (perçus comme l'antichambre de la Corée du Nord). Et en attendant, avec son discours "décomplexé", ses Copé et ses Peltier [l'un et l'autre sont d'ailleurs triomphalement élus dès ce premier tour, le premier avec 64,3% à Meaux (Brie, Île-de-France) et le second avec 61,84% dans la petite bourgade de Neung-sur-Beuvron (1.250 habitants) en Sologne (près d'Orléans)], elle capitalise les "15% de Lesquen", quitte à ce que ce soit un vote "faute de mieux" !

6325265-municipales-a-marseille-un-sondage-donne-le-fn-devaLe véritable paysage politique hexagonal actuellement, il est là. Il suffit d'ouvrir les yeux (à moins d'être aveugle) pour se rendre compte de l'atmosphère ultra-réactionnaire/fascisante dans laquelle nous baignons. Le FN à son niveau actuel en est une manifestation, mais PAS LA SEULE. Il existe un puissant courant fasciste en Hexagone et il est devenu pluriel, comme l'était devenue l'extrême-droite des années 1930, qui ne se résumait plus du tout au seul national-royalisme anti-républicain de l'Action française. Mais jamais il n'y a eu et jamais il n'y aura de régime fasciste en "France" sans le renfort essentiel du puissant tissu socio-politique ultra-conservateur qui structure le "pays profond" depuis des générations ; et même (comme Vichy et 1958 l'ont montré) sans celui d'éléments réactionnaires venus de la "gauche". C'est pourquoi selon nous, et nous le dirons ici clairement, le discours le plus dangereux qui se développe en ce moment n'est pas "j'en ai marre de tous ces cons, je vote FN"  mais, chez des gens accordant plutôt leurs suffrages à l'UMP, "en quoi est-il plus abominable de nous allier avec le FN que les socialistes avec les communistes ?" ("aux 100 millions de victimes" rajouteront-ils généralement)... discours que l'on entend ou lit de plus en plus fréquemment sur la Toile et dans la vie de tous les jours. Tel est le véritable grincement des portes du pouvoir s'ouvrant devant le Front. Le FN n'arrivera jamais au pouvoir si on ne lui en ouvre pas les portes, c'est aussi simple que cela... et les portes en question ne s'ouvrent que de l'intérieur !

Le FN et l'extrême-droite activiste en général prennent place dans un dispositif qui se construit petit à petit, sans résumer ce dispositif à eux-seuls. Un dispositif complexe dans lequel il n'est pas vraiment possible de dire d'où viendra le coup décisif (et "l'homme providentiel" qui le portera). Ce qui est certain, c'est que se ranger béatement derrière la bourgeoisie "républicaine" de "gauche" comme de droite face à l'épouvantail FN, comme y ont appelé pour le deuxième tour de prétendus "maoïstes", c'est JUSTEMENT tomber dans le premier et plus terrible piège de ce dispositif. De tous les régiments de l'ennemi de classe, le FN est sans doute le plus féroce ; mais la riposte contre les ennemis du peuple doit être POPULAIRE et AUTONOME : on ne s'allie pas à des ennemis contre d'autres, fussent-ils "plus terribles" !!!

Pour le reste, ce scrutin de dimanche montre (et confirme) la tendance à l'effondrement de la "gauche de la gauche" : après Laguiller puis Besancenot, la baudruche Mélenchon s'est dégonflée à son tour. C'est absolument logique, puisque ce que les uns comme les autres ont voulu faire c'est occuper "mécaniquement" l'espace politique du PCF du Programme Commun (Mélenchon ayant à la rigueur plus de légitimité à le faire, puisqu'il s'est allié au PC himself). Le problème, c'est que cet espace politique n'existe plus. Le terreau socio-politique sur lequel reposaient les scores du PC de 1980 ou 1985 a été capté par le FN, car son niveau politique et culturel était celui-là (soigneusement entretenu par le "produisons français", le populisme "social"-patriote et le légalisme républicain à outrance) ; ou alors il s'est réfugié dans l'abstentionnisme, mais il ne pense en tout cas absolument pas se tourner vers une "gauche radicale" perçue comme centrurbaine, étudiante, bobo, "privilégiée" (fonctionnaires et salariés publics). Le champ politique maximal de cette dernière, ce sont donc (au niveau hexagonal) les 13-14% recueillis par Hue, Besancenot et Laguiller additionnés en 2002 : des milieux d'ores et déjà conscientisés très-à-gauche, militants, syndiqués (travailleurs ou étudiants) ou sous cette influence politique-là, et les "anciens" jusqu'au-boutistes du PC (c'est ainsi que dans les classes populaires urbaines, plus on est âgé plus on vote et on vote à gauche, tandis que les jeunes sont beaucoup plus fortement abstentionnistes ou FN). Tel est le "peuple gauche-de-la-gauche" d'aujourd'hui. De surcroît, au niveau municipal, le PC qui pense à garder des élus voire des fauteuils de maire a pris ses distances avec la posture d'opposition radicale au PS de Mélenchon, provoquant la colère de celui-ci et (surtout) favorisant les piteux résultats enregistrés. Le "communisme municipal" est de toute façon porté à bout de bras par le PS depuis au moins 20 ans, donc forcément, si celui-ci s'effondre...

Et puis, pour les personnes réellement "radicales" ayant une perception minimum de la nature de l’État, il y a une contradiction évidente entre vouloir "changer radicalement les choses" et postuler à la gestion de la dernière courroie de transmission de l’État capitaliste : cela a forcément dû en conduire beaucoup à l'abstention.

L'abstention a vraisemblablement (comme en 2002) concerné surtout des électeurs de gauche, marquant par là leur déception sans aller jusqu'à changer de bord ; de même qu'une abstention principalement de droite (ou des passages ou retours au FN sans report au second tour) avait sans doute été fatale (d'une courte tête) à Sarkozy en 2012.

SHàgauchetouteConcernant un autre type de listes que nous avions évoquées, à savoir les listes d'affirmation des peuples niés sur une ligne un minimum progressiste (défi non-réactionnaire de peuple à l’État centralisateur ou, au choix, "régionalistes au service des notables" pour certains "maoïstes" préférant soutenir l'"antifasciste" Valls contre Dieudonné) : en Bretagne, outre (comme on l'a dit) le "bonnet rouge" Troadec définitivement seigneur en son Poher natal (mais le girouettisme politique du personnage le rend difficilement classable), la liste Saint-Herblain à Gauche toute (Breizhistance avec le soutien un peu surréaliste du PG mais bon) rassemble un joli score de 10% (1.500 voix) dans sa commune ; il y aura second tour (le candidat en tête n'a pas eu 50%) et nous espérons fortement qu'elle ne fera pas l'erreur de fusionner et ira au bout de sa démarche en se maintenant [c'est chose faite, ils se maintiennent]. Nous espérons avoir prochainement d'autres résultats [MàJ 27/03 : c'est chose faite sur le site de Breizhistance]. L'UDB y allait généralement en liste commune avec (a minima) le PS et/ou d'autres forces de la gauche de gouvernement (comme les Verts, leurs alliés historiques, avec lesquels ils sont toutefois en bisbille au sujet de l'écotaxe) ; elle suit donc la destinée de ces forces, bonne ou mauvaise - en général plutôt moins mauvaise qu'ailleurs. Des listes UDB autonomes se présentaient toutefois à Lanester (Morbihan) et Kemper/Quimper (contre le très-proche-de-Hollande maire socialiste Bernard Poignant) ; elles y ont recueilli respectivement 7% et 6% des suffrages.

Trugarez merciIl en allait de même pour les candidats de l'initiative occitane Bastir 2014 (présents sur des listes de gauche mais aussi du centre ou carrément de droite, donc pas sur une ligne progressiste claire de toute manière). Là, de plus, les listes sur lesquels ils/elles se présentaient subissent de plein fouet la montée du FN (seul parti avec lequel, pour un minimum de dignité, il était exclu de pactiser).

À Baiona (Bayonne), une liste plus ou moins social-démocrate et écologiste autonomiste menée par Jean-Claude Iriart remporte un respectable 10,3% (*). En Corse, à Bastia, l'indépendantiste Gilles Simeoni (avocat d'Yvan Colonna) talonne avec 32% le podestat local (farouchement pro-français) Émile Zuccarelli : l'indépendantisme dans ses diverses tendances (plus ou moins progressistes...) s'est définitivement ancré ces dernières années, à un très haut niveau, dans le paysage politique insulaire.

Tout cela vaut ce que cela vaut et nous ne partirons pas dans des débats sans fin : ce sont des constats et non des "hourras" (ou des "aupa", en basque). Nous constatons un mouvement continu, depuis plusieurs années, vers une réappropriation et une réaffirmation par les Peuples de leur identité populaire réelle, de leur "non-francité" ; et pas uniquement (bien au contraire) sur une ligne réac-identitaire-maurrassienne (qui affirmerait la "francité" au-dessus des identités "locales", de toute façon...), même si l'on est encore (souvent) très loin d'une ligne qualifiable de "révolutionnaire". C'est un phénomène dont la moindre des choses (si l'on se prétend communiste donc "analyste concret de la situation concrète") est de prendre acte et de commencer à réfléchir dessus ; et que nous (SLP), au regard de nos analyses développées depuis plusieurs années, jugeons plutôt positivement quelle que soit la petitesse du pas réalisé, en terme de dynamique sociale (démarche des électeurs qui mettent le bulletin dans l'urne) et non de programme de ces candidats (que nous ignorons généralement) et d'éventuelles manigances et/ou "grattages" de concessions et de "places" ultérieurs...

Comme nous l'avons dit précédemment, nous n'avons pas de vision suffisamment générale sur les listes "asso-militantes" issues des quartiers populaires de "banlieue", mais à Toulouse c'est un fiasco (1,8%). Ce qui apparaît en réalité, c'est que ce type de démarche dans les quartiers-ghettos et les colonies intérieures semble totalement dépassé en terme d'exigence de radicalité de la population - que cette radicalité se tourne ensuite vers une voie de garage réactionnaire (intégrisme religieux, dieudonnisme) ou dans un sens progressiste-révolutionnaire (comme nous l'observons quasi-quotidiennement et c'est vraisemblablement le phénomène social le plus occulté de la "république" en ce moment). 

 

631481-des-drapeaux-aux-couleurs-basques(*) Un (très bon) camarade basque nous a transmis les infos suivantes : 

"Les abertzale progressistes (on va dire), parfois en alliances avec des "écolos" et des "de gauche" (mention "pas que abertzale") progressent à peu près partout, voici la plupart des résultats significatifs : 

Maule/Mauléon : 13,25% 

Sohüta/Chéraute : 45,39% (pas que abertzale ) 

Baigorri (duel de deux listes) : 53,5% (pas que abertzale) - remportent donc la mairie par déduction

Donibane Garazi / St-Jean-Pied-de-Port : 33% (pas que abertzale)

Donapaleu/St-Palais : 14% (pas que abertzale)

Aiherra/Ayherre : remportent la mairie

Hazparne/Hasparren (duel de deux listes) : 23,6%

Uztaritze/Ustaritz : de 25,61% en 2008 à 37,90%

Donibane Lohitzune/St-Jean-de-Luz : 25,84%

Ziburu/Ciboure : 21,1%

Kanbo/Cambo (duel de deux listes) :  27,7%

Urruña/Urrugne : de 19,57% en 2008 à 25,64%

Arbona/Arbonne : 42,34%

Hendaia/Hendaye : 12,6%

Le FN fait 658 voix soit 5 % dans sa seule liste à Miarritze/Biarritz, mais à noter qu'ils avaient augmenté dans pas mal de coins en 2012, en Lapurdi/Labourd ("côte basque" et son immédiat arrière-pays) surtout.

http://www.enbata.info/articles/abertzaleak-aintzina-hainbat-herritan/

Les résultats dans le tableau où tu peux sélectionner toutes les villes et villages (en euskara) : http://euskalirratiak.info/"

Concernant cette situation des listes abertzale progressistes au Pays Basque, et encore une fois sans "sacralisation" aucune de qui que ce soit (tout cela nous semble gentiment social-démocrate, point) ni de l'électoralisme de la démarche, de nouveaux développements méritent d'être portés à la connaissance de nos lecteurs ; notamment avec la FUSION de la liste de Jean-Claude Iriart avec celle du Front de Gauche à Baiona (un "Front de Gauche" sans le PCF, qui faisait liste commune avec les socialistes dès le premier tour), fusion qui a provoqué la fureur du jacobin Mélenchon et de l'état-major du Parti de Gauche (nous aurions aimé être là pour le voir !), et le retrait de l'investiture à la liste :
Le Parti de Gauche retire son investiture au Front de gauche de Bayonne

Pays basque: les nationalistes gagnent du terrain, pèsent sur le 2e tour
JEAN-LUC MÉLENCHON DÉNONCE L’ALLIANCE BAIONA2014/FRONT DE GAUCHE

La présence du PC sur la liste PS va sans doute pousser la direction du Parti de Gauche à soutenir ceux qu'ils qualifie à longueur de temps de "sociaux-libéraux" vendus au "pouvoir des banques", plutôt que d'affreux "nationalistes"...

En définitive, Ipar Euskal Herria semble avec les résultats de ces élections locales s'acheminer vers une situation "à la corse", c'est-à-dire où le clivage de fait, soit au sein du "peuple de gauche" soit tout court, passe entre affirmation de la nationalité réelle et tenants du centralisme français. On est encore (sans doute) très loin des thèses de Libération révolutionnaire des Peuples (LRP) que nous avons pu exposer ici ; la revendication la plus radicale (outre un "programme commun" de gauche classique sur le plan économique et social, et des revendications écologistes) semble être la création d'un département basque à statut spécial et à côté, EH Bildu (au Pays Basque Sud, "espagnol") fait figure de dangereux maoïstes... Mais cela pourrait bien créer un terreau qui, semé de thèses telles que les nôtres, pourrait voir fleurir des choses intéressantes !punopunopuno

En Bretagne :  Le point sur les élections municipales 2014


Concernant la nouvelle misérable attaque du 'p''c''mlm' pseudo-"maoïste" contre le PCmF (point n°3 de l’article en lien), nous allons encore une fois nous efforcer de répondre mais sans disserter outre mesure :

- Le 'p''c''mlm' qualifie de "ridicule" la thèse du PCmF (texte de décembre 2009) mais évite BIEN SÛR soigneusement d'aller sur le fond du propos : sa thèse RIDICULE comme quoi il y aurait une "bourgeoisie industrielle-traditionnelle" (incarnée par Sarkozy) et une "bourgeoisie financière-impérialiste" (incarnée aujourd'hui par le FN... mais rappelons-nous qu'à l'époque leur bête noire était Villepin, "rayé" depuis de la carte politique), alors que le b-a-ba du léninisme depuis plus d'un siècle nous enseigne qu'au stade historique des MONOPOLES, la bourgeoisie industrielle et la bourgeoisie financière (bancaire) ont FUSIONNÉ en BOURGEOISIE MONOPOLISTE impérialiste – ce qui n'exclut pas que celle-ci ait différentes tendances qui s'affrontent parfois durement, comme lorsque par exemple elles prônent des alignements géopolitiques opposés sur des puissances qui au niveau mondial s'affrontent (comme les USA et la Russie en ce moment). Cette thèse ridicule est pour le coup TOTALEMENT ISSUE de la cupule dirigeante petite-bourgeoise de la Gauche Prolétarienne (les Glucksmann, Lévy, July etc.).

- Le PCmF n'a quant à lui  jamais fait mystère de ses origines historiques, et les assume même avec une honnêteté rarement rencontrée dans le mouvement communiste/révolutionnaire. Ses fondateurs sont issus des composantes OUVRIÈRES de la Gauche Prolétarienne et du PCMLF, et se sont un temps (après la trahison du maoïsme par beaucoup de ses hérauts) égarés dans le hoxhisme (le marxisme-léninisme "albanais", dogmatique, "ossifié") avant de revenir au maoïsme sur la question de la Guerre populaire au Pérou. Ils se sont dès lors TOUJOURS revendiqués de la composante ouvrière-populaire de la GP et nullement du PCMLF (en tout cas de sa ligne directrice "prochinoise", "théorie des trois mondes" etc.).

- En décembre 2009, le PCmF affirmait effectivement que le Front National et les groupes ultras d'extrême-droite étaient une menace secondaire par rapport à la politique ultra-policière, économiquement thatchérienne et culturellement berlusconiste de Sarkozy... Et dire cela à l'époque n'avait RIEN D'ABERRANT si l'on se basait sur les scores électoraux (3,8 millions de voix pour le FN à la présidentielle et 1,1 million aux législatives 2007, 150.000 aux municipales 2008 et encore 1,1 million aux européennes de juin 2009) comme sur l'activité concrète des groupes militants. Les temps ont changé depuis ; PERSONNE N’A JAMAIS DIT LE CONTRAIRE.

- SURTOUT, la critique lamentable du 'p''c''mlm' fait comme si avant la position de force actuelle du Front National il n'y avait pas eu 5 et même 10 ans de sarkozysme et que celui-ci n'avait aucune responsabilité dans tout cela ; avec son discours xénophobe, sécuritaire, contre "l'ennemi intérieur" et pour la "France qui se lève tôt" soigneusement imprimé dans les consciences populaires, et même si bien imprimé qu'à l'arrivée sa politique réelle a déçu les masses mobilisées sur ces thèmes ; tandis qu'en même temps sa politique économique plongeait les classes populaires dans l'appauvrissement et le désarroi. Le sarkozysme a certes été le seul régime de droite, dans ses deux dernières années en tout cas, qui a vu monter le Front National. Mais regardons les choses sur une plus longue séquence historique. En 2002 (date cruciale dont ne parle pourtant jamais le 'p''c''mlm', lui préférant le référendum européen de 2005 pour des raisons inconnues), Jean-Marie Le Pen fait un "coup d'éclat" en éliminant, avec 4,8 millions de voix, Lionel Jospin et en se qualifiant pour le second tour de la présidentielle, où il est toutefois largement battu par Chirac. En réalité, la campagne très violente menée pendant plus de deux ans (dès l’an 2000), notamment sur le thème de "l'insécurité", contre le gouvernement PS-PC-PRG-Verts afin d'assurer la réélection de Chirac a eu des effets dépassant ceux escomptés. Ce dernier, réélu, affirme alors avoir "entendu le message" et place Nicolas Sarkozy (qu'il déteste pourtant personnellement) au très stratégique Ministère de l'Intérieur, avec pour mot d'ordre (selon les mots de l’ancien nervis fasciste Devedjian) de "mettre le bleu marine (des forces de répression) à la mode". Dès lors, le Front National marque un recul sensible à toutes les élections : 3,5 millions de voix (14,7%) aux régionales et 1,7 millions (9,8%) aux européennes en 2004, et, on l'a dit, 3,8 millions à la présidentielle et 1,1 millions aux législatives en 2007. Pendant toute cette période, le chef de file de la mobilisation réactionnaire de masse est Nicolas Sarkozy et non Jean-Marie Le Pen. Ce qui l'amène enfin à réaliser son rêve matinal "pas seulement en se rasant" : être élu triomphalement à la présidence de la République du Capital en mai 2007, épaulé alors par le très maurrassien "conseiller de l'ombre" Patrick Buisson. Mais ensuite (2007-2012)... bousculé par la gauche aux législatives qui ont suivi (on frôle alors la cohabitation dès le début du mandat !), il prône "l'ouverture" et mène une politique de droite modérée avec François Fillon à Matignon ; et IL DÉÇOIT ceux et celles pour qui il avait été un "Le Pen jeune", "moderne" et surtout capable d'amener ses idées au pouvoir, contrairement au vieux tribun. La fille de celui-ci (élue à la tête du parti en janvier 2011, mais de facto déjà aux commandes depuis le mauvais score de 2007) entamant dans le même temps une politique de "dédiabolisation", de rupture avec la posture purement "protestataire" de son père et d'alignement sur le mainstream zemmourien anti-islam et anti-"racaille" plus qu'anti-immigrés au sens strict (l'antisémitisme étant quant à lui totalement remisé à la cave), le FN reprend son ascension et "cartonne" en 2012. Depuis, avec la "gauche" bourgeoise au pouvoir, il accumule encore plus de forces comme toujours dans ce cas de figure ; et prétend désormais disputer à l'UMP la place d'opposition n°1 à la politique du PS. C'est aussi simple et "mathématique" que cela et ne nécessite absolument pas d'aller chercher des distinctions ridicules entre une prétendue "bourgeoisie industrielle" et une "bourgeoisie impérialiste" qui, dans un pays impérialiste, aurait réussi le tour de force... de NE PAS ÊTRE AU POUVOIR pendant 5 ans !

- Personne ne peut nier, et même le 'p''c''mlm' ne dit pas vraiment le contraire (il aurait du mal, bien que le ridicule ne l’effraie guère), que 1°/ le capitalisme traverse une crise générale profonde, nécessitant une toute aussi profonde RESTRUCTURATION de son système (organisation de la production et de la vie sociale), une "guerre pour le taux de profit" qui se mène à l'extérieur contre les forces capitalistes-impérialistes rivales, et à l'intérieur contre

 les maigres droits acquis par les classes populaires au cours du siècle dernier et contre toute agitation et menace d'explosion ou de "dislocation" de la société, MAIS 2°/ l’État bourgeois du Capital n'est pas confronté à un mouvement révolutionnaire puissant qui le menacerait sérieusement (pour le moment), ce qui fait (oui oui…) une différence fondamentale avec le "seuil des années 1930". La thèse du "fascisme moderne" n’a jamais consisté à dire autre chose : il y a une situation actuelle qui présente 1°/ une similitude frappante et 2°/ une différence fondamentale avec celle des années 1920-30 (il ne s’agit nullement de dire que le capitalisme aurait "changé de nature"). Dans la configuration où écrivait André Glucksmann, au début des années 1970, c’était exactement l’inverse : agitation révolutionnaire préoccupante pour le pouvoir gaulliste ; mais période d’accumulation et de prospérité capitaliste qui permettait (aidé en cela par la social-démocratie et surtout le PCF) de tenir l’essentiel des masses populaires "sous contrôle". Là encore cela ne pouvait pas être le "fascisme de type ancien", le fascisme du "seuil des années 1930", bien que les groupes fascistes (alors extrêmement violents) comme Occident, Ordre Nouveau, le Groupe Charles-Martel etc. proliféraient ; et André Glucksmann avait raison de dire cela.

 

- De toute manière, tout ce débat n’est que blabla à blanc. Car le seul objectif de la thèse du 'p''c''mlm', c’est de circonscrire le fascisme aux seuls courants "eurasistes/tiers-mondistes" (violemment anti-israéliens) et à la rigueur "eurorussistes" de celui-ci (en gros, c’est à peine si ça commence timidement à Zemmour), ainsi qu'aux courants ultra-souverainistes violemment anti-UE et/ou à discours "social" ; et si possible aux seuls courants assumant un discours antisémite contre le "lobby sioniste" etc. ; à l’exclusion de tous les autres (qui seraient "bourgeois industriels-traditionnels" et "conservateurs", "réactionnaires certes, mais pas fascistes") car en réalité le 'p''c''mlm' est au service des courants "euratlantistes" et "occidentalistes" de la mobilisation réactionnaire de masse, les courants au discours économique "libéral", défenseurs d’Israël et rejetant (en apparence du moins)  l’antisémitisme. Le masque est de toute façon d’ores et déjà totalement tombé au sujet des récentes mobilisations "radicales" et antifascistes de ces derniers mois :

Rejet du CRIF dans la ville de l'affaire Merah : l'affaire

Violences anarchistes à Nantes et Rennes: une expression de décomposition politique

"Dieudonné-Valls : ni peste ni choléra !" : une position anti-antifasciste

Affaire Dieudonné : comment on retrouve les mêmes positionnements que lors de l'affaire Dreyfus 

etc. etc.   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Lutte des classes - Hexagone
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple