Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 17:02

 

Coup pour Coup 31

 

Par le professeur José Maria Sison
Président de la Ligue Internationale de la lutte des peuples
La Haye, Pays-Bas, 31 Octobre 2009

Je remercie le Comité international contre les disparitions, IBON l'Europe et les réfugiés Philippins aux Pays-Bas de m'avoir invité à donner un bref aperçu sur la politique de répression aux Philippines.

C'est un honneur et un privilège pour moi de parler par la même occasion avec Edith Burgos et Jayel Burgos, dont le bien-aimé Jonas Burgos a été victime de disparition forcée par les forces militaires du régime Arroyo.

J'ai toujours admiré le regretté José Burgos et toute sa famille pour leur sens élevé du patriotisme et du dévouement à la démocratie. Je suis heureux de fournir un arrière-plan général, historique, socio-économique et politique à la présentation d'Edith de la situation actuelle des droits de l'homme aux Philippines et celle de Jayel du Mouvement "Jonas Free".

Histoire de la répression et de l'exploitation aux Philippines

Le peuple philippin a longtemps souffert d'une histoire de répression et d'exploitation. Il a traversé plus de trois siècles de domination coloniale par l'Espagne, du 16e au 19e siècle. Après qu'il ait gagné l'indépendance nationale en 1898, les États-Unis ont déclenché une guerre d'agression impérialiste pour la conquête des Philippines. Ils ont imposé une domination coloniale et planifié une économie semi-féodale. En 1946, ils ont instauré un État fantoche pour gouverner le système semi-colonial et semi-féodal actuel.

Ceux qui ont exercé le pouvoir politique aux différentes périodes de l'histoire des Philippines ont réprimé le peuple philippin non pas simplement pour le plaisir d'intimider, d'emprisonner, de torturer et tuer des gens, mais pour des raisons aussi froide et cynique que l'accumulation de la richesse privée à travers l'exploitation et toutes les satisfactions sociales et culturelles que la richesse apporte.

Le colonialisme espagnol est arrivé aux Philippines d'abord à la recherche d'or et d'épices. Ce fut une poursuite à long terme d'un pur pillage sous l'impulsion du capitalisme mercantile européen. En plus de la dépossession et de la prolétarisation des paysans de l'Europe, le colonialisme est une des principales méthodes de l'accumulation primitive du capital. Les colonisateurs espagnols ont utilisé la tactique du "diviser pour régner" et réprimé le peuple Philippin afin de maintenir une situation coloniale et un système féodal.

Les formes les plus brutales de répression ont été appliquées aux gens qui s'opposaient au système ou un seul de ses aspects. Même lorsque le sang n'était pas versé, l'exploitation était une forme quotidienne et généralisée de violence envers les gens qui étaient tenus au travail forcé, à payer les redevances féodales et l'impôt religieux. En fin de compte, le peuple philippin a développé une conscience nationale et une unité révolutionnaire d'objectifs, s'est battu pour l'indépendance nationale et a remporté la première révolution démocratique bourgeoise d'ancien type de toute l'Asie.

Malheureusement, les USA sont intervenus et ont commencé une guerre d'agression contre le peuple Philippin. Cette guerre a tué 1,5 millions de Philippins de 1899 à 1913 afin d'imposer un système colonial et semi-féodal sur les Philippines. Le nouveau système colonial du capitalisme monopoliste américain impliquait une méthode d'exploitation dans lequel les investissements directs et indirects ont été faits par les banques américaines et les entreprises sur un nombre limité d'entreprises modernes, afin de faciliter l'exportation des matières premières et la réalisation de superprofits.

Pendant toute la période de la domination coloniale directe, les États-Unis ont adopté et appliqué des politiques de répression contre la classe ouvrière grandissante, contre les masses paysannes qui réclamaient une réforme agraire et contre tout le peuple Philippin qui réclamait l'indépendance réelle, immédiate et complète. Les impérialistes américains et leurs alliés réactionnaires locaux sont devenus encore plus répressifs lorsque le Parti communiste, le parti révolutionnaire de la classe ouvrière, est apparu en 1930 et affronté le pouvoir en place.

Une autre puissance impérialiste, celle du Japon, s'est emparée Philippines de 1942 à 1945 et prélevé un "péage" d'1 million de morts sur les Philippins dans des actes barbares de répression. Au même moment, les conditions de la Seconde Guerre mondiale et l'occupation japonaise ont donné naissance au mouvement révolutionnaire armé du peuple dirigé par le Parti fusion des partis communiste et socialiste dans certaines régions.

En reconquérant les Philippines sur le Japon, les États-Unis ont semé de lourdes destructions sur la vie et les biens des Philippins. Peu de temps après le débarquement de leurs troupes sur le sol philippin à la fin de 1944, ils ont cherché à détruire les forces révolutionnaires du peuple qui avaient pris de l'avant dans la libération du centre de Luzon. En tout cas, les forces révolutionnaires et le peuple conservèrent leurs armes et exigèrent la libération nationale et la démocratie pour les Philippines.

La répression sous le système semi-colonial et semi-féodal

Les Etats-Unis accordèrent une sorte d'indépendance factice aux Philippines et établirent un gouvernement fantoche en 1946. Depuis lors, les Philippines ont été un pays semi-colonial et semi-féodal. Les États-Unis reconnurent aux politiciens et aux bureaucrates des grands compradores et grands propriétaires terriens la responsabilité de l'administration nationale. Mais ils ont conservé leur puissance économique et militaire ainsi que la domination politique et culturelle à travers les traités inégaux, les accords et arrangements.


Les États-Unis ont continué de diriger les Philippines, mais cette fois indirectement, par les classes réactionnaires locales. Les factions des représentants politiques de ces classes ont alterné dans l'administration de la république fantoche, d'abord par le duopole des partis Libéral et Nationaliste de 1945 à 1972, puis avec le monopole du pouvoir politique par le parti fasciste Kilusang Bagong Lipunan de 1972 à 1986, et actuellement par la multiplicité des partis réactionnaires et des coalitions.

Quelque soit celui de ces partis qui a pris les rênes de l'administration nationale, il a été asservi aux intérêts du capitalisme monopoliste américain et des classes d'exploiteurs locaux. Il a utilisé tous les moyens pour réprimer les forces patriotiques et progressistes et les mouvements de masse du peuple pour la libération nationale et la démocratie. Il collabore étroitement avec les États-Unis à entreprendre la répression.

Les États-Unis ont le plus grand intérêt et la parole la plus décisive dans l'élaboration des politiques et la planification de la répression dans les Philippines. Ils assurent la direction stratégique, l'endoctrinement, la formation des officiers et le matériel militaire aux appareils de répression. L'armée et les forces de police sont soumises aux États-Unis.  Jusqu'en 1992, ils étaient contrôlés par les forces militaires américaines dans les énormes bases militaires américaines qui existaient aux Philippines.

Même après que leurs bases militaires ont été démantelées en 1992, les forces militaires américaines ont continué à contrôler les forces de répression dans les Philippines. Ils ont fait de même depuis leurs bases militaires au Japon, en Corée du Sud, à Guam et en Australie. Ils couvrent les Philippines avec des satellites, des patrouilles aériennes et des patrouilles navales. Ils contrôlent le système sonar et radar des Philippines. Ils ont des postes militaires dans les camps militaires philippins ainsi que des conseillers, des formateurs, des assesseurs et des unités embarquées dans l'armée philippine et les bureaux et les unités de police.

Les États-Unis ont utilisé les régimes de Roxas, Quirino et Magsaysay pour attaquer et détruire les forces révolutionnaires du peuple philippin dans la période de 1946 à 1957. La colonne vertébrale du mouvement révolutionnaire armé a été brisée de façon stratégique dans les années 1950 à 1952, avec plus de 10.000 militants et cadres de masse torturés et assassinés par les militaires. Alors que ce mouvement disparaissait, les États-Unis et les réactionnaires locaux devenaient encore plus répressif et promulguèrent la loi anti-subversion en 1957 dans le but de détruire tout vestige, reminiscence ou successeur de l'ancien Parti fusion des partis communiste et socialiste.

Cependant, la crise chronique du régime philippin a continué de s'aggraver au cours des régimes de Garcia, Macapagal et Marcos dans la période de 1957 à la fin des années 1960. Les révolutionnaires prolétariens relancèrent la lutte et le mouvement de masse anti-impérialiste et anti-féodal parmi les travailleurs, les paysans et les jeunes. Les régimes fantoches ont tenté de réprimer le mouvement de masse. Au lieu de cela, celui-ci monta en puissance et conduit à la fondation du nouveau Parti Communiste des Philippines en 1968 et de la Nouvelle armée populaire en 1969.

Sous l'instigation des États-Unis, le régime de Marcos décida de déclarer la loi martiale et d'imposer une dictature fasciste sur les Philippines en 1972, dans le vain espoir de détruire le CPP et la NPA. En quatorze ans de 1972 à 1986, l'armée et la police ont arbitrairement arrêté et détenu des centaines de milliers de personnes, torturé plus d'une centaine de milliers, assassiné des dizaines de milliers et déplacé plus de 5 millions de personnes.

Dans le procès des droits de l'homme contre Marcos devant le système judiciaire américain, près de 10.000 cas de disparitions, de tortures et d'exécutions extrajudiciaires ont été rapportés et prouvés. Mais la justice et l'indemnisation pour les victimes de violations des droits de l'homme ont été hors de portée aux Philippines. Pas un seul militaire ou policier n'a été puni pour une seule des violations des droits de l'homme.

Les États-Unis et les réactionnaires locaux ont maintenu le système de l'impunité pour les auteurs de la répression, du niveau de Marcos au sergent-chef de l'armée. Ils ont décidé en 1986 d'abandonner Marcos et de mettre fin à l'autocratie flagrante uniquement parce qu'il n'avait pas réussi à réprimer le mouvement révolutionnaire, et aussi parce qu'il avait mis tout le système en danger en assassinant son rival politique Aquino, en 1983.

Par la suite, ils se sont assurés que les régimes post-Marcos continueraient la répression du peuple philippin même sans la loi martiale, en vue de maintenir le système d'exploitation par les banques et les entreprises multinationales et les compradores locaux et grands propriétaires terriens. Les appareils de répression et leurs officiers sont restés intacts et ont continué à s'engager dans des violations des droits de l'homme contre le peuple, les forces démocratiques légales et les forces révolutionnaires.

La veuve d'Aquino est devenu présidente et a mis en place une façade démocratique libérale à son régime réactionnaire. Après avoir consolidé sa position dominante et feint de chercher un accord de paix avec le mouvement révolutionnaire, elle a dégainé l'épée de la guerre et de la répression sous Oplan Lambat Bitag et sous la doctrine dictée par les Etats-Unis des "conflits de basse intensité" contre les forces révolutionnaires et le peuple. Les régimes suivants de Ramos, Estrada et Arroyo auront leurs plans opérationnels nationaux respectifs et chercheront aussi à réprimer le mouvement révolutionnaire, malgré des périodes courtes de pure forme sur la nécessité de négociations de paix.

Ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui aux Philippines sous le régime Arroyo, est du terrorisme d'Etat sous Oplan Bantay Laya, inspiré par la guerre globale de terreur américaine et soutenue par l'augmentation des approvisionnements de l'armée américaine et par le déploiement permanent de troupes interventionnistes des États-Unis dans le cadre du Visiting Forces Agreement . Les Etats-Unis et les réactionnaires locaux aux Philippines ont la prétention de lutter contre le terrorisme, mais ils sont en fait ceux qui pratiquent le terrorisme à travers les violations flagrantes et systématiques des droits de l'homme.

Oplan Bantay Laya a impliqué 1093 cas avérés d'exécutions extrajudiciaires, 209 de disparitions forcées, des centaines de personnes détenues sur des accusations forgées de toute pièce, plus d'un millier de victimes de la torture, et des centaines de milliers de victimes de l'évacuation forcée. Les forces réactionnaires militaires accroissent leurs violations flagrantes et systématiques des droits de l'homme en suivant l'ordre impossible du régime Arroyo de détruire ou de réduire le mouvement révolutionnaire armé à un niveau inconséquent avant Juin 2010.

Le régime Arroyo est devenu célèbre dans le monde entier pour l'enlèvement, la torture et les exécutions extrajudiciaires de militants sociaux non armés, y compris des travailleurs, paysans, femmes, jeunes, prêtres et pasteurs, des défenseurs des droits humains et des journalistes. Les auteurs de violations des droits de l'homme désignent leurs victimes en faisant de fausses accusations de terrorisme, de rébellion et d'assassinat et en les mettant sur la liste des ennemis de l'Etat. Puis, les enlèvements, les tortures et les exécutions extrajudiciaires suivent.

Plus fort encore, la machine de guerre psychologique des forces armées réactionnaires prétend mensongèrement que les victimes ont commis des délits contre le mouvement révolutionnaire et ont donc été victimes de leurs propres camarades. Le niveau criminel de ruse et de malice des auteurs de violations des droits humains sous le régime Arroyo surpasse celui de la dictature fasciste de Marcos.

Répression à venir et besoin de solidarité internationale

La crise actuelle du système mondial capitaliste est la plus grave depuis la Grande Dépression, elle va continuer à empirer dans les années à venir parce que les puissances impérialistes ne sont pas en train de la résoudre, mais de l'aggraver en utilisant l'argent public pour renflouer les grandes banques et sociétés et augmenter leurs profits sur leurs bilans, et non pas pour relancer l'économie et accroître l'emploi. Les puissances impérialistes et leurs marionnettes font la promotion du chauvinisme, du racisme et du fascisme et utilisent de plus en plus la répression d'Etat et le déclenchement de guerres d'agression, afin de surmonter la résistance des peuples et des mouvements de libération nationale.

La crise du système politique philippin continuera de s'aggraver en raison de ses faiblesses internes et de la crise économique mondiale. Pendant des décennies, les Etats-Unis ont dirigé la politique de mondialisation néolibérale qui a encore aggravé le caractère sous-développé, pré-industriel  et agricole de l'économie philippine. La demande pour les matières premières des Philippines et les produits semi-manufacturés d'exportations a diminué. La dette est en augmentation et de nouveau le crédit est en baisse.

Le mécontentement social est largement répandu et intense parmi les masses laborieuses des ouvriers et des paysans et la couche sociale moyenne en raison de la hausse du chômage de masse, l'effondrement des revenus réels, la flambée des prix des denrées de base et des services, la charge fiscale croissante, l'absence ou l'insuffisance de services sociaux et autres problèmes socio-économiques. Les dirigeants des Philippines ne résolvent pas ces problèmes, mais de plus en plus déchaînent la violence pour réprimer les protestations de la population et les demandes de respect de leurs droits et d'amélioration de leurs conditions sociales.

Les États-Unis et les réactionnaires locaux reportent le fardeau de la crise sur les travailleurs. Dès lors qu'ils exploitent plus le peuple, ils répriment plus les gens, cherchant à empêcher ou stopper la résistance. Les larges masses du peuple Philippin sont capables de lutter pour leurs droits et leurs intérêts. Mais ils ont aussi besoin de la solidarité et du soutien des peuples du monde pour lutter contre les puissances impérialistes, plus efficacement.

 

Et sinon à lire aussi : Qu'est ce que Oplan Batay Laya? (par Solidarités Philippines)

 

34550 129654473740199 100000869412978 135255 1599022 n

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Philippines
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple