Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 12:49

 

Intéressant article publié sur Coup pour Coup 31 et Solidarité-Philippines

 

Trois-quarts des pauvres aux Philippines vivent à la campagne. Aujourd’hui, les paysans ploient toujours sous le joug des consortiums agraires, bancaires et commerciaux. Voici quelques données qui illustrent la précarité de leur situation :

  • Les petits paysans versent 30% à 90% de leur récolte au propriétaire foncier pour lequel ils travaillent. La formule dite de « tersyuhan » ( 1/3 pour le paysan, 2/3 pour le propriétaire) est très couramment appliquée.
  • Au niveau national, le salaire journalier minimum d’un ouvrier agricole varie entre 3 et 5 euros. En réalité, sur l’île de Negros et dans les régions de Samar et de la Cagayan Valley, il est respectivement de 0.30, de 1.1 et 1.5 euro.
  • Les paysans payent des prix élevés pour acquérir des engrais et des pesticides. A l’inverse, la vente de leurs récoltes ne leur rapporte pratiquement rien.
  • Les taux de remboursement des emprunts sont astronomiques : 20% par mois, 200% par récolte ou 400% par an. Dans la province du Mindoro Oriental, les paysans remboursent des emprunts équivalent à 30 euros avec 4 sacs de riz, soit quatre fois la valeur de la dette qu’ils ont contractée.

Aux Philippines, les 350 années de domination coloniale espagnole ont mené à la formation d’une petite élite de propriétaires fonciers et à l’instauration de structures semi-féodales à la campagne. Dans une société rurale, détenir de la terre signifie détenir du pouvoir, aussi bien politique qu’économique. Dès lors, on comprend pourquoi les organisations progressistes ont toujours fortement investi la lutte pour une juste répartition des terres. Nous n’évoquerons pas ici la question des minorités ethnolinguistiques qui ont été très largement dépossédées de leurs terres. Si la loi philippine est censée protéger leurs « domaines ancestraux », en réalité, les minorités sont confrontées aux mêmes difficultés que l’ensemble des paysans philippins.

Dans les années 1950, les premiers programmes de réforme agraire ont vu le jour. Ils n’ont pas provoqué beaucoup de changements et la pauvreté s’est maintenue dans les campagnes. En 1986, la People Power mettait un terme à la dictature de Ferdinand Marcos. Deux ans plus tard, en 1988, poussée par la population, la nouvelle presidente Corazon Aquino initiait une réforme agraire. Fortement soutenues par les organisations paysannes, les propositions de loi promettaient de profonds changements, mais sous la pression des propriétaires fonciers, le parlement vidait les textes de leur substance en y introduisant de nombreux amendements. Le Comprehensive Agrarian Reform Program(CARP) qui en resulta promettait de partager, en l’espace de 10 ans, 10,3 millions hectares de terres agricoles entre 4 millions de familles paysannes sans terre.

Dès le début, les organisations progressistes de paysans ont très fortement critiqué le CARP car il ne remettait pas en cause l’organisation semi-féodale des campagnes. Ainsi, le CARP contient diverses clauses – comme les schémas de leaseback [1] et des stock distribution options (SDOs) [2] – qui ne rendent pas obligatoire le transfert des terres. En fait, ces clausent permettent aux propriétaires fonciers d’appliquer la réforme agraire tout en conservant le contrôle sur les terres et des paysans qui les exploitent. Par ailleurs, le CARP contient d’autres dispositions qui leur permettent de céder leurs terrains de façon fortement avantageuse. Ainsi, la loi leur octroit des compensations supplémentaires en cas d’« offre volontaire de terres cédées à la vente » (Voluntary-Offer-to-Sell, VOS) et de « transfert volontaire de terres » (Voluntary Land Transfer, VLT), une formule qui prévoit que le propriétaire négocie directement le prix du terrain avec le paysan. Toutes ces dispositions sont régulièrement appliquées alors que la clause, la plus juste socialement, celle d’« achat obligé » (Compulsory Acquisition, CA), n’est utilisée que dans une petite minorité de cas.

Outre ces carences, le CARP pèse lourdement sur le budget de l’Etat. En effet, lorsqu’ils acquièrent un terrain, les bénéficiaires de la réforme paient – selon leurs revenus – une partie du prix d’achat au propriétaire, mais pour que ce dernier bénéficie d’une « juste indemnisation », les pouvoirs publics suppléent. Dès lors, pour nombre de personnes, le CARP n’est pas une tentative sérieuse de redistribuer équitablement la terre entre des millions de paysans. Il s’assimile plutôt à un ensemble de mesures, à un cadre extrêmement favorable aux propriétaires et dans lequel l’Etat joue un rôle d’intermédiaire.

Les années 1990 : Le CARP courtise le marché

Pendant la présidence de Corazon Aquino (1986-1992), la confrontation avec les propriétaires fonciers a été soigneusement évitée. A l’époque, la plupart des terres redistribuées étaient en fait des propriétés publiques ou des terrains offerts via les programmes VOS et VLT (particulièrement avantageux pour les propriétaires). Souvent, il s’agissait de terres peu productives. Cette période a aussi été marquée par une recrudescence de la corruption, des scandales impliquant des propriétaires fonciers et des fonctionnaires du CARP.

Dans les années 1990, sous la présidence de Fidel Ramos (1992-1998), l’influence croissante des idées néo-libérales, couplée à l’idée qu’il faut trouver une solution « aux problèmes posés par les terres litigieuses », ont mené à une adaptation de la réforme. A l’époque, la Banque Mondiale se prononce pour une suspension de la clause dite d’« achat imposé ». En outre, elle se déclare favorable à une réforme agraire complètement pilotée par le marché et basée sur le principe du « willing seller-willing buyer ».

Sur le terrain, il y a aussi eu des changements. Suite à une scission au sein du mouvement national démocratique, de nouvelles ONG et de nouvelles organisations paysannes favorables au CARP ont vu le jour. La Banque Mondiale et les autres donateurs internationaux ont soutenu des programmes comme les Agrarian Reform Communities(ARCs). Des groupes de petites fermes ont été encouragés à produire pour l’exportation et à s’intégrer à l’agro-industrie.

Le gouvernement utilise les Agrarian Reform Communities pour redorer le blason du CARP et pour concentrer sur ces projets les moyens financiers qui devaient être alloués aux paysans bénéficiant de la réforme. Dépourvus de soutien, les paysans ont souvent perdu leurs terres, lesquelles ont été restituées à leur ancien propriétaire.

Simultanément, la grande influence des propriétaires fonciers au parlement et dans l’administration s’est avérée très efficace pour brider les ambitions du CARP et retarder sa mise en oeuvre. En 1996, les objectifs de départ ont été revus à la baisse. Il ne s’agissait plus de partager 10,3 millions d’hectares, mais seulement 8 millions. De même, la quantité de terres privées visées par la réforme a elle aussi été rabotée de 5.3 millions d’hectares à 3 millions d’hectares. Les « terrains publics » qui ont échappé à la redistribution étaient en réalité des terrains contrôlés par de gros propriétaires fonciers (pâturages pour les élevages, exploitations forestières, etc.).

La mise en oeuvre du CARP a été systématiquement ralentie en lui allouant trop peu de moyens financiers. Par ailleurs, la lenteur de la réforme et les multiples clauses d’exception du programme ont permis aux propriétaires fonciers privés d’éviter la réforme agraire. Une des méthodes utilisées par les autorités locales, traditionnellement bien contrôlées par l’élite, a consisté à changer l’affectation des terrains agricoles. Elles sont ainsi parvenues à soustraire des terres de la réforme ou à obtenir leur restitution.

Durant les mandats de Joseph Estrada (1998-2001) et de Goria Macapagal Arroyo (GMA, 2001-2010), cette approche mercantile a pris de l’ampleur. De nouvelles clauses, lesAgribusiness Venture Agreement“, ont donné aux propriétaires fonciers et aux multinationales des moyens supplémentaires pour maintenir et renforcer leur emprise sur la production agricole.

Alors que le CARP s’attaquait à la redistribution des terres privées, la tension sur le terrain a progressivement crû. Les propriétaires fonciers ont de plus en plus recouru à des moyens légaux et illégaux pour intimider les paysans. Quant à leurs milices, elles ont empêché les paysans d’accéder aux terres ou les en ont chassés. L’utilisation de la ruse, le recours à l’intimidation et à des procédures plus ou moins légales sont devenues monnaie courante.

Sous la présidence de GMA, la violence à l’égard des paysans et de leurs leaders a considérablement augmenté. Ces personnes ont été les principales victimes d’une vague d’assassinats et de disparitions politiques qui a déferlée sur les Philippines à partir de 2001. Plus de 420 paysans ont été assassinés et le syndicat paysan Kilusang Magbubukid ng Pilippinas (KMP) a perdu 148 de ses membres (133 ont été assassinés et 15 ont « disparu »).

De CARP à CARPER

Après 20 ans « de réformes », le bilan du CARP est très maigre. Non seulement la pauvreté dans les campagnes est deux fois plus importante que dans les villes, mais CARP n’a pas contribué à améliorer l’existence des paysans philippins. Selon les chiffres officiels, seulement 1.9 million d’hectares de terres agricoles privées ont été distribuées depuis 1988. Selon KMP, 82% de ces terres n’ont en fait pas été réellement attribuées à des paysans car des procédures judiciaires sont encore en cours.

C’est dans ce contexte qu’en 2008 que le CARP devait prendre fin. Or le ministère de la réforme agraire a plaidé pour sa reconduction, une position soutenue par la présidente Gloria Arroyo et par différents acteurs sociaux, comme le CBCP (Catholic Bishops Conference of the Philippines[3]), un certain nombre de partis, d’organisations et d’une partie des grands propriétaires fonciers. Alors que certains, comme le CBCP, proposaient d’augmenter les budgets et d’investir plus de moyens dans le soutien aux communautés paysannes qui avaient reçu des terres, les propriétaires fonciers se mobilisaient pour que la clause les obligeant à vendre leurs terrains disparaissent.

En 2009, une nouvelle loi a été votée : la Comprehensive Agrarian Reform Program Extension with Reforms (CARPER). Elle stipule que les terres agricoles privées ne pourront être distribuées qu’une fois que 90% des objectifs de CARP auront été atteints (c’est-à-dire, au rythme actuel, jamais…).

Le symbole de l’Hacienda Luisita

L’Hacienda Luisita est une plantation de sucre de 6 500 hectares détenue par le clan Conjuangco-Aquino, auquel appartient Benigno Aquino III, le président élu en mai dernier. Dans le cadre de la réforme agraire et pour éviter la redistribution de ses terres, le clan en a transformé une partie en terrains de golfe et surtout il a invoqué la clause SDO. Celle-ci lui a permis non pas d’attribuer directement des terrains aux travailleurs de la plantation, mais de les déclarer « co-propriétaires » ce qui leur donnerait accès à une part des bénéfices. Néanmoins et de diverses façons, le clan s’est toujours s’opposé au partage des profits. En novembre 2004, pour briser le mouvement de résistance des paysans et de leur famille, des militaires ont été envoyés : un millier de soldats ont pris d’assaut la plantation. Douze grévistes et deux enfants ont été tués et des centaines de travailleurs blessés dans le « massacre de l’Hacienda Luisita ».

En 2010, les quelques 10 000 paysans qui travaillent sur l’Hacienda n’ont toujours pas reçu la moindre parcelle de terre : l’accord qui avait été proposé par les propriétaires est toujours devant les tribunaux. Par ailleurs, les victimes du massacre et leurs proches continuent à demander justice : aucun responsable n’a été jusqu’à maintenant désigné officiellement. Sur le partage de la terre, comme sur le massacre, le nouveau président n’a pas publiquement position.

Et maintenant?

Les organisations progressistes paysannes se sont opposées à la prolongation du CARP et décrivent CARPER comme une régression. Elles dénoncent une réforme pro-propriétaires fonciers et les clauses d’un programme qui leur permet de renforcer leur pouvoir sur les campagnes.

Depuis 1988, les paysans ont appris qu’ils ne doivent pas compter sur les tribunaux et le parlement pour acquérir ou conserver leurs terres. Les organisations progressistes réunies au sein du syndicat Kilusang Magbubukid ng Pilippinas (KMP) les soutiennent dans leur lutte et leurs revendications. KMP se mobilise en faveur de la “Genuine Agrarian Reform Bill” (GARB). Il s’agit d’une proposition de loi impulsant des réformes plus radicales. Le texte a été introduit par trois partis progressistes : Anakpawis, Bayan Muna et le Gabriela Women’s Party. Il vise à démanteler les grands monopoles agraires, à soutenir le développement des campagnes et à mettre un terme à toutes les formes d’exploitation des paysans par les propriétaires fonciers.

[1] Les terres font l’objet d’un accord de leasing « négocié » entre le paysan et l’investisseur.

[2] Les bénéficiaires ne reçoivent pas un terrain, mais une part de la coopérative. Il n’y a donc pas un véritable transfert de terres.

[3] Organe officiel de la hiérarchie catholique aux Philippines.

Ce texte est une adaptation d’un article publié par Intal (International action for liberation).

Source : Solidarités Philippines

Intéressant aussi :

Témoignage d’un paysan de l’Hacienda Luisita sur le harcèlement militaire

Dans une vidéo (sous-titrée en anglais), Buenaventura Calaquian, un paysan du barangay Asturias, situé dans l’Hacienda Luisita, raconte le harcèlement qu’il subit des militaires et des CAFGU (para-militaires). L’Hacienda Luisita est la propriété du clan Aquino et les paysans luttent, depuis 1988, pour que la terre soit partagée conformément à la loi. 

 

PB mural

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Philippines
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple