Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 06:43

 

Cette étude théorique porte sur les mécanismes et le processus par lesquels les masses exploitées, au cœur et à la tête desquelles le prolétariat et son avant-garde organisée, le Parti, se lancent "à l’assaut du ciel" vers une société sans classes ni exploitation, le communisme. Elle vise, encore une fois, à élever de manière pédagogique le niveau de conscience communiste dans les masses, et à servir la construction du Parti révolutionnaire dont celles-ci ont (de plus en plus désespérément) besoin. 

Pour commencer, penchons nous sur la question la plus importante : comment naît, comment se construit un processus révolutionnaire ? Si l'on entend, ici, par processus révolutionnaire le chemin qui mène de la première "prise de conscience" par les exploité-e-s de leur condition, à la fin de toute exploitation, la société COMMUNISTE... Est-ce le produit d'une idée, de la "force d'une conviction collective" ? Ou est-ce, au contraire, le produit de la réalité matérielle, qui a un moment "doit" passer à un niveau supérieur : une "insurrection de la matière" ?

Et bien, c'est les deux et aucun des deux (seuls) en même temps. La matière et "l'idée" sont dans une relation DIALECTIQUE, un "ping-pong" où la réalité matérielle engendre une "idée" qui va ensuite "prendre corps" matériellement, créant une réalité matérielle nouvelle. 

A la base est la matière (matérialisme). A la base est la réalité matérielle. Toute réalité est traversée, et mue (animée, en mouvement), par un ensemble de contradictions ; mais l'une de ces contradictions est toujours fondamentale. Dans la réalité matérielle que l'on nomme "capitalisme", la contradiction fondamentale est celle entre 1/ le caractère social de la production, le caractère social des forces productives et le niveau atteint par celles-ci et 2/ l'appropriation privée, capitaliste, de la valeur (la richesse, si l'on préfère) créée par la production. Cette appropriation privée est source d'une concurrence (entre entreprises, entre États bourgeois) qui crée, au niveau mondial, un ordre des choses chaotique.

Dans les pays dits "dominés" (c'est la définition la plus simple et la plus englobante), la situation est plus compliquée, et se juxtaposent plusieurs grandes contradictions : 1. dans l'essentiel de ces pays subsiste encore des rapports sociaux marqués par la féodalité (bien que très différents - sauf peut-être dans quelques régions particulièrement reculées - de l'Europe du Moyen Âge ; plutôt semblables - en fait - aux 18e-19e siècles : on parle de semi-féodalité). Il y a donc la contradiction fondamentale de la féodalité, entre propriété utile des moyens de production (par le producteur) et propriété éminente (par l'autorité "supérieure"). Mohamed Bouazizi, le martyr de Sidi Bouzid, n'était pas un ouvrier salarié : il était vendeur de légumes à son propre compte. Il a été victime d'une tentative policière de prélever un "impôt" de type féodal sur son activité, sous peine de confiscation de toute sa marchandise et son matériel. On a là un exemple des rapports sociaux semi-féodaux en Tunisie. 2. il y a bien sûr une économie capitaliste, et donc la contradiction fondamentale du capitalisme. 3. il y a la domination impérialiste, et donc une contradiction fondamentale entre le caractère national de la production et la (sur-)appropriation impérialiste (étrangère) de la richesse produite. L'un des plus grands débats, dans le mouvement communiste, a été de savoir laquelle de ces trois contradiction était la principale. La réponse la plus probable est que cela dépend des endroits (pas seulement des pays : des endroits) et des moments... Seule la révolution de nouvelle démocratie (populaire - démocratique - anti-impérialiste), sous l'avant-garde du Parti du prolétariat, peut résoudre les trois contradictions à la fois... sans quoi, aucune n'est réellement résolue. Car les trois sont intimement liées. 

D'une manière générale, le capitalisme, comme tout mode de production, génère un certain niveau de FORCES PRODUCTIVES. Celui-ci génère à son tour une "conscience collective" dans les masses populaires, qui correspond à ce niveau. Cette conscience collective va se heurter au mode de production ou plutôt, aux RAPPORTS SOCIAUX qu'il induit, selon sa conception du monde, et qui sont généralement "en retard". Le meilleur exemple est ce qui s'est produit dans les pays occidentaux entre 1965 et 1980, avec une gigantesque "agitation sociale et démocratique", principalement de la jeune génération (née vers 1945-50), contre des rapports sociaux qui restaient "pré-1945". Il n'y a pas eu de renversement révolutionnaire du capitalisme car celui-ci a réussi à s'adapter, à se moderniser (nous y reviendrons). L'autre situation étant bien sûr que le capitalisme, en crise généralisée, ne parvienne plus à apporter aux masses les conditions minimales nécessaires à leur existence. Comme cela survient généralement après une grande élévation du niveau des forces productives, du niveau de vie et de la conscience liée, la situation peut devenir explosive (mais aussi être "captée", détournée dans la mobilisation réactionnaire de masse : le fascisme ; nous y reviendrons). 

De la situation matérielle, donc, naît la pensée. Du capitalisme, comme de tout mode de production fondé sur l'exploitation, naît d'abord "l'idée révolutionnaire" : l'idée d'en finir avec "ce qui cause nos misères". Celle-ci se matérialise dans un mouvement de masse contre l'ordre existant. Mais, spontanément, ce mouvement de masse ne peut pas aller au-delà du réformisme, d'arracher des "conquêtes" démocratiques et sociales (comme celles qui ont permis au capitalisme de s'adapter face au mouvement de masse de 1965-80).

Cependant, dans le feu du mouvement de masse, chez une partie des individus qui le composent, naît "l'idée communiste". C'est un saut qualitatif gigantesque : on ne sait plus seulement CONTRE quoi on lutte, mais POUR quoi. Cette partie des masses populaires est très majoritairement constituée par le prolétariat : celui-ci est la seule classe révolutionnaire jusqu'au bout, car il n'a "rien à perdre que ses chaînes" ; d'autre part, il est au cœur du caractère social de la production et a donc une idée très précise de ce POUR quoi il lutte : le SOCIALISME.

Cette "idée communiste" se matérialise dans le PARTI, qui lui donne un caractère SCIENTIFIQUE. 

Instrument de la science communiste sur la matière, le Parti va alors mener une longue lutte pour renverser la classe dominante et, de là, transformer la réalité matérielle capitaliste en réalité COMMUNISTE, à travers un long processus qui est le SOCIALISME.

Voyons maintenant quels types de "chemins" peut prendre ce processus révolutionnaire vers le communisme. 

La première étape est  le renversement de la classe dominante. Mais pour commencer, il faut établir une distinction claire entre changement de la forme de gouvernement (en définitive : réforme), et renversement de la classe dominante (révolution). Dans notre État bourgeois, la France, la classe dominante est la même depuis 1789 : la bourgeoisie. Celle-ci existait bien avant (depuis le 12e voire le 11e siècle), s'était ménagée un "espace vital" assez conséquent, mais n'était pas la classe dominante, car pesait sur elle la propriété éminente féodale. Celle-ci fut supprimée dans la nuit du 4 août 1789 (abolition des privilèges). Depuis, de nombreuses formes de gouvernement se sont succédées, mais l'État comme instrument de classe est toujours celui consolidé par Napoléon autour de 1800. Il s'est simplement adapté, au fil du temps, au niveau des forces productives par une sorte de "va-et-vient" entre mouvement de masse (pour mettre les rapports sociaux au niveau des forces productives et de la conscience engendrée) et contre-offensive réactionnaire (pour maintenir la position de la classe dominante). Lorsque seule la forme de gouvernement change, c'est une réforme, pas une révolution. Ce serait le cas, par exemple, si Mélenchon devenait le "premier Président de la VIe République" (comme il dit le souhaiter). Celui-ci s'inspire d'ailleurs de Chavez, Evo Morales ou Rafael Correa, qui ont opéré d'importantes réformes de la superstructure gouvernementale au Venezuela, en Bolivie et en Équateur (pays dominés), suite à d'importants mouvements de masse. 

Maintenant que cette distinction est claire, concentrons-nous sur le seul renversement de la classe dominante capitaliste. Quelles peuvent en être les formes ?

Il ne sera pas possible d'en faire une liste exhaustive, mais seulement de se baser sur la (courte) période historique du mouvement communiste international : 160 ans.

Donc, dans l'histoire du mouvement communiste, quelles formes a (ou aurait) pu prendre le renversement de la classe dominante par le prolétariat et son Parti ?

Il est évident que le processus a toujours été prolongé, à travers de nombreuses situation différentes, des avancées et des reculs, parfois de lourds revers : d'où l'enseignement maoïste de la Guerre populaire prolongée, du caractère de très longue durée de la lutte révolutionnaire. Mais concentrons-nous sur le moment précis où la classe dominante a été renversée, et où le prolétariat a conquis le pouvoir. On pourrait citer 4 grandes situations : 

- L'assaut frontal. La forme de gouvernement est ultra-réactionnaire, archaïque, dépassée. Elle est totalement en retard sur le niveau des forces productives, parfois sur le mode de production lui-même (quand, par exemple, le capitalisme a émergé dans un pays précédemment féodal). Un mouvement de masse se lève pour mettre la forme de gouvernement et les rapports sociaux en général au niveau des forces productives et de la conscience engendrée. Mais, "une fois n'est pas coutume", il y a un Parti révolutionnaire communiste. Il n'y a pas seulement "l'idée révolutionnaire", mais aussi "l'idée communiste", qui s'est matérialisée de manière scientifique dans un Parti. La forme de gouvernement archaïque et honnie tombe. La classe dominante met en place un "gouvernement de sauvetage", qui promet bien sûr des réformes, mais le Parti met son renversement à l'ordre du jour, mobilise les masses, et le renverse.

Tout le monde aura bien sûr reconnu la situation de la Russie en 1917.

- La contre-offensive réactionnaire après une période réformiste. Face à la "poussée" des masses, la classe dominante a changé la forme de gouvernement et fait de grandes concessions. C'est son "aile gauche" qui gouverne. Mais la "poussée" se poursuit, et l'"aile droite" siffle l'heure du "retour à l'ordre" : elle lance une contre-offensive réactionnaire pour balayer "l'aile gauche" du pouvoir, et écraser le mouvement de masse. Elle peut réussir "d'un coup sec" (comme au Chili en 1973), mais aussi ne pas réussir tout de suite et s'ensuit une situation de guerre civile. Le mouvement de masse et "l'aile gauche" de la classe dominante vont résister côte-à-côte à l'offensive réactionnaire. S'il n'y a pas de Parti, soit la Réaction triomphe, soit "l'aile gauche" résiste (en s'appuyant sur le mouvement de masse) et gagne, mais à son seul bénéfice (Venezuela 2002). Mais s'il y a un Parti, celui-ci peut prendre la direction SUBJECTIVE de la résistance et écraser la contre-offensive réactionnaire. Dès lors, sa victoire se transforme en révolution. L'aile gauche de la classe dominante n'est plus qu'un appendice, au sein du Front uni, qui suit le mouvement car ses individus veulent rester en vie : elle n'est plus la classe dominante.

Cela ne s'est jamais produit. Mais l'on reconnaîtra ce qui aurait pu se passer dans l'État espagnol, avec la Guerre civile (1936-39). Malheureusement, trop d'erreurs ont été commises (lutte sur deux fronts des trotskistes et de certains anarchistes, soumission trop importante des "staliniens" et d'autres anarchistes à l'aile gauche de la classe dominante, guerre conventionnelle et non Guerre populaire). 

- La guerre impérialiste et le fascisme. Le capitalisme est en crise profonde, générale. Surproduction de capital, surproduction de marchandise, surproduction de forces productives : le taux de profit s'effondre. Pour s'en sortir, il doit faire "place nette" : c'est la GUERRE IMPÉRIALISTE MONDIALE. Depuis qu'il n'y a plus de terres inconnues, les puissances impérialistes ont toujours lutté entre elles pour le repartage du monde : des ressources, de la force de travail, des marchés. Mais là, il ne s'agit plus seulement de cela : il s'agit de guerre d'extermination. Il s'agit de détruire, chez les rivaux impérialistes (et dans leur Empire), du capital, des forces productives et notamment... de la force de travail humaine. C'est la grande barbarie qu'a connu l'humanité entre 1914 et 1945, avec les deux guerres mondiales et des dizaines de guerres moins connues ; et qui a permis le nouveau cycle d'accumulation 1945-75. Mais depuis la fin de celui-ci, la tendance a repris et s'est accélérée depuis les années 1990. Et entre les deux, il y a eu toutes les guerres à caractère contre-révolutionnaire (Corée, Indochine et Vietnam, Algérie, colonies portugaises etc.), d'ailleurs les guerres contre-révolutionnaires n'ont pas cessé entre la Révolution soviétique et la "Fin de l'Histoire" proclamée au début des années 90 : bref, tout le 20e siècle n'est qu'une longue guerre d'extermination pour l'humanité... et les 11 premières années du 21e siècle aussi.

Dans ce contexte se mettent en place des régimes qui ne sont pas seulement ultra-réactionnaires, mais MOBILISENT LES MASSES dans la Réaction et la guerre impérialiste ; ils ne sont pas archaïques, mais au contraire d'une grande modernité : ce sont les régimes FASCISTES. Ils parviennent, dans des buts réactionnaires sur toute la ligne, à "capter" le niveau de conscience de masse induit par le niveau des forces productives. On peut voir ainsi des bourgeoisies impérialistes se faire passer pour... "anticapitalistes" (Allemagne nazie) ou "anti-impérialistes" (bourgeoisie du Japon... impérial, bourgeoisie chinoise ou russe aujourd'hui). Le massacre et le pillage de pays entiers deviennent... des "guerres pour la liberté et la démocratie" (régime Bush-Cheney). Leur très grand sens de la modernité permet cette imposture.

Mais malgré cette mobilisation réactionnaire de masse, les souffrances endurées par les populations engendrent tôt ou tard une résistance. Le Parti communiste, lorsqu'il existe et qu'il est suffisamment fort, peut en prendre la tête. Il va alors agir de toutes les manières possibles, très différentes : résistance contre l'oppression impérialiste (ou la colonisation directe) dans les pays dominés, résistance contre une occupation étrangère dans le cadre de la guerre impérialiste, etc. Très fréquemment il va devoir travailler avec des forces bourgeoises qu'il devra soumettre à sa direction, ou se préparer à affronter dès "l'ennemi commun" vaincu... Lorsque la ligne suivie est correcte, la résistance à ce qui est - en définitive - la "manifestation locale" de la guerre impérialiste mondiale se transforme en révolution.

C'est ainsi qu'ont eu lieu, finalement, toute les grandes révolutions du 20e siècle. Déjà la Révolution russe, précédemment citée, avait eu lieu dans le contexte de la Première Guerre impérialiste mondiale (qui avait décuplé les souffrances des masses). La guerre impérialiste nazie en Europe a amené des Partis communistes au pouvoir dans toute la moitié Est du continent (même s'ils sombrèrent rapidement dans le révisionnisme, le "capitalisme d'État"). En Grèce cela ne fut empêché que de peu, au prix de grands massacres. En Italie et en France, cela fut empêché par le révisionnisme des PC. La guerre impérialiste japonaise en Asie a permis, dès la défaite du Japon ou dans les quelques années qui ont suivi, des révolutions démocratiques-populaires au Vietnam et dans toute la péninsule indochinoise (elles seront achevées en 1975), en Corée, et bien sûr en Chine. Le PC chinois était déjà né dans le grand chaos de la Chine des années 1920, divisée entre "seigneurs de la guerre" soutenus par les puissances impérialistes concurrentes. La Guerre populaire a surgi face à la guerre d'extermination contre-révolutionnaire de Tchang Kaï-chek, soutenu par les mêmes impérialistes. 

- Enfin, le "pourrissement réactionnaire" d'une "forme de gouvernement" réformiste, de "l'aile gauche" de la classe dominante. La "gauche" réformiste de la bourgeoisie est au pouvoir. Elle a surmonté toutes les contre-offensives de la droite réactionnaire, légales ou illégales, toutes les déstabilisations. Attention : nous parlons bien ici d'une véritable "gauche" réformiste bourgeoise, pas d'une "droite modérée" à la Mitterrand ou Jospin, Blair ou Schröder ou Clinton, dont la classe dominante dans son ensemble s'accommode très bien, parfois pendant des décennies (comme en Suède).

Mais voilà : la bourgeoisie "progressiste" ne le reste jamais très longtemps ; la nature de classe est principale et elle finit toujours par reprendre le dessus. L'exemple-type (et contemporain) est celui de Chavez au Venezuela (lui même étant un "bourgeois national", mais on parle bien sûr de ses "conseillers", ses "experts"). Il en va de même pour ses alter-egos, Morales en Bolivie ou Correa en Équateur.

Une révolution dans ce cas de figure n'a jamais eu lieu, il n'y a pas d'exemple historique. Le Parti "révolutionnaire institutionnel" mexicain, après Cardenas (exemple type de "l'aile gauche" de la classe dominante), a pu pourrir pendant... 60 ans, avant d'être remplacé... par la droite conservatrice dure. Ce qui fait souvent dire aux communistes que le réformisme social bourgeois est, finalement, le pire obstacle à la révolution. Faut-il pour autant s'y résigner ? Les communistes ne devraient-ils pas, plutôt, se pencher sur la question de la stratégie à adopter dans cette situation ? Une situation finalement comparable à la deuxième, la contre-offensive réactionnaire, sauf que celle-ci se fait de l'intérieur du parti bourgeois réformiste au pouvoir, et non de l'extérieur : ce n'est pas la droite qui renverse la gauche, mais la gauche qui DEVIENT de droite. L'idée que, face à cette droitisation d'une "gauche" bourgeoise (généralement, on l'a dit, portée au pouvoir par un mouvement de masse), le prolétariat et les classes populaires sont "désarmées", "démobilisées", doit être relativisée : on le voit bien en Bolivie et en Équateur, où face aux mesures gouvernementales de plus en plus réactionnaires, les masses résistent. Au Venezuela, l'extradition par Chavez d'un militant progressiste vers la Colombie fasciste a soulevé une grande indignation. On peut encore faire le parallèle avec la trahison réformiste de la direction "maoïste" au Népal. Il serait bien que les communistes aient une stratégie de mobilisation de masse et de conquête du pouvoir dans ces cas-là !

En l'état actuel des choses, si l'on prend l'exemple du "Gouvernement de Bloc Populaire" prôné par le (n)PCI, la stratégie est totalement basée sur l'hypothèse d'une (rapide) contre-offensive réactionnaire (-> guerre civile -> révolution socialiste). Si le GBP lui-même "pourrit" et devient réactionnaire, rien n'est prévu... 

Passons maintenant à l'étape suivante : la transition depuis l'ordre social renversé (capitaliste, semi-colonial semi-féodal...) vers le communisme. Une fois que la classe dominante a été chassée du pouvoir d’État, la lutte se poursuit, si l'on peut dire, "à fronts renversés".

 

SUITE>>>

 

1658.SovietFlag

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Théorie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple