Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:14

 

À Chelles (région parisienne), la jeunesse populaire d'un lycée s'est soulevée non pas derrière ses profs en bêlant "des profs ! des moyens !"... mais bel et bien CONTRE EUX et l'administration de l'établissement, qui venait de durcir drastiquement le règlement intérieur. Ceci a entraîné l'intervention de la police (en mode "anti-émeute") et des affrontements avec les lycéens :
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/chelles-echauffourees-entre-lyceens-et-policiers-a-bachelard-12-05-2014-3834959.php

La mobilisation se poursuivait le lendemain (hier), dans une ambiance tendue mais sans affrontements :
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/chelles-200-ados-rassembles-devant-le-lycee-ce-matin-13-05-2014-3837199.php

Des images ici :
http://lechellois.blogencommun.fr/2010-10-emeutes-a-chelles-reportage-photo/

chelles-emeute7

Il s'en trouvera évidemment pour dire que tout cela est "décomposé", vu que maintenant que le z'horrible FN guette au tournant, il faut respecter et soutenir notre bonne vieille Républiiiiiique et son brave Premier ministre de l'Intérieur "antifasciste" Valls... Bien loin de Mao Zedong et de son éternel et universel "on a raison de se révolter" !

Et ne parlons même pas des affreux "régionalistes identitaires au service des notables locaux" (c'est ironique bien sûr) qui ont "sévi" samedi dernier à Bastia, en Corse occupée, en marge d'une manifestation pour le "statut de résident" (= contre l'appropriation coloniale du mètre carré habitable) :

http://www.corsematin.com/article/derniere-minute/affrontements-a-bastia-en-marge-de-la-manifestation-des-nationalistes.1373652.html

http://www.corsicainfurmazione.org/59745/corse-simudistupaese-ouverture-dune-enquete-preliminaire/2014/

BastiaBastia2


 

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Revue de presse
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 09:08

 

Information tombée en entrefilet hier soir sur les chaînes d'information en continu :
http://www.francetvinfo.fr/image/750f8vpoh-bd8f/908/510/3966753.jpg

Isabel Carrasco, 59 ans, présidente de la province de Llión/León et membre du Parti populaire au pouvoir [NDRL depuis décembre 2011, et dont on peut rappeler le bilan en quelques chiffres : 6 millions de chômeurs (très rapidement sans le moindre revenu), 3 millions de personnes vivant avec moins de... 300 euros par mois, plus de 500.000 travailleurs partis chercher de quoi vivre hors du pays et bientôt le droit à l'avortement supprimé], a été tuée par balles ce lundi. "Elle est morte. Elle a été visée par plusieurs coups de feu et elle est morte", a déclaré un porte-parole du Parti, dont elle était la dirigeante locale.

Les faits se sont déroulés peu après 17h, sur une passerelle piétonne qui enjambe le fleuve Bernesga. Des témoins racontent qu'une femme a fait feu à trois reprises sur sa victime.

Rapidement, l'intervention d'un policier à la retraite a permis l'identification et l'arrestation des auteures présumées. Il s'agit de deux femmes, "la femme et la fille d'un inspecteur de police" a précisé le préfet de la région de Castille et León, Ramiro Ruiz Medrano. "Il semble que la fille ait été licenciée hier par l'administration de la province où elle travaillait comme ingénieure des travaux publics", a ajouté le ministère.

Outre ces quelques éléments glanés dans la presse bourgeoise, la "victime" était connue pour régner sans partage sur "sa" province et pour s'être exclamée au sujet d'un groupe de mineurs en lutte qui avaient occupé la Députation (= Conseil général) : "Alors, comment ils ont passé la nuit ces fils de pute ?"...

CQFD. Bien entendu, Servir le Peuple ne fera pas publiquement de commentaires sur cet évènement.


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Revue de presse
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 12:01


Ce texte d'un militant intellectuel marxiste, opposant de gauche au régime de Vladimir Poutine, a été publié sur le site camarade Democracy & Class Struggle : http://democracyandclasstruggle.blogspot.fr/2014/05/donetsk-peoples-republic-and-russias.html

Il s'agit là pour nous de poursuivre notre travail d'enquête sur la situation dans ce pays qui fait la Une des JT quotidiens ; de donner un point de vue (venant du cœur de l'un des principaux protagonistes, la Russie) sur cette situation sans forcément en partager jusqu'à la moindre virgule.

Ce que dit le texte en substance : pour les progressistes et les antifascistes d'Ukraine qui luttent contre la junte de Kiev, la Russie de Poutine n'est pas un soutien fiable ; pas plus que ne l'étaient les impérialismes français ou anglais pour les antifascistes de l’État espagnol en 1936, l'URSS pour la révolution cubaine et d'autres révolutions autour du monde dans les années 1960 ou 1970, ou encore la même Russie de Poutine et la Chine ultra-capitaliste de Xi Jinping pour les peuples des pays "bolivariens" d'Amérique du Sud aujourd'hui. Il faut savoir compter sur ses propres forces.

kagarlVoici un article de Boris Kagarlitsky, intellectuel et dirigeant politique de la gauche russe. Nous en publions ces extraits afin d'essayer de saisir le caractère du mouvement populaire du Donbass (région de Donetsk, sud-est de l'Ukraine) et de montrer la peur du Kremlin face à un véritable mouvement de masse.       

Les politiciens occidentaux savent parfaitement qu'il n'y a pas d'invasion russe, et ceci est précisément le principal problème international pour eux. Admettre cela serait admettre que le gouvernement de Kiev est parti en guerre contre son propre peuple. Parler de la République populaire de Donetsk comme d'un phénomène politique indépendant leur est impossible : cela imposerait de poser la question des raisons de ce soulèvement populaire, et d'examiner ses revendications. Le discours sur les agents du Kremlin et les 'omniprésentes' troupes russes — impossibles à découvrir, mais ayant occupé près de la moitié de l'Ukraine sans tirer un coup de feu ni même se montrer sur le territoire ukrainien — joue contre la République de Donetsk un rôle exactement similaire à la propagande anti-bolchévique de 1917, avec ses histoires d'agents allemands et de financements par l’État-major du Kaiser.

La question ici n'est pas tant de discréditer les opposants au pouvoir en place, en les dépeignant comme des traîtres à leur pays, que de dissimuler l'essence de classe, la base sociale du mouvement qui s'est levé. Une peur à demi-inconsciente s'est emparée de l'opinion libérale, depuis les intellectuels et les politiciens jusqu'aux presque progressistes bourgeois bon teint, et les force à croire les divagations les plus flagrantes, à répéter les plus manifestes âneries du moment que la lutte de classe n'est pas mentionnée ni même envisagée de quelque sérieuse manière. La lutte de classe c'est-à-dire, non pas comme celle décrite dans les ouvrages appris par cœur ou dépeinte par le cinéma d'avant-garde, mais comme celle qui existe dans la vraie vie et qui y devient un fait politique pratique. (...)

Bien plus importantes que les ressemblances entre les deux mouvements [de Maïdan et de Donetsk], sont les différences.

628x471Les distinguos essentiels à faire ne sont pas même idéologiques, bien que la comparaison entre les slogans dominants (fascistes dans le cas de Maïdan, revendications sociales accompagnées au chant de L'Internationale dans le cas de Donetsk) mérite incontestablement d'être faite. Les différences idéologiques reflètent en dernière analyse les différences fondamentales de nature sociale et de base de classe des deux mouvements. Bien entendu, la révolte du Sud-Est n'est pas simplement la négation de Maïdan mais aussi son résultat et sa continuation, tout comme Octobre 1917 était à la fois le résultat et la continuation de Février et sa négation. La caractéristique d'une crise révolutionnaire, une fois qu'elle a échappé à tout contrôle, est d'attraper dans son orbite de nouvelles couches de la société, des groupes et des classes qui n'y avait pas pris part auparavant.

Il faut reconnaître que l'expérience de Maïdan n'a pas atterri à la poubelle. En se soulevant contre les autorités de Kiev, les habitants du Sud-Est ukrainien ont repris les mêmes méthodes par lesquelles les radicaux d'extrême-droite ont forcé le précédent régime à se soumettre à leur volonté. Les manifestations de rue ont évolué rapidement vers l'occupation des bâtiments administratifs. Mais les activistes de Donetsk et Luhansk, refusant de se limiter à la prise de ces bâtiments, ont annoncé la création de leurs propres républiques populaires. Tandis qu'à la mi-avril la République de Luhansk restait largement un slogan du mouvement de masse, à Donetsk elle a bientôt pris le tour d'un pouvoir alternatif. La prise des postes de police locaux et d'autres installations étatiques a aidé à cela. Certaines de ces occupations ont été le fait de la foule révoltée, mais dans beaucoup de cas des groupes armés disciplinés ont été impliqués : anciens membres des forces spéciales de police Berkut et d'autres forces de sécurité ukrainiennes qui ont été démises par le nouveau gouvernement de Kiev ou ont déserté (certaines unités ont quitté le service en tant que telles, avec armes et munitions).

La propagande officielle de Kiev a répondu en décrivant les anciens officiers de leurs propres forces de sécurité comme des forces spéciales russes spetsnaz. Mais parmi la population du Sud-Est, aux sympathies pro-russes marquées, ces accusations n'ont pas servi à discréditer la révolte mais ont au contraire eu l'effet d'un panneau publicitaire en sa faveur. Le plus les autorités 74084395 adf38118-34b6-48ed-b9ff-942f357ee9c5de Kiev et leurs partisans parlaient d'intervention directe et même d'"occupation" russe dans la région, le plus les gens des localités concernées rejoignaient le mouvement.

Le principal détonateur de la révolte, cependant, n'a pas été les sympathies pro-russes de la population locale, ni même l'intention affichée des dirigeants de Kiev d'abroger la loi donnant au russe le statut de "langue régionale". Le mécontentement s'est longuement développé dans le Sud-Est, et la goutte d'eau qui a fait déborder le vase a été l'aggravation dramatique de la crise économique qui a suivi le changement de gouvernement à Kiev. Après avoir signé leurs accords avec le FMI, les autorités ont décrété des augmentations brutales dans les tarifs du gaz ou de la santé, et une explosion sociale est devenue inévitable.  Dans l'Ouest du pays et dans la capitale, l'indignation grandissante a pu être canalisée pour un temps grâce à la rhétorique nationaliste et à la propagande anti-russe. Mais appliquée aux habitants de l'Est, cette méthode a eu l'effet inverse. En tentant d'éteindre le feu dans l'Ouest, les autorités ont jeté de l'huile dessus dans l'Est.

L'avenir de la République de Donetsk demeure indécis, et ceci représente une immense opportunité historique dont on ne trouvait pas la moindre trace lors des manifestations de Maïdan, dont les leaders n'étaient pas toujours capables de contrôler la foule mais gardaient ferme et effectif le contrôle de l'agenda politique.

Au contraire, la République de Donetsk formule son agenda par en bas, littéralement au fil de l'eau, en réponse à l'état d'esprit de la population et au cours des évènements. Strictement parlant cette république n'est pas vraiment un État, mais plutôt une coalition de différentes localités, pour la plupart auto-organisées. En fait, elle est la parfaite incarnation du concept anarchiste d'ordre révolutionnaire [Servir le Peuple oserait ici un autre parallèle historique : cette "République de Donetsk" a définitivement quelque chose de "l'utopie pirate" de Fiume (Rijeka) avec D'Annunzio en 1919, dans ses aspects "plébéiens" égalitaristes/socialisants et ses aspects nationalo-chauvinistes militarisés, aux idées parfois détestables du style "l'Adriatique est un lac italien" et les populations slaves présentes n'ont rien à faire là ; bref dans sa "radicalité" potentiellement porteuse du meilleur (mobilisation/conscience révolutionnaire) comme du pire (fascisme) : de fait plus ou moins la moitié des Arditi de 1919 (de Fiume et d'ailleurs en Italie) s'engageront dans les Chemises Noires de Mussolini et l'autre moitié dans la résistance armée contre celui-ci (l'on trouvera notamment parmi eux Alceste De Ambris, syndicaliste révolutionnaire co-rédacteur de la "Charte du Carnaro" - la "constitution" de Fiume) ; tandis que D'Annunzio salué alors par Lénine comme le "seul véritable révolutionnaire d'Italie" deviendra un soutien "anticonformiste" du régime mussolinien, mais un soutien quand même...].

946766770Curieusement, les anarchistes en question refusent d'avoir quoi que ce soit à voir avec elle, préférant répéter comme des perroquets la rhétorique patriotique d’État des nouveaux maîtres de Kiev.

Il n'est pas difficile de comprendre que les raisons pour lesquelles l'auto-organisation de la République de Donetsk fonctionne relativement bien sont que l'ancien appareil administratif continue à expédier les affaires courantes comme si rien de particulier n'était arrivé, tandis que les questions de gouvernement se résument à organiser la défense. Mais ceci est-il tellement différent de la Commune de Paris (non pas la Commune idéalisée et romancée d'aujourd'hui, mais celle qui a concrètement existé) ? Si la République populaire de Donetsk survit plus longtemps, elle sera inévitablement amenée à se transformer, et il est loin d'être sûr que ce sera pour le meilleur. Mais en livrant actuellement sa première bataille, elle a déjà démontré un grand potentiel d'auto-organisation des masses. Des personnes sans armes ont réussi à stopper des unités de l'armée ukrainienne et même à mener l'agitation auprès des soldats, repoussant l'opération "antiterroriste" lancée par Kiev. Cette résistance pacifique ne sera pas purement et simplement enterrée dans l'histoire, mais deviendra un élément important de l'expérience sociale collective des travailleurs russes et ukrainiens.

Donetsk dans l'ombre de Moscou

Ce n'est un secret pour personne que les masses en rébellion du Sud-Est de l'Ukraine ont pu compter sur le soutien de Moscou. Agitant les drapeaux tricolores russes et scandant des slogans sur leur amour de la Russie, elles ont sincèrement espéré amener l’État frère de leur côté. Cet espoir a uni des personnes qui rêvent d'unification avec la Russie, d'autres souhaitant plutôt une Ukraine fédérale, et d'autres encore espérant simplement que la Russie les défendrait contre la répression de Kiev. Mais dès le début, les officiels de Moscou ont tenu un discours ambigu sur les évènements. Tout en soutenant clairement un mouvement dirigé contre le gouvernement ouvertement hostile de Kiev, ils sont tout sauf prêts à sponsoriser une révolution populaire quand bien même celle-ci servirait à étendre le territoire russe. Les fonctionnaires du Kremlin ne goûtent guère l'idée d'accueillir comme nouveaux citoyens une masse de population rebelle organisée, souvent armée et habituée à lutter activement pour ses droits. Ceci est imageparticulièrement vrai dans le contexte de crise sociale et économique grandissante en Russie même. Les révolutions parfois s'exportent, mais il existe peu de dirigeants d’État qui souhaitent en importer une.

Moscou n'a jamais voulu conquérir l'Ukraine ni la démembrer. Non pas parce que le Kremlin respecterait les intérêts d'un État voisin, mais tout simplement parce que la direction russe n'a aucun plan stratégique. Deux concours de circonstances ont exacerbé la situation. Dans le premier cas, il s'est avéré impossible de consolider les résultats obtenus en Crimée. L'annexion de la Crimée à la Russie a été indiscutablement improvisée, non tant du côté de Moscou que des élites criméennes qui ont réagi au changement de situation et l'ont exploité pour servir leurs intérêts. Mais une fois la Crimée annexée, la principale tâche pour la diplomatie russe est de défendre l'acquisition. Ceci implique en partie de sacrifier les intérêts du Sud-Est ukrainien. Dans le même temps, la société russe, contrairement à l'intelligentsia libérale, a massivement soutenu les insurgés de Donetsk ce qui a mis le Kremlin dans une situation très difficile : encourager ouvertement un tel mouvement signifierait diffuser une culture de résistance et de révolte dans les masses mais un brutal changement de cap, impliquant un refus de soutenir les rebelles, serait également risqué : l'esprit patriotique cultivé par les autorités russes elles-mêmes pourrait prendre un caractère de contestation. 

Dans une telle situation, la politique du Kremlin est nécessairement ambigüe et contradictoire ; mais nous avons assisté à un curieux moment de vérité avec l'accord signé par la Russie, l'Ukraine et l'Ouest à Genève le 17 avril. De prime abord tout semblait absolument propre et conventionnel : appels à la réconciliation, désarmement et concessions mutuelles. Mais avant même le début de la rencontre, soi-disant pour des raisons techniques, la partie russe renonça à sa demande que des représentants du Sud-Est de l'Ukraine prennent part aux discussions.

2014-04-13-19-52-08-72636Il a été affirmé plus tard que la délégation russe à Genève avait représenté le point du vue des organisations de l'Est ukrainien, en particulier le Parti des Régions et autres structures oligarchiques. La République populaire de Donetsk, seule force réellement capable d'unir la population et de contrôler la situation au niveau local, n'a pas même été mentionnée.

Le texte de la résolution finale indiquait clairement que Moscou ne s'opposera pas à la liquidation de la République de Donetsk : "Parmi les étapes dont nous appelons à la mise en œuvre, se trouvent les suivantes : toutes les organisations armées illégales doivent être désarmées, tout bâtiment occupé illégalement doit être retourné à ses détenteurs légitimes, tous les rues, les places et autres lieux publics occupés en Ukraine doivent être dégagés. Un amnistie devra être mise en place pour tous les protestataires, à l'exception de ceux ayant commis de graves crimes".

Il apparaît clairement que l'idée principale qui sous-tend le document et a uni ses différents signataires est le refus de reconnaître la République de Donetsk comme un fait politique. Ce point faisait consensus et a servi de base réelle au pacte. La sous-section sur le désarmement des "formations illégales" a été rédigée de manière calculée pour complaire aux autorités de Kiev. Sur le principe, la sous-section propose le désarmement des deux bords. Mais le gouvernement de Kiev va forcément conserver, comme tout gouvernement, ses forces armées et de sécurité ; tandis que la République de Donetsk n'a pas d'autre formation armée que sa milice "illégale". Lavrov a déclaré plus tard que par "formations illégales" il avait également la Garde nationale ukrainienne à l'esprit, mais ceci n'apparaît nulle part dans le texte de l'accord. Le côté ukrainien et l'Occident pourront interpréter l'accord différemment et, en termes juridiques, cela sera parfaitement correct : la Garde nationale a été mise en place par une décision officielle du gouvernement avec l'accord de la Rada [Assemblée] suprême ukrainienne. Tandis que concernant les centuries "sauvages" et les éléments du Secteur Droit qui n'ont pas encore 140315231140-ukraine-donetsk-pro-russia-rally-scenes-from-tété incorporés à la Garde nationale, le gouvernement de Kiev rêve lui-même de les désarmer, étant donné que des problèmes commencent à surgir avec eux.

Plus importante encore est la demande de libérer les bâtiments occupés et de démonter les barricades dans les rues et sur les places. Si cette stipulation est satisfaite, cela signifiera tout simplement l'auto-liquidation des républiques de Donetsk et Luhansk et le retour à leurs postes des administrateurs nommés par Kiev ; en dépit du fait que ce sont précisément ces nominations qui ont provoqué le soulèvement. Pour gouverner les provinces du Sud-Est, Kiev a désigné des oligarques haïs par le peuple étant donné qu'ils cumulent l'autorité politique avec leur pouvoir économique.

Il est notable que ce point ne fait l'objet d'aucune concession en contrepartie [côté Kiev et Occident]. Rien n'est dit, par exemple, au sujet d'un abandon officiel par Kiev de sa campagne soi-disant "antiterroriste" dans l'Est, et il n'est pas plus suggéré que les unités militaires soient retirées vers leurs lieux de cantonnement habituel. Ceci serait pourtant parfaitement logique, vu l'échec évident des opérations et l'état de décrépitude de l'armée.

En somme, Moscou a signé un accord proposant au soulèvement de capituler en échange d'une vague promesse de processus constitutionnel "ouvert" et "inclusif", et n'a même pas proposé des pourparlers directs avec les insurgés ! Naturellement, les représentants ukrainiens n'ont été appelés à donner aucun engagement clair sur la manière dont ces réformes seraient engagées.

Les diplomates russes étaient tellement pressés de signer l'accord de Genève avec Kiev qu'ils ne se sont même pas embarrassés de demander le retrait de la scandaleuse interdiction d'entrer en Ukraine pour les citoyens russes de sexe masculin, en dépit du fait que cette interdiction contredise toutes les normes internationales et cause une violation flagrante des droits humains, ce que les négociateurs russes auraient dû pointer du doigt en présence des représentants occidentaux.

5350-05-donetsk1Les autorités de Kiev n'ont pas perdu de temps pour profiter des opportunités qui leur étaient données. Le Premier ministre Arseni Iatseniouk a commencé à déverser les menaces sur les rebelles de Donetsk et Luhansk, exigeant leur reddition immédiate et se référant à l'accord de Genève, dans le cadre duquel la Russie aurait été "forcée à condamner l'extrémisme".

L'arrestation de Constantin Doglov, l'un des leaders de la coalition de centre-gauche Unité populaire à Kharkov, les attaques du Secteur Droit sur les checkpoints de la République de Donetsk et les actes de répression contre les activistes qui ont immédiatement suivi la signature de l'accord confirment que Kiev n'a jamais eu à l'esprit le moindre dialogue démocratique ni le moindre règlement pacifique du conflit. Quand bien même le gouvernement de Turchinov et Iatseniouk aurait été prêt à faire des concessions, il en aurait été empêché par les nationalistes radicaux, sans le soutien desquels il ne peut pas rester en place.

De leur côté, les dirigeants de la République de Donetsk ont déclaré qu'ils étaient heureux de voir l'expression, dans l'accord de Genève, d'un "changement de position des pays de l'Ouest vis-à-vis des évènements" ; mais que leurs représentants n'ayant pas été invités à la rencontre et n'ayant pas signé le document, ils ne se considéraient pas liés par celui-ci : "Nous sommes forcés de constater que notre avertissement concernant l'absence de valeur et l'absurdité politique d'un dialogue 'pan-ukrainien' excluant la participation des représentants de l'Est du pays et de la République populaire de Donetsk s'est avéré totalement justifié. Ignorer la volonté populaire du Donbass a eu un triste mais prévisible résultat : le résultat des discussions ne peut être qualifié autrement que d'ensemble d'appels vains et incohérents, impossibles à réaliser en pratique, dictés par quelques obscurs personnages à une population jamais nommée et devant être mis en œuvre sur une période indéterminée et par des moyens inconnus. Ces appels ne sont le reflet ni de la réalité politique actuelle ni de la nouvelle situation institutionnelle qui Pro-Russian-activists-out-008a émergé depuis la proclamation de la République populaire souveraine de Donetsk, sur le territoire de laquelle n'opèrent aucunes forces institutionnelles".

L'accord de Genève ne sera jamais appliqué. Comment qui que ce soit pourrait-il forcer des gens à accepter un tel accord, lorsque ces gens ont tout juste commencé à prendre conscience de leur force ? Lorsque des chars d'assaut prennent leurs jambes à leur cou et s'enfuient ? Lorsque des colonnes militaires sont arrêtées par de simples sifflets et insultes ? Ces gens ne vont pas abandonner leurs positions simplement parce que des messieurs importants à Genève, sans demander l'avis de personne sur le terrain, ont pris sur eux de décider du sort des autres.

Pour quiconque ayant eu, à Donetsk ou Luhansk ou Odessa ou Kharkov (ou même Kiev), quelques espoirs que la Russie de Poutine résolve tous les problèmes par son intervention, les récents évènements auront été une amère déception. Mais cette déception ne peut en réalité que profiter au mouvement. La révolution ne doit pas seulement compter sur ses propres forces : elle a DÉJÀ suffisamment de force pour être couronnée de succès. C'est particulièrement vrai du fait que sans considération aucune pour la position du Kremlin, la sympathie de la société russe reste du côté du peuple insurgé de ce pays frère.

La Russie étant elle-même concernée, les couches dirigeantes risquent de rester coincées dans l'ornière qu'elles ont patiemment creusée elles-mêmes. En capitulant sur la question ukrainienne, elles retourneraient contre elles-mêmes les sentiments patriotiques qu'elles ont attisés de toutes les manières possibles tout au long des derniers mois.

Aucun fait, bien sûr, ne convaincra jamais les personnes qui considèrent Poutine comme un chevalier sans peur et sans reproche ou, à l'opposé, comme un affreux méchant de conte de fées. Mais ces personnes, bien que spammant 70% de l'internet avec leurs divagations, sont tout sauf une majorité...

donetsk-protest-reu-1200

Source et article complet : http://links.org.au/node/3838

Cet article et la situation en Ukraine dont il traite appellent de notre part les réflexions générales suivantes :

- Nous sommes revenus au début du 20e siècle ce qui signifie qu'en dehors de quelques cas de Guerres populaires (Asie du Sud, Philippines, ce qu'il en reste au Pérou ou en Turquie) et de luttes de libération relativement oubliées (Delta du Niger), tout évènement conflictuel dans le monde a principalement un aspect inter-impérialiste : si le conflit n'est pas piloté dès le départ par l'affrontement entre puissances et/ou 'blocs' impérialistes (comme c'est le cas en Ukraine), il le devient au bout de quelques semaines ou mois (Libye, Syrie) dès lors qu'une solution de "tout changer pour que rien ne change" (Tunisie, Égypte) n'a pas été trouvée par l'oligarchie locale et la "communauté internationale" impérialiste.

- Les évènements potentiellement intéressants pour nous communistes sont forcément secondaires ; forcément à rechercher AU-DESSOUS de cet aspect principal ; et généralement de nature ambivalente et contradictoire. Si nous nous arrêtons à l'aspect inter-impérialiste et inter-réactionnaire principal, nous ne pouvons pas les voir ; exactement comme quelqu'un qui se serait arrêté à l'affrontement entre l'Allemagne du Kaiser (avec ses alliés austro-hongrois et turcs) et les impérialistes franco-britanniques avec leur allié russe, pendant la Première Guerre mondiale, n'aurait pas pu voir la naissance de la Guerre de Libération irlandaise ou de la Guerre de Libération arabe (au Machrek) qui se poursuivent encore au jour où nous écrivons, ni même de la Révolution bolchévique ("coup" des Allemands selon la propagande de la bourgeoisie russe et des Alliés). Nous sommes comme face à un lac gelé dont il faut briser la glace pour aller voir sous la surface.

- Nous devons savoir évaluer les résultats concrets d'une action concrète en dépit des intentions et motivations idéologiques premières de leurs initiateurs, étant donné le flou artistique idéologique dans lequel le grand reflux du mouvement communiste international (1975-2000) a plongé les choses. Ceci est typiquement le cas dans l'Est et le Sud de l'Ukraine mais peut aussi s'appliquer aux "Bonnets rouges" (mouvement des ouvriers et des paysans bretons de l'automne 2013) ou aux Forconi du Mezzogiorno italien, ou encore à la victoire psychologique du Hezbollah libanais sur l'entité sioniste en août 2006 (immense victoire pour tout le Peuple arabe du Machrek). Comme l'explique magistralement le Comité Anti-Impérialiste dans un excellent texte, rappelant ni plus ni moins que les fondamentaux du marxisme, "dans une situation d’oppression, les idées qu’ont en tête ceux qui résistent ne constituent pas la question principale : ce qui compte c’est ce qu’ils font. Tel est le point de vue du matérialisme historique comme l’a magnifiquement montré Engels dans La guerre des paysans en Allemagne".

- Nous ne devons pas pour autant oublier les intentions et revendications légitimes premières sous prétexte que le résultat concret d'un mouvement est négatif : ceci s'applique à la Syrie mais peut aussi s'appliquer au mouvement EuroMaïdan de l'hiver dernier en Ukraine, ou ici en Hexagone aux mouvements populaires (colonisés intérieurs) de rejet de l'idéologie républicarde dominante et de ses "religions" ("laïcité", "Lumières", Droits de l'Homme BLANC, soutien indéfectible au sionisme en manipulant honteusement la mémoire de la Shoah) quand bien même ils déboucheraient sur des positions politiques réactionnaires comme le dieudonnisme ou le salafisme antisémite assassin d'un Mohamed Merah.

- Nous ne devons pas ignorer les résultats positifs mineurs d'évènements concrets sous prétexte que les résultats négatifs prédominent : cette prédominance est certes une réalité à court terme, mais les aspects positifs aujourd'hui mineurs peuvent être les "graines" de développements ultérieurs très positifs à moyen et long terme. Nous ne devons pas oublier que les classes dominantes (bourgeoisies impérialistes, oligarchies expansionnistes régionales et bureaucrates-compradores locaux) "font" peut-être l'histoire dans l'immédiat, mais que les masses font l'histoire sur la longue durée.

- Nous devons (ré)apprendre à analyser les évènements mondiaux dans TOUTE LEUR COMPLEXITÉ. Nous devons rejeter les dogmatiques et les révisionnistes qui veulent, vers tous les Orients compliqués de la planète, "voler avec des idées simples". Nous devons nous débarrasser des vieilles habitudes de la Guerre froide ce qui signifie ne pas se faire les thuriféraires aveugles des impérialismes russe et chinois, des "BRICS", de l'expansionnisme iranien ou de l'ALBA cubano-vénézuélienne dans lesquels certains cherchent à voir désespérément le bloc pseudo-"socialiste" soviétique dont ils sont orphelins, mais aussi ne pas "clôturer" les dossiers internationaux d'un revers d'un main sur un simple "c'est un affrontement inter-impérialiste entre factions locales bureaucratiques-compradores fascistes", comme c'était "tout simplement" hier "l'impérialisme occidental contre le social-impérialisme de Moscou" : ce maoïsme-là est précisément un maoïsme qui n'est pas sorti des réflexes de la Guerre froide (typiquement le maoïsme péruvien "pensée Gonzalo" de ce qu'il reste du PCP, et ses partisans internationaux). Les masses en mouvement sont le facteur historique déterminant en dernière instance et la révolution prolétarienne mondiale est inéluctable, quand bien même sembleraient prédominer pour le moment les manœuvres des impérialistes, des expansionnistes régionaux et des clans oligarchiques concurrents : JAMAIS ceux-ci ne pourront contrôler éternellement TOUTES les mobilisations de masse qu'ils auront suscitées. Dans la "matière brute" des forces révolutionnaires mondiales de demain se trouvent actuellement des partisans de la "République de Donetsk", de Nicolas Maduro au Venezuela ou du président déchu Zelaya au Honduras autant que des partisans déçus d'EuroMaïdan à Kiev ou de la révolte populaire initiale en Syrie. En dehors des quelques Guerres populaires sous la conduite d'un Parti communiste maoïste comme en Inde, nous sommes à l'heure de la crise générale du capitalisme, de ses conséquences socialement destructrices et parfois guerrières-meurtrières pour les masses et des RÉSISTANCES à cela, des "radicalités" populaires et des "utopies pirates" bourrées d'ambivalences comme cette République du Donbass qui fait tant penser au Fiume de D'Annunzio en 1919 ; "radicalités" mathématiquement porteuses d'autant de fascisme que de réformisme démocratique bourgeois... ou de conscience révolutionnaire ; tout dépendant du rôle que pourront et sauront jouer les forces révolutionnaires marxistes avancées dans l'affaire.  

C'est cela, être des matérialistes dialectiques. Libre à qui le souhaite de nous traiter d'opportunistes... et BONNE CHANCE pour faire la révolution du haut de leur groupuscule "gardien du Temple" de la "Vérité révolutionnaire", qui sera sans doute (n'en doutons point !) rallié spontanément et in extremis par des masses qu'ils auront couvertes d'injures jusque-là !

 

Repost 0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 07:08

 

Alors que le 1er Mai dernier a été l'occasion d'une nouvelle et lumineuse déclaration internationale maoïste ainsi que de l'annonce d'un évènement de la toute première importance : la fusion du CPI(ML) Naxalbari avec le PC d'Inde (maoïste) [clarifiant une nouvelle fois la ligne de démarcation avec les groupuscules dogmato-métaphysiques amis de Manuel Valls] ; deux évènements consécutifs viennent donner l'impression qu'une offensive mondiale anti-maoïste a été déclenchée.

En Norvège, c'est le vétéran (40 ans de militantisme) du mouvement Tjen Folket (Servir le Peuple !) Kjell Gunnar Larsen qui a été arrêté le 28 avril et poursuivi sous des accusations montées de toute pièce, risquant plusieurs années de prison : http://tjen-folket.no/Sentralt/view/11678

Liberté pour Kjell Gunnar Larsen ! Solidarité internationale avec Tjen Folket !

GunnarLarsenKjell Gunnar Larsen est un militant maoïste supporter de Tjen Folket (Servir Le Peuple – Norvège) et membre de l’organisation antiraciste SOS Rasisme.

Le lundi 28 avril au matin, il a été arrêté avec sa compagne par la police norvégienne. A travers lui c’est SOS Rasisme qui est visée, victime d’une répression féroce depuis 2008 sous de nombreux prétextes fallacieux notamment financiers. Alors même que l’organisation a fourni une documentation complète démontrant le caractère politique de cet acharnement.

En prison pour deux semaines, le camarade risque jusqu’à 6 ans de prison. L’État norvégien montre une fois de plus que la bourgeoisie est prête à tout pour asseoir sa domination et faire taire toutes contestations révolutionnaires. Face au développement de la répression, nous devons répondre par la solidarité internationale.

L’OCML Voie Prolétarienne exige la libération immédiate de Kjell Gunnar Larsen et l’arrêt des poursuites.

L’OCML Voie Prolétarienne apporte son soutien total à l’organisation maoïste Tjen Folket (Servir Le Peuple).

6 mai 2014

Free Kjell Gunnar Larsen ! International solidarity with Tjen Folket !

Kjell Gunnar Larsen is a maoïst activist supporter of Tjen Folket, and member of the anti rascist organisation SOS Rasisme.

He was arrested with his partner by the norwegian police in the morning of April, 28th. By arrested him, the police want to weaken SOS Rasisme, victim of repression since 2008 on many fake excuses, including financials ones. The organisation supplied a full documentation in order to prove the political side of this doggedness. In prison for two weeks, the comrade may risk 6 years of detention.

The Norwegian state proves once again that the bourgeoisie is ready to do anything to establish its domination, and make keep silent every revolutionnary protest. We have to respond the repression development by international solidarity.

MLCO Proletarian Way demands the immediate liberation of Kjell Gunnar Larsen and the stopping of pursuits.

MLCO Proletarian Way supports tottaly the maoïst organisation Tjen Folket.

Tjen Folket

11.05.2014

 

Et à présent en Inde, alors que le fascisme néocolonial "modéré" du Congrès s'apprête à céder la place au fascisme ultra BJP-RSS-Salwa Judum de Narendra Modi (ancien gouverneur du Gujarat responsable du méga-pogrom de plusieurs milliers de musulmans en 2002), la guerre d'anéantissement semble d'ores et déjà lancée avec l'arrestation (de style Plan Condor) le 9 mai au matin du professeur G.N. Saibaba, leader du Front révolutionnaire démocratique :  

Inde : Un professeur d’université arrêté comme maoïste

Un professeur de l’Université de Delhi a été arrêté vendredi matin à New Delhi pour des liens présumés avec les maoïstes. L’arrestation a été faite par la police de l’état du Maharashtra, qui a placé le professeur G.N. Saibaba en garde autour de 11h45 quand il était à Daulat Ram College de vérifier certaines épreuves. Il a été transféré à Maharashtra par l’après-midi. La police l’accuse d’être un maillon essentiel entre le Comité Central du PCI(maoïste ) et ses bases « urbaines » .

Exigeons la libération immédiate du professeur Saibaba! 

GN Saibaba1-509x405Le 9 mai dernier, le professeur G.N. Saibaba, qui enseigne l’anglais à l’Université de Delhi, était dans sa voiture alors qu’il retournait déjeuner à la maison. G.N. Saibaba est connu depuis un certain nombre d’années comme militant anti-impérialiste et co-animateur du Front révolutionnaire démocratique, une organisation de masse qui lutte contre l’oppression et l’exploitation impérialiste, la bourgeoisie vendue et le féodalisme. Il a notamment participé à plusieurs colloques et forums politiques dans divers pays, où il est intervenu au sujet des difficiles conditions d’existence de centaines de millions de paysannes, paysans et travailleurs et travailleuses en Inde. Cela lui a valu d’être systématiquement harcelé par la police indienne. Celle-ci a fouillé son domicile un peu plus tôt cette année, mais elle n’avait pas encore osé l’arrêter, de crainte des réactions que cela aurait suscitées en Inde et à l’étranger. Elle est toutefois passée à l’action le 9 mai à l’heure du lunch.

Sur le chemin du retour après avoir supervisé un examen, Saibaba a été arrêté par des policiers en civil de l’État du Maharashtra. Le professeur réside pourtant à New Delhi, dans un autre État, et c’est là où on l’a arrêté. Les flics lui ont bandé les yeux et l’ont amené contre sa volonté et sans lui offrir la possibilité de communiquer avec un avocat, d’abord dans un poste de police local, puis à l’aéroport de Delhi, où on l’a forcé à monter à bord d’un avion pour le Maharashtra. Constatant qu’il n’était pas rentré à la maison pour déjeuner, sa conjointe a essayé de le contacter, sans succès. Ce n’est que plus tard qu’elle a reçu un appel de la police de l’État du Maharashtra, qui lui a annoncé que son conjoint avait été arrêté et qu’un acte d’accusation allait être déposé contre lui. Quand elle a demandé plus de détails, la police a mis fin à la communication.

La célèbre auteure, journaliste et militante Arundhati Roy a vivement dénoncé cette arrestation: «Il s’agit d’un mépris éhonté des droits constitutionnels d’un citoyen. Auparavant, ces situations se produisaient seulement dans les villages pauvres, où il n’y a personne pour remettre en question les viols et les enlèvements; il semble bien que la répression ait maintenant atteint les grandes villes.»

Nous, membres du Comité prolétarien d’action révolutionnaire de Toronto (PRAC) qui sommes également impliquéEs dans la campagne internationale contre la guerre anti-populaire en Inde (ICAWPI), exigeons la libération immédiate du professeur Saibaba et condamnons cette arrestation arbitraire et inconstitutionnelle. Une vague de protestations a déjà commencé en Inde ; il est essentiel que les démocrates, progressistes et révolutionnaires se mobilisent partout dans le monde contre ce régime coupable de harcèlement et d’arrestations arbitraires.

ICAWPI-Toronto
(« International Campaign Against the War on the People in India »)
Comité prolétarien d’action révolutionnaire (PRAC)-Toronto
Le 10 mai 2014


Solidarité avec les camarades emprisonnés !
Arrêter un révolutionnaire n'arrêtera jamais la Révolution !

10339589 662611737143783 1061705310062606970 n


Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 13:05


Voici un excellent texte d'un maoïste états-unien (s'exprimant à la première personne dans plusieurs passages), publié sur le tout aussi excellent website  Maosoleum. Il présente des positions originales et intéressantes sur l'universalité de la Guerre populaire et des principes maoïstes en général, appliqués au cas concret de la guerre en Syrie – nous renverrons ceux qui nous diraient que c'est "cosmopolite" et "sans intérêt pour la réalité française" au nombre de personnes, particulièrement de jeunes culturellement musulmans ou convertis, qui se passionnent pour ce conflit au point d'aller y combattre - si nombreux que le gouvernement vient de prendre des mesures extraordinaires contre eux.

Ce qui est écrit est par bien des aspects exactement ce que nous aurions pu écrire lorsque nous avons mené la bataille idéologique sur ces affaires libyenne, syrienne etc. ; mais que nous n'étions pas parvenus à formuler aussi clairement. Et une leçon éclatante pour tous ces "communistes" (trotskystes comme "marxistes-léninistes" et même "maoïstes") qui vers l'Orient compliqué volent avec des idées simples – avec des schémas livresques pour être exact.

C'est plutôt long, mais encore plus intéressant ! Bonne lecture.


Notes sur l'universalité de la Guerre populaire prolongée : ni Assad ni OTAN


djihadistesIl a beaucoup été débattu, ces dernières années, de la guerre civile en Syrie au sein de la gauche au sens large, des mouvements socialiste et communiste et y compris des divers courants marxistes. Récemment, toutefois, on a pu voir fleurir les commentaires et la lutte de lignes au sujet de la récente déclaration de soutien militaire ouvert à l'"Armée syrienne libre" (ASL) par l'OTAN et les États-Unis. Ceci a notamment conduit à une lutte de lignes informelle dans notre propre entourage, online comme offline. C'est ainsi qu'un sujet certes important, mais pas urgent est devenu urgent, en particulier parce que j'y vois certaines confusions au sein des forces maoïstes, en particulier un suivisme éclectique et parfois opportuniste vis-à-vis des forces révisionnistes et nationalistes à la fois en Syrie et en dehors, mais aussi un abandon de la lutte pour affirmer le principe central du socialisme scientifique maoïste : l'universalité de la Guerre populaire prolongée.

Cet article n'est pas en tant que tel un article sur la Syrie en général (sujet complexe qui peut difficilement être abordé dans un seul article), pas plus qu'il ne s'adresse aux forces qui dans la gauche soutiennent l'ASL - c'est-à-dire le miroir inversé de la gauche pro-Assad. Il est une tentative de mener la lutte de lignes au sein du maoïsme, afin de clarifier et développer une ligne particulière que nous avons compris être la ligne correcte, maoïste, et l'ordre de marche sur cette question. Il a donc en tant que tel un champ limité, et merci d'avoir cette délimitation à l'esprit si vous souhaitez y répondre.

Siria anti-imperioCes confusions représentent un abandon du maoïsme et un embrassement du révisionnisme et de certaines formes de stalinisme ou de trotskysme ; elles représentent une régression si elles sont largement adoptées, et une régression aussi dans la lutte pour établir sinon l'hégémonie, du moins une position différenciée par rapport à d'autres courants et traditions, ce qui est nécessaire dans la lutte politique de masse.

Ces confusions dans le camp maoïste portent essentiellement sur trois axes :

1) Confondre le principe de lutte contre l'impérialisme avec soutenir un régime donné sur la seule base de sa posture envers l'impérialisme, principalement l'impérialisme US. Appelons cette confusion une erreur sur la nature de l'impérialisme.

2) Confondre le principe d'internationalisme prolétarien avec la défense de la libération nationale ; en général s'agissant d'un antagonisme entre un État-nation semi-colonial semi-féodal et des pays impérialistes ; en particulier s'agissant d'un État multinational créé arbitrairement par l'impérialisme britannique [et français NDLR] en 1920 comme la Syrie. Appelons cette confusion erreur nationaliste.

3) Confondre le principe d'universalité de la Guerre populaire avec le principe de Front uni pour la libération nationale. La tâche des communistes, partout, est de faire la révolution, car nous savons que l'on a raison de se révolter, mais qu'il est mieux de faire la révolution. Une des choses qui différencie le maoïsme des autres marxismes et même de la pensée Mao Zedong, c'est que nous avons compris le principe de Guerre populaire prolongée comme universel. Cela ne veut pas dire que l'aspect militaire est toujours l'aspect principal (ce qui serait de l'ultra-gauchisme), mais cela veut dire que lorsque l'aspect militaire devient principal (comme c'est le cas en Syrie, sur ce point nous ne pensons pas qu'il y ait discussion) la perspective doit être de développer la Guerre populaire prolongée dans les conditions spécifiques de classe d'une situation révolutionnaire donnée. Les lignes "maoïstes" qui ne mettent pas cela au premier plan laissent de côté l'universalité de la Guerre populaire prolongée (GPP) et la remplacent par d'autres perspectives, principalement de nature éclectique et opportuniste. Appelons cette confusion erreur d'éclectisme et d'opportunisme.

Nous allons tenter d'aborder successivement ces trois erreurs, mais nous nous pencherons d'abord sur une erreur secondaire de méthode qui est présente derrière toutes ces confusions.

L'erreur de manque d'investigation

Kurdish women Syria
Ni Assad ni OTAN : les femmes kurdes montrent la voie !

Ma position initiale sur les évènements a été relativement différente de celle sur la Libye (pour laquelle j'ai milité contre l'intervention impérialiste depuis une perspective de ne choisir aucun camp) : les spécificités des guerres en Libye et en Syrie (bien que partageant des similitudes) sont suffisamment importantes pour ne pas se contenter de copier-coller les positions.

Ce que nous avons là est une confusion secondaire par rapport aux trois principales au-dessus : c'est une erreur de science, appelons-la une erreur de manque d'investigation. Le maoïsme doit toujours rejeter le culte du livre. Mao traite du phénomène directement dans le titre de la quatrième section  de son ouvrage Contre le Culte du Livre : "L'absence d'enquête sur la situation réelle donne lieu à une appréciation idéaliste des forces de classe et à une direction idéaliste dans le travail, ce qui conduit soit à l'opportunisme soit au putschisme".

Plus loin dans cette section il écrit : "Nous devons nous débarrasser de l'idéalisme et nous garder des erreurs opportunistes et putschistes si nous voulons réussir à gagner les masses et vaincre l'ennemi. Et la seule manière de nous débarrasser de l'idéalisme est de faire l'effort d'enquêter sur la situation réelle".

Décortiquons tout cela :

1) L'idéalisme désigne ici le procédé de partir d'une idée et de substituer celle-ci à la confrontation dialectique avec la réalité matérielle. Ceci inclut le maniement d'un empirisme vulgaire - par exemple, privilégier certains faits matériels sur d'autres lorsque l'on élabore une ligne particulière. Dans le cas syrien, par exemple, l'idéalisme est présent dans la description du régime Assad comme "anti-impérialiste", alors qu'il est en réalité pro-impérialiste : il sert les intérêts de l’impérialisme russe et opprime nationalement les peuples non-arabes et arabe sunnite en Syrie, ainsi que d'autres groupes nationaux minoritaires. Il administre également un État semi-colonial/néocolonial dont les frontières ne résultent nullement d'un processus d'autodétermination nationale, mais des caprices de l'Empire ottoman (d'abord) puis de l'impérialisme britannique. Ceci est un exemple et nous ne nous plongerons pas davantage dans d'autres spécificités, mais cela suffit à montrer que l'idéalisme ne consiste pas seulement en une pensée abstraite (ce qu'il est souvent), mais aussi en un prétendu empirisme ou un matérialisme incomplet, qui ne s'est pas soumis à un large et ouvert travail d'investigation.

Coalition2) L'opportunisme désigne ici l'abandon des principes politiques dans le but d'avancer une perspective stratégique ou tactique particulière. Dans le cas de la Syrie, l'opportunisme tend principalement à s'exprimer dans le mouvement communiste sous la forme de "l'ennemi de mon ennemi est mon ami". Bien que ce ne soit pas toujours une mauvaise perspective, dans le cas syrien ça l'est : dès lors qu'il y a des amis disponibles non seulement sur la base d'un ennemi commun, mais aussi d'un commun objectif dans la lutte contre l'ennemi, il n'y a pas de raison de placer la barre aussi bas. Ceci a une longue tradition dans le maoïsme : rechercher l'alliance avec des forces qui suivent le même chemin et ont le même ennemi que nous, plutôt qu'avec des forces qui n'ont en commun avec nous que l'ennemi. Nous avons un ennemi commun aussi bien avec Assad qu'avec l'ASL, et ces ennemi dans les deux cas est l'impérialisme en général. Les opportunistes postulent que défendre Assad est anti-impérialiste, mais ce n'est pas le cas : la question du Kurdistan suffit à démolir cette affirmation.

3) Le putschisme désigne ici le point de vue que ce qui importe réellement est le contrôle central de la machine d’État, plutôt que l'organisation des masses populaires. Dans l'exemple syrien, ceci débouche sur l'idée que le régime Assad représente la seule force capable de s'opposer aux intérêts et aux positions politiques du bloc US-OTAN-Israël. Ce n'est pas le cas : il a lui-même démontré depuis longtemps être un tigre en papier. Les semeurs d'illusions putschistes ne tiennent pas compte – a priori – de la base populaire du soulèvement contre Assad et pire encore, convoquent au débat des thèses conspirationnistes paranoïaques et des affirmations que l'insurrection est totalement orchestrée par les services secrets impérialistes depuis le début. Aujourd'hui, il ne faut pas se voiler la face : les services secrets impérialistes sont partout dans l'ASL et ont pénétré tous les niveaux de l'insurrection. Pour autant, assumer cette réalité comme centrale est anachronique, et revient à abandonner le matérialisme dialectique et à décrire la lutte des classes comme de simples conspirations entre élites, niant tout rôle aux masses populaires. Soyons claires là aussi : les masses commettent des erreurs. Mais ce sont les erreurs des masses, pas de conspirateurs qui utiliseraient leur juste révolte à leurs fins. Les putschistes croient ainsi que les masses sont de pauvres pions dans un jeu joué par des forces supérieures, plutôt que des acteurs concrets de leur destinée. En Syrie, le soulèvement a débuté dans le prolongement d'une vague de révolte partie de Tunisie et entrant désormais dans sa troisième année avec les révoltes en Turquie. Les revendications initiales du mouvement étaient raisonnables et justes : plus de droits démocratiques, résolution de la question des nationalités [et autres communautés] opprimées incluant l'autonomie régionale et locale, et des élections pluralistes et libres. Dès le départ, bien entendu, des forces libérales et pro-US étaient présentes, ainsi que des islamistes, mais il y avait aussi des communistes, des nationalistes kurdes et d'autres forces de gauche et progressistes. La réaction initiale du régime, pour être brutale, n'a pas été "anormale" même selon des standards occidentaux : coups, gaz lacrymogènes, arrestations de masse etc. Il a même tenté d'instaurer un dialogue avec les forces du soulèvement initial ayant un clair positionnement anti-OTAN, incluant les Kurdes. La Coordination des Comités locaux (CCL) émergea comme une solide aile gauche du mouvement, dirigée par un anarchiste et comprenant des forces issues d'une gauche large et vivante. Puis, soudainement et sans avertissement, Assad opta pour une solution militaire. La brutalité d'une telle répression était à la fois sans précédent et injustifiable. Cela poussa de larges sections des masses d'une position de neutralité vers une complète opposition. Et cela a transformé ce qui était une lutte essentiellement politique en conflit militaire. Dans ce contexte, le militaire venant à prédominer, il était naturel que les forces ayant initialement cherché une juste réparation de leurs torts se retrouvent dos au mur et tombent dans l'erreur de chercher un soutien à tout prix. La CCL s'effondra comme alternative de gauche, l'ASL se peupla d'anciens Assad l'assassinpersonnages du régime retournés par les services d'intelligence étrangers, et la situation prit la tournure qu'elle a actuellement.  

Clairement, l'absence d'une force communiste révolutionnaire capable à la fois d'affronter le régime Assad et de maintenir son indépendance vis-à-vis de l'impérialisme US et de l'OTAN a engendré une situation dans laquelle aucun camp n'est soutenable. Pour autant, il faut bien le comprendre, cela ne signifie pas que les revendications initiales soient soudain devenues irrecevables. Ne pas être capable de mettre en œuvre une ligne politique correcte est une chose, perdre tout espoir en ces lignes pour choisir un camp en est une autre. Les putschistes considèrent que les masses qui ont manqué de clarté doivent être abandonnées à leur triste sort, et choisissent dès lors le camp de ce qu'ils voient comme l'allié principal. C'est une erreur, ainsi que le signalait Mao. 

Maintenant, il est vrai que c'est là une œuvre précoce de Mao, et nous ne voulons pas commettre nous aussi l'erreur contre laquelle nous mettons en garde et tomber nous-mêmes dans le culte du livre. Mais il n'y a aucune preuve en pratique, ni aucune formulation théorique démontrée par la pratique qui contredise cette position scientifique. Je pense Mao a fourni là un principe politique universel à travers ces observations, et qu'elles restent aujourd'hui valides pour l'essentiel. Si Mao n'a pas développé jusqu'au bout le maoïsme, il en a clairement été le point de départ. Une méthode maoïste ne consiste pas en l'exégèse de ce que Mao a dit ou voulu dire, mais plutôt à poser clairement les principes et à la soumettre à une critique scientifique. En citant Mao, nous ne cherchons pas à faire vainement autorité mais plutôt à montrer qu'un principe, vieux de plus de 80 ans, reste valide et s'applique à une situation présente, et illustre parfaitement l'erreur de manque d'investigation.

En bref, ceux qui soutiennent le régime capitaliste bureaucratique, pro-impérialiste et chauviniste arabe d'Assad ne sont définitivement pas des maoïstes mais des idéalistes, cherchant à s'aligner sur le révisionnisme lui-même à la remorque du capitalisme bureaucratique. Ceux qui affirment être maoïstes et au nom du maoïsme font cela n'appliquent pas la rigueur scientifique maoïste, et abusent donc les masses en prétendant représenter le maoïsme alors qu'ils représentent en fait autre chose. En tant que maoïste hétérodoxe, je ne crois pas qu'avoir une divergence de vue avec la majorité ou l'orthodoxie soit problématique en soi : le maoïsme c'est la lutte de lignes, et pour qu'il y ait lutte de lignes il faut bien qu'il y ait des lignes différentes. Mais l'essence de l'erreur d'idéalisme consiste, plutôt qu'à défendre des lignes inscrites dans un débat scientifique, à embrasser éclectiquement des assertions et des suppositions non-scientifiques basées non pas sur une étude attentive de la situation concrète, sur une concrète analyse de classe, mais sur les dogmes superficiels et à l'emporte-pièce du révisionnisme (et de ses proches cousins le stalinisme et le trotskysme).

La lutte entre des lignes rigoureuses et scientifiques fait partie du processus de découverte de la vérité, et d'établissement d'un correct ordre de marche. La lutte contre l'erreur de manque d'investigation est une lutte contre des positions qui dissimulent la vérité derrière un écran de fumée de dogmes éclectiques, conduisant à l'opportunisme ou au putschisme.

Cela ne veut pas dire que les maoïstes ne peuvent pas développer des Fronts unis avec d'autres forces de gauche, progressistes, socialistes et communistes. Nous le pouvons et le devons comme partie intégrante de la lutte des classes, y compris avec des personnes avec lesquelles nous avons de profonds désaccords (bien sûr dans un esprit de réciprocité et non de suivisme). Pour autant, nous sommes des maoïstes recherchant fermement l'écoute et le soutien des masses, et nous devons à un moment donné dire : ceci n'est pas du maoïsme, c'est autre chose. Tel est le cas que nous présentons ici : la différence entre une lutte de ligne au sein du maoïsme, basée sur des principes, et quelque chose qui n'est pas du maoïsme mais une falsification de celui-ci.

Erreur sur la nature de l'impérialisme

00881 PPPAL'impérialisme n'est pas une simple et vague définition au sein du corpus marxiste-léniniste. Il a une signification bien déterminée : c'est un terme scientifique avec une base scientifique qui, bien qu'ayant des traits communs avec certaines définitions non marxistes-léninistes du terme, a aussi de grandes différences avec elles. Le texte "canonique" pour cette définition est l'ouvrage de Lénine "L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme", basé sur des travaux antérieurs de Karl Kautsky avec des ajouts personnels de Lénine.

Synthétiquement : l'impérialisme représente le stade suprême du capitalisme, suprême dans le sens d'un développement de la période précédente du capitalisme, qui cesse d'être un phénomène européen pour devenir un phénomène mondial. L'impérialisme tel que le comprend le marxisme-léninisme est effectivement la perspective de la domination d'une nation/pays ou groupe de nations/pays sur un autre, mais il explique aussi comment cette domination a pu se produire, et définit les contradictions que cela génère au sein du capitalisme comme système. C'est par rapport à cette spécificité que fait souvent défaut, chez ceux qui parlent d'anti-impérialisme, une compréhension scientifique de l'impérialisme ; ce qui les conduits à appliquer des schémas d'une époque révolue (la Guerre froide) pour élaborer une ligne politique sur des évènements actuels.

En particulier, on tend à observer une confusion entre le fait que depuis la Seconde Guerre mondiale l'impérialisme dominant dans le monde a été l'impérialisme US, et le fait que ce soit une réalité figée et que ce soit systématiquement l'ennemi principal. Ceci a pu, ou pas, être correct par le passé (ce serait le sujet d'une toute autre discussion), mais la réalité aujourd'hui est que l'impérialisme US n'est pas seul au monde. Il n'y a pas seulement des impérialismes qui sont ses alliés, comme le britannique ou le canadien, ou qui ont des relations cordiales bien qu'assez souvent contentieuses avec lui, comme l'Union européenne et en particulier les impérialismes français et allemand, mais aussi des impérialismes qui émergent et mettent en cause sa prédominance ; en réalité, il existe un "bloc de contre-hégémonie" qui est lui aussi impérialiste. Le principal exemple est bien sûr celui de la Russie, qui a en partie hérité du social-impérialisme soviétique mais a aussi développé depuis la dissolution de l'URSS son propre empire, souvent constitué des morceaux que l'impérialisme US laisse derrière lui à mesure que son hégémonie s'effrite progressivement. Cette confusion a pour racine des croyances erronées sur ce qu'est l'impérialisme comme système.

L'impérialisme peut être vu, de la manière la plus précise, comme un "système de systèmes" : il est le résultat d'une phase d'interdépendance internationale du capitalisme, et il fait donc partie de la compétition entre les différentes classes dominantes pour leurs profits. Il n'a rien à voir avec d'autres formes culturelles, religieuses, ethniques etc. de domination et d'oppression : il s'agit en essence d'exploitation. Aujourd'hui, l'impérialisme fait bien sûr usage de ces formes culturelles, religieuses ou ethniques de domination et d'oppression comme partie intégrante de son fonctionnement, mais seulement dans la mesure où cela lui permet d'engranger des profits. En tant que tel, l'impérialisme ne répond devant rien d'autre que le profit, il n'a d'autre loyauté qu'envers le capital, et d'autre camp que celui de la bourgeoisie. L'impérialisme n'est pas seulement la domination d'un pays sur un autre, mais l'exploitation d'un pays par un autre - de fait, l'impérialisme peut être présent même sous les apparences d'une relation cordiale et égalitaire entre l'impérialiste et son sujet.

La compétition entre les impérialistes, cependant, offre des opportunités au camp révolutionnaire. L'exemple classique de cela est la mise à profit de ces contradictions par les bolchéviks, qui a permis leur victorieuse prise du pouvoir d’État. Ils ont utilisé l'impérialisme allemand contre l'impérialisme russe tout en avançant leur propre ligne, et en luttant à la fois contre les tsaristes et le gouvernement provisoire.

PRC-internationaleUn autre exemple classique est celui de la Révolution chinoise, où le Parti communiste a su utiliser correctement les contradictions entre impérialistes japonais et occidentaux, ainsi qu'au sein de la Nation chinoise, pour établir son hégémonie en luttant à la fois contre les nationalistes chinois (Kuomintang) et l'impérialisme japonais, remplacé plus tard par l'impérialisme occidental/US (nous commençons là à voir que ces luttes n'ont pour ainsi jamais été entre deux camps bien définis, mais plutôt en général entre trois camps, ce qui est très important pour ma démonstration de l'universalité de la GPP).

Historiquement - et c'est là une erreur que l'on peut faire remonter jusqu'à l'époque de Lénine - le Komintern a assumé une position mécanique voulant qu'il y ait, systématiquement et à tout moment, une ligne de classe exprimée dans l'espace politique concret et que cette ligne de classe se manifeste dans le monde entier, si bien que les membres du Komintern devaient avoir une position sur absolument tout ["campisme"], sous peine d'être qualifiés d'"abstentionnistes" ["ni-ni" diraient nos détracteurs et expulseurs de forums lorsqu'ils n'ont plus que cet argument - ici].

Pratiquement toutes les traditions puisant dans cette perspective kominternienne souffrent de cela, et le maoïsme ne fait pas exception. C'est une erreur car cela ouvre la porte à des applications mécaniques et dogmatiques de principes abstraits, ce qui, comme Mao (et cela ne manque pas d'ironie) l'a expliqué conduit à l'idéalisme, qui conduit à son tour à l'opportunisme ou au putschisme. Nous devons rompre avec cette logique erronée.

J'assume considérer que ce "péché originel", si je puis m'exprimer ainsi, doit être rectifié. La disparition finale de l'URSS nous en donne l'opportunité. En l'absence de toute possible lutte politique interne en Russie, avec le renversement complet et absolu de même la simple fiction de pouvoir prolétarien, la situation mondiale s'est clarifiée d'elle-même : où que l'on aille, il n'y a plus que l'impérialisme (alors que la ligne de "social-impérialisme", bien que scientifiquement correcte, rend la situation moins claire). Et cette clarification nous force aussi à revenir à une analyse de classe minutieuse, une étude attentive du concret, même si cela nous conduit à dire qu'il n'y a pas de camp à soutenir, car il n'y a même plus nécessité de défendre les acquis réels ou imaginaires du soi-disant "camp socialiste". Se dire maoïste et ne pas se saisir de cela et le défendre bec et ongles, c'est permettre au révisionnisme de revenir par la porte de derrière, effacer des décennies de lutte idéologique pour déboucher sur rien, et priver les masses mondiales de la guidance et de la perspective scientifique du maoïsme - donc, en définitive, de cesser d'être maoïste et commencer à être autre chose.

Nous sommes revenus au début du 20e siècle [NDLR combien de fois n'avons-nous pas dit cela !]. Plus vite nous nous débarrasserons de nos mauvais réflexes de la Guerre froide et plus vite nous pourrons revenir "à nos moutons", à notre lutte prolongée de construction de la révolution communiste plutôt qu'à des postures défensives de résistance envers un segment de l'impérialisme via des alliances (plus souvent non-récompensées que l'inverse) avec un autre, ce que les révisionnistes nous proposent de faire. On a raison de se révolter, mais c'est encore mieux de faire la révolution.

Erreur de nationalisme

arabmaoistNationalisme et impérialisme vont main dans la main. Les nations telles que nous les connaissons aujourd'hui n'existaient pas même en tant que concept avant l'émergence du capitalisme, et n'ont pas acquis leur forme actuelle jusqu'à ce qu'émerge l'impérialisme. De fait, dès lors que l'impérialisme est impliqué dans un conflit la question nationale arrive sur le devant de la scène et de même, dès que la question nationale émerge, nous devons prendre en considération l'impérialisme.

Le cas de la Syrie offre un exemple très complexe de cela. Comme nous l'avons dit précédemment, c'est un État fabriqué et multinational qui existe au sein d'un bloc impérialiste (l'impérialisme russe avec son partenaire expansionniste régional iranien) ; donc à la fois soumis à l'oppression et l'exploitation impérialiste et participant, dans le même temps, à l'impérialisme et à l'oppression et l'exploitation de nationalités. Une élite arabe alaouite domine les Alaouites non-membres de l'élite, les Arabes sunnites, chiites et chrétiens, un petit nombre de Druzes et une population conséquente de Kurdes, ainsi que d'autres nationalités opprimées plus petites.

Dans ce contexte, l'affirmation révisionniste que le régime Assad "défend l'indépendance nationale syrienne" et qu'il est donc "objectivement anti-impérialiste" est profondément erronée. Le régime Assad est une continuation du dépeçage impérialiste de l'Empire ottoman après que cet Empire ait perdu la Première Guerre mondiale. Il dirige un pays dont l'existence même est une volonté et un résultat de l'impérialisme. Certes, nous ne pouvons pas passer par pertes et profits l'émergence d'un droit à l'autodétermination nationale pour la Syrie, et la nécessité de le défendre, mais si nous faisons cela, nous devons être attentifs à ne pas soutenir objectivement l'oppression et l'exploitation continuelle des nationalités opprimées par des États et des découpages territoriaux colonialistes qui ne s'appuient pas sur le solidarité nationale de leurs citoyens, mais sur l'imposition d'une minorité par la force. La Syrie a finalement beaucoup plus en commun avec, disons, l'Afrique du Sud d'apartheid qu'avec disons le Liban aujourd'hui [NDLR nous ne sommes pas franchement d'accord sur ce point : un système qui ressemble à l'apartheid sud-africain c'est l'occupation sioniste en Palestine, et le Liban a un système confessionnel qui discrimine aussi très largement les non-chrétiens et en particulier les chiites, base sociale du Hezbollah, sans parler bien sûr des plus de 400.000 réfugiés Palestiniens littéralement ghettoïsés]. Bien sûr, la condition des nationalités opprimées était meilleure que dans l'Afrique du Sud d'apartheid ou cette autre créature colonialiste qu'est Israël jusqu'à la récente répression amenée par la guerre civile, mais nous ne devons pas nous faire d'illusions quant à la relation oppressive et exploiteuse du régime chauviniste arabe envers ses nationalités.

Ceci est la base de l'erreur de nationalisme. L'une de ces personnes peut dire quasi-littéralement : "Les Kurdes ne représentent que 10% de la population. Vous voulez sacrifier la majorité arabe aux Kurdes"... Le chauvinisme national est ici prégnant, et de fait facile à réfuter : nous refusons que les nationalistes arabes sacrifient les Kurdes pour maintenir leur suprématie, nous défendons l'internationalisme prolétarien contre le chauvinisme national. La lutte n'est pas une somme nulle : nous pouvons à la fois avoir l'autodétermination nationale pour les Kurdes et des Arabes libérés de la prédation impérialiste. Il faut admettre que de telles prc-peopleunited-1960s-posterconceptions capitalistes à somme nulle laissent perplexe, en particulier parce que le maoïsme prône quelque chose de complètement différent : la résolution correcte des contradictions au sein du peuple.

Nous avons ici un parfait exemple de pourquoi Assad est une force en faillite, et pourquoi le soutenir est une position faillitaire. Si le soulèvement contre Assad avait réellement été (comme le clament les révisionnistes et consorts) dès le départ une attaque impérialiste contre la souveraineté syrienne, la position logique aurait alors été de réunir un large front anti-impérialiste pour combattre cette attaque. Au lieu de cela, sa réponse a été une attaque tous azimuts et sectaire contre toutes les forces qu'il identifiait comme dangereuses pour la suprématie alaouite et le chauvinisme arabe. Parmi toutes les forces soumises à cette brutale attaque, seuls les Kurdes ont été capables de mettre en place une défense effective, et de combattre Assad jusqu'à l'équilibre stratégique puis mener une offensive qui a effectivement libéré la plus grande partie du Kurdistan syrien. Pour autant, ces mêmes forces sont restées fermement anti-OTAN.

L'existence de cette troisième voie kurde est un clair inconvénient tant pour les supporters d'Assad que pour ceux de l'ASL et du CCL : elle expose à la fois l'absence de toute réalité anti-impérialiste du côté d'Assad et la trahison finie d'accepter l'aide de l'OTAN. La troisième voie mise en avant par les Kurdes ne va pas sans problèmes certes, parmi lesquels se trouve la nécessité de lutter pour une perspective internationaliste prolétarienne. La lutte kurde n'est ni nouvelle ni limitée à la Syrie et nous avons leur exemple en Turquie : les principales forces de libération kurdes ont de fait hébergé et protégé, pendant des décennies, les bases de nombreuses organisations turques (dont des maoïstes) qui respectent et luttent pour la libération des Kurdes, en même temps que pour la révolution communiste. Les Kurdes se sont montrés aptes à la fois à comprendre la GPP et à s'engager dans l'internationalisme prolétarien, même en ayant des lacunes sur d'autres points. Ceci donne une opportunité aux Syriens non-kurdes dont nous avons précédemment parlé. Mais cette opportunité est une opportunité perdue si l'on insiste dans le révisionnisme.

Erreur d'éclectisme et d'opportunisme.

L'éclectisme, dont nous allons parler plus longuement, et l'opportunisme (dont nous avons brièvement parlé plus haut) s'interconnectent de manière intéressante concernant la Syrie et le maoïsme. Nous avons vu des maoïstes mettre en avant des arguments et s'engager dans des politiques identiques à celles des révisionnistes et consorts. Tout en étant possible sans diverger de la méthode maoïste, en particulier la plus générale qui soit ("le capitalisme c'est vilain-pas-beau"), ceci engendre les problèmes les plus spécifiques qui soient (la nature du régime Assad). 

chapt18img05L'une des premières assertions éclectiques qu'il m'ait été donné de voir est que le rapport de classe, et donc la position de classe, doit être déterminée par rapport au rapport entre Assad et l'impérialisme, principalement US. Ceci n'est pas du maoïsme, mais du campisme stalinien ou trotskyste. Si les maoïstes peuvent tout à fait défendre un régime qu'ils n'apprécient guère parce qu'il est attaqué par l'impérialisme, c'est seulement après une enquête approfondie sur les conditions concrètes internes au régime : à moins que ce ne soit un État prolétarien, ce qui n'existe pas dans le monde aujourd'hui, il n'y a aucune raison d'affirmer automatiquement que tout État attaqué par l'impérialisme doit être défendu en tant que régime. Combattre l'impérialisme ne veut pas dire défendre systématiquement ses ennemis, même si ce peut être une manière de le faire. C'est là la confusion fondamentale : que quelque chose puisse mener à quelque chose d'autre ne veut pas dire que ce soit la seule manière, ni que cela y mène toujours. Un marteau-piqueur peut tuer une mouche, mais une tapette à mouche vaut mieux : si vous essayez de tuer une mouche avec un marteau-piqueur, vous risquez plus de vous déchirer un muscle qu'autre chose. Soutenir un régime en contradiction avec l'impérialisme peut mener tout à fait à l'effet inverse de celui escompté. Il y a de nombreux exemples historiques où le "campisme" a explosé au visage des communistes qui l'ont prôné ; dans le cas présent cela a conduit à couper les masses syriennes du mouvement communiste international, et encore pire à identifier le communisme non à une force révolutionnaire voulant renverser l'existant, mais à une force réformiste défendant l'ordre établi.

Cela ne veut pas dire que nous ne nous opposons pas systématiquement aux agressions impérialistes : nous nous y opposons. Mais l'idée que nous ne pourrions le faire sans défendre politiquement et/ou militairement le régime en question n'est pas une idée maoïste mais une idée marxiste-léniniste, que l'on retrouve de part et d'autre de la ligne séparant staliniens et trotskystes. Les maoïstes sont capables de comprendre que si l'opposition à l'impérialisme peut requérir des alliances peu ragoûtantes, il ne les requiert pas systématiquement. Et ceci est une lutte de lignes : il y a ceux qui voudraient (au nom du maoïsme) adopter éclectiquement les positions anti-impérialistes des révisionnistes, sans même un semblant d'étude et d'investigation, mais avec des faits tirés non des conditions concrètes et des contradictions matérialistes historiques, mais des dogmes du révisionnisme et du trotskysme.

Ils ne se basent pas sur des principes, mais sur l'idéalisme dans sa forme opportuniste. Ils voient la lutte contre l'impérialisme US comme centrale et plus importante que quoi que ce soit d'autre, ignorant que l'impérialisme US est un tigre en papier qui a pris l'eau. Il ne s'agit pas d'oublier le danger qu'il présente : l'impérialisme US est toujours un danger pour le monde. Mais la position d'une nécessité absolue d'alliance contre l'impérialisme US, présentée comme une opposition à l'impérialisme en général, dans le contexte où ils opèrent est une manière de se mettre à la remorque du nationalisme. Beaucoup de nationalistes (des Premières Nations/Amérindiens, Afro-américains, Porto-ricains ou encore exilés arabes, philippins etc.) priorisent la lutte contre En-Syrie-la-repression-se-renforce article mainl'impérialisme US sur toute autre considération, car c'est la première considération dans leur lutte nationale. Avoir une ligne dogmatique sur l'anti-impérialisme permet de se lier à ses forces sans avoir à s'encombrer de trop d'explications, et de se mettre à la remorque des éléments les plus arriérés parmi ces forces. Ceci est la base de l'opportunisme que nous voyons.

En réalité, en tant que communistes nous devons prôner l'internationalisme prolétarien, expliquant patiemment et défendant consciencieusement la ligne communiste, utilisant les méthodes de la ligne de masse pour à la fois éviter d'offenser inutilement les nationalistes des nationalités opprimées et développer des liens non pas avec les forces arriérées en leur sein mais avec les forces avancées voire communistes, pour établir l'hégémonie de la ligne maoïste. L'erreur de nationalisme rejoint là l'opportunisme.

Le problème ici est que s'agissant d'éclectisme et d'opportunisme, cela représente une entrave empêchant les forces maoïstes émergentes de se confronter avec la réalité depuis une perspective correcte... Comme celle de l'universalité de la Guerre populaire prolongée.

La Guerre populaire prolongée est universelle, nier cela est de l'éclectisme

Explorons la question dans le contexte syrien :

1) Le matérialisme historique démontre que la stratégie de la GPP est applicable universellement pour conquérir le Pouvoir d’État [NDLR : lire ici et ici]. Même des forces non-maoïstes l'ont copié avec un certain succès, les limites de cela étant inhérente à l'éclectisme que cela implique par rapport aux évolutions de la lutte politique et militaire. Le maoïsme est ainsi synonyme d'application universelle de la théorie de la GPP, dans les conditions locales données. Comme l'explique l'article de M-L-M Mayhem! en lien plus haut, cela ne veut pas dire mener des opérations militaires d'entrée de jeu mais que toute agitation révolutionnaire culmine forcément dans un affrontement militaire entre forces révolutionnaires et contre-révolutionnaires. Lorsque l'affrontement militaire n'est pas immédiatement à l'ordre du jour, même si nous considérons la GPP comme universelle, s'y lancer s'appelle de l'aventurisme. En revanche, lorsque la situation politique est telle que l'affrontement militaire est la forme immédiate de la politique, il n'est pas possible de contourner cette perspective. C'est le cas en Syrie.

PYD checkpoint Afrin Syria2) L'universalité de la GPP signifie qu'elle s'applique en Syrie. La question première pour les maoïstes lorsque l'on parle de la Syrie est donc de savoir comment la GPP doit être menée et à quel moment élever la lutte à un stade militaire. Il n'y a pas de forces maoïstes organisées en Syrie, ce qui pose la question sous une forme encore plus complexe : dans une situation où l'aspect militaire a pris le dessus, de quel côté doivent se situer les communistes ? Les révisionnistes nous disent que la défense du régime Assad est prioritaire mais les masses syriennes, elles, nous disent que le régime doit tomber. Alors, que faire ? Le Kurdistan est la clé de la réponse. Les Kurdes ont réussi à instaurer un équilibre stratégique avec le régime tout en chassant l'ASL du Kurdistan "syrien". Ce n'est pas rien. Ces réalisations impressionnantes de libération nationale, toutefois, ont été obtenues de manière responsable : il n'y a pas eu de tentative de diviser formellement la Syrie, seulement de délimiter des zones de contrôle autonome. Il ne fait aucun doute que cela suive une patiente stratégie de construction nationale de la part des Kurdes, qui reconnaissent la nécessité d'un futur Kurdistan mais aussi l'inévitable complexité d'une telle construction. En substance, ils suivent une stratégie similaire à la GPP mais sans contrôle prolétarien ni direction idéologique communiste. Ceci n'en crée pas moins une convergence stratégique et une possibilité d'union entre les forces maoïstes et la lutte kurde.

3) Les communistes syriens qui veulent lutter contre l'impérialisme doivent comprendre que le régime Assad est un régime profondément compradore, qui n'a nullement l'intérêt national syrien à l'esprit et qui n'a pas une relation égalitaire avec l'impérialisme russe mais plutôt une relation néocoloniale, de même qu'avec l'expansionnisme iranien. La Syrie n'est pas qu'une simple marionnette du fait d'être une semi-/néocolonie : elle ne fait pas qu'exécuter les ordres des Russes, elle bénéficie d'une marge de manœuvre bien réelle à ce niveau, mais elle fait néanmoins office d'avant-poste de l'impérialisme russe et de l'expansionnisme iranien, défendant leurs intérêts même si cela présente un risque pour les intérêts nationaux syriens. De ce fait, on a raison de se révolter contre Assad et encore plus de mener la révolution contre lui. Défendre Assad, comme le font les révisionnistes, revient à défendre le Kuomintang contre le Parti communiste chinois.

4) Pour autant, nous devons reconnaître que l'Armée syrienne 'libre' est dominée par une coalition des forces partisanes de l'impérialisme US et de l'expansionnisme saoudien, de djihadistes et d'aspirants compradores. Étant la principale force militaire combattant Assad sur le terrain, ceci pose une contradiction claire : il n'y a pas au niveau pan-syrien d'opposition militaire à la fois à Assad et à l'OTAN, et il serait suicidaire de tenter d'en construire une dans l'immédiat [NDLR : pourquoi ? Pas franchement d'accord sur ce point, des tas de zones en Syrie autres que le Kurdistan peuvent très bien se prêter à un "contrôle populaire autonome", notamment le Djebel druze autour de Deraa d'où est partie la contestation].

5) L'heure est donc à la Longue Marche vers le Kurdistan : pour rompre avec le régime Assad, pour développer et coordonner les forces avec le mouvement kurde, pour s'opposer aux liquidateurs nationaux ASL-US-saoudiens, pour reconstruire une base populaire de masse pour une Nouvelle Syrie démocratique. Les Kurdes ont effet créé un sanctuaire libre de toute interférence, tant impérialiste-djihadiste que du régime. Ils ont aussi une longue histoire d'internationalisme prolétarien, sur la base du respect des traditions et de l'autonomie kurde. Ceci crée les conditions concrètes et matérielles parfaites pour le développement d'une troisième voie capable de prendre l'initiative stratégique, quand bien même les Kurdes eux-mêmes n'en auraient pas la volonté ou la capacité.

6) Pour ceux d'entre nous hors de Syrie, il est crucial de s'opposer à l'impérialisme mais tout aussi crucial de chercher à établir des liens avec ceux qui en Syrie sont d'accord avec nous, de leur apporter notre soutien mais aussi de nous lier et de militer pour la GPP en alliance avec les forces nationales kurdes de Syrie. Nous devons chercher à développer un Front uni avec toutes les forces souhaitant s'opposer à l'impérialisme en termes concrets au sein de nos pays impérialistes, nonobstant nos différences et comment la lutte se développe sur le terrain ; seules des considérations de sécurité nous amenant à écarter des groupes de ce Front (par exemple des groupes connus pour être des mouchards des services syriens ou occidentaux). Notre objectif premier doit être de mener l'agitation contre l'intervention et l'ingérence impérialiste en Syrie, ceci incluant la dénonciation de l'ASL et de ses apologistes pour les instruments de l'impérialisme USaoudien qu'ils sont. Dans le même temps, en dehors de ce Front uni, nous devons assumer clairement la critique du régime Assad et la défense des revendications Communistesoriginelles pour la démocratie, la libération/autodétermination nationale et une véritable libération de l'impérialisme (pas seulement US et saoudien) que portaient les masses syriennes avant que l'OTAN n'intervienne. Nous devons lutter aussi pour un compte-rendu correct des évènements sur le terrain, et combattre les mensonges et travestissements de la réalité par les deux bords.

Telle est la position maoïste : libre d'illusions, profondément matérialiste et résolument opposée au révisionnisme et autres courants qui voudraient sacrifier l'indépendance du prolétariat sur l'autel d'un anti-impérialisme de pacotille. La révolution n'est pas un pique-nique ni un jeu où vous choisissez une équipe. Vous luttez pour être un partisan, et pour construire une équipe composée des couches les plus avancées du prolétariat. Assad n'est pas dans le camp du prolétariat. Les Kurdes le sont ; ceci est le pivot. Les plus vite nous le réaliserons, le plus vite la confusion disparaîtra de nos rangs et le plus clair sera notre plan de bataille : nous pourrons alors avancer dans notre tâche de construire la révolution là où nous sommes. En saisissant l'opportunité offerte par les Kurdes, le Mouvement communiste international se donne la possibilité d'acquérir une expérience de grande valeur et de redonner une nouvelle vigueur à la pratique maoïste dans une région du monde qui en a cruellement besoin. En nous alignant sur le révisionnisme, nous anéantissons nos possibilités de créer la confiance parmi les masses, d'assumer une perspective de ligne de masse et en définitive, de lutter contre le révisionnisme pour l'hégémonie dans la lutte du prolétariat.

Ces réflexions, pour extensives qu'elles soient, sont loin d'être aussi exhaustives qu'elles devraient l'être et je ne peux que souhaiter qu'elles engendrent le débat nécessaire sur ce sujet complexe. La lutte de lignes doit cependant être claire : capituler devant le révisionnisme et ses cousins, ou lutter pour le maoïsme et l'universalité de la Guerre populaire prolongée. Tel est l'enjeu.

*******************************************************************************************

En substance, ce qu'il faut retenir de cet excellent (disons-le encore une fois) article, c'est que :

1°/ Il ne devrait pas être permis, pour quelqu'un se voulant "communiste", de disserter sur un sujet d'actualité sans l'avoir LONGUEMENT étudié sous TOUS SES ASPECTS, sans avoir enquêté dessus. Ce n'est pas une position communiste que de faire "rentrer au forceps" l'analyse d'une situation dans des schémas dogmatiquement préétablis. Cela, nous l'avons dit et répété des dizaines de fois contre toutes sortes de points de vue aussi bien "révisios"/"marxistes-léninistes" que "maoïstes" sur toute une série de situations, depuis les pays "bolivariens" d'Amérique latine jusqu'aux révoltes populaires arabes (y compris et surtout en Libye et en Syrie, là où cela a été "problématique") en passant par la Côte d'Ivoire.

2°/ À présent que la situation mondiale (nous l'avons dit et répété des dizaines de fois...) est revenue au stade du "Grand Jeu" impérialiste du début du 20e siècle, nous devons "nous débarrasser des habitudes intellectuelles de la Guerre froide" : ces sinistres réflexes "campistes" des années 1970-80 qui ont littéralement "plombé" le premier Mouvement communiste international dans ses deux dernières décennies d'existence. Réflexes "campistes" automatiquement (pavloviennement) pro-soviétiques mais aussi automatiquement/pavloviennement anti ; le bloc social-impérialiste d'hier étant aujourd'hui remplacé par un "bloc anti-occidental" incarné par la Russie de Poutine, la Chine, l'Iran, Cuba et le Venezuela etc. etc. En réalité, "abandonner les vieux réflexes de la Guerre froide" ne veut pas seulement dire ne pas défendre aveuglément tout ce que font ou soutiennent Poutine, Pékin, Téhéran ou encore Fidel Castro dans ses "réflexions" quasi-quotidiennes : cela veut dire apprendre à voir au-delà de la première et apparente surface des évènements ; première et apparente surface systématiquement "Nouvel Ordre Mondial vs Résistance" pour les uns (conduisant droit au "rouge"-brunisme) mais tout aussi systématiquement "conflit inter-impérialiste on-s'en-fout pas-de-camp-à-choisir" pour les autres, pouvant conduire tout aussi droit au pro-occidentalisme de fait, et dans tous les cas à l'impuissance et l'absence de ligne de masse ("être audible et convaincant auprès des gens"). De fait, si le maoïsme nous apprend à correctement rechercher et définir la contradiction principale dans une situation donnée, il est également porteur d'une possible grave déviation à ce niveau-là : ne rien voir ou vouloir voir d'autre que cet aspect principal. C'est finalement de cette manière que l'on peut, chez les maoïstes ou les marxistes-léninistes "mao-inspirés", trouver autant de pro-Assad que de "ni-ni" aux penchants pro-opposition mal dissimulés sur la question de la Syrie, ou autant de pro-russes que de partisans mal dissimulés du mouvement EuroMaidan sur la question de l'Ukraine.

Quel est l'aspect principal en Syrie ? Depuis 2012 (deux ans voire plus) il ne fait aucun doute que c'est un affrontement entre les impérialismes (Russie, Chine) et les expansionnismes (Iran) qui soutiennent le régime et ceux (Amérique du Nord, Europe de l'Ouest, Arabie, Qatar, Turquie d'Erdoğan) qui appuient la rébellion ; et non plus une légitime révolte populaire contre un régime corrompu, bureaucratique-compradore, réactionnaire et policier comme au printemps 2011. POUR AUTANT, nous voyons bien avec cet article de Maosoleum que si l'on plonge la tête sous la surface de cet aspect principal, on trouve la lutte et les grandes réalisations méconnues du PYD kurde ainsi que les légitimes revendications et les forces progressistes du début de la révolte, qui n'ont pas disparu même si elles ne sont plus principales. Si nous nous étions arrêtés au premier et principal aspect, nous n’aurions tout simplement jamais rien vu de cela !

Et il en va exactement de même en Ukraine, où le conflit est pour le coup depuis le début (et à 200%) une lutte d'influence entre la Russie et un bloc US-UE... Mais où cet aspect principal ne peut en aucun cas nous faire passer pour "quantité négligeable", en dépit de tout sentiment progressiste humain, la mort atroce de plus de 40 personnes pour la plupart authentiquement progressistes et antifascistes, opposées au nouveau régime pro-UE de Kiev !

 

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Proche-Moyen-Orient
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 10:03

 

Dien Bien PhuLe 7 mai 1954 sur les hauts plateaux du Vietnam, l’impérialisme francouille subissait l’une des plus cuisantes déculottées de sa lamentable et sinistre histoire : non pas contre des Allemands supérieurs en nombre et en technologie, mais contre un Peuple déterminé à arracher par tous les moyens sa Libération révolutionnaire et guidé par la toute-puissante idéologie communiste ; comme nous le sommes nous aussi désormais.

Une Victoire éclatante mais au coût humain terrifiant : plus de 300.000 combattants rouges et 150.000 civils depuis 1945 puis encore un million de combattants et deux millions de civils jusqu’en 1975, contre la féroce machine militaire US et la fantoche ‘République du Vietnam’ de Saïgon qui avaient pris le relais. Pas une seule de ces pertes n’a pourtant fait reculer d'un cheveu la lutte héroïque du Peuple vietnamien.

Điện Biên Phủ et l’ensemble de ces 30 années de lutte révolutionnaire pour la Libération du Peuple offrent la meilleure démonstration de ce que proclamait dans les années 1980 le président Gonzalo du Parti communiste du Pérou : "Les masses sont la lumière même du monde, elles sont la fibre, la palpitation inépuisable de l'histoire... Quand elles parlent tout tremble, l'ordre chancelle, les cimes les plus hautes s'abaissent, les étoiles prennent une autre direction ; parce que les masses font et peuvent tout".

Le principal artisan de cette victoire fondamentale – tant pour le Peuple vietnamien que pour tous les Peuples colonisés et opprimés de la planète ! – a été le général Võ Nguyên Giáp, qui nous a quitté l’année dernière et auquel nous avons rendu hommage : Honneur internationaliste à Võ Nguyên Giáp

Voici le tract diffusé par l’organisation Voie Prolétarienne à l’occasion du 1er Mai internationaliste 2014, auquel nous ne pouvons que souscrire à 200% :

DienBien-page-001

D’autres luttes ont depuis lors été livrées contre l’impérialisme et notamment contre l’impérialisme bleu-blanc-rouge, cette entité criminelle jaillie voilà 8 siècles de son Bassin parisien capétien pour s’étendre en cercles concentriques à ce que nous appelons aujourd’hui "la France" (nos Peuples provincialisés) puis au-delà des mers (les Peuples colonisés) ; la poudre à canon remplaçant peu à peu le fil de l’épée puis les missiles téléguidés la poudre à canon.

Certaines de ces luttes ont rencontré un certain succès (Algérie), d’autres hélas non. La première vague révolutionnaire mondiale qui s’était levée après la Grande Boucherie européenne et mondiale de 1914-18 s’est essoufflée dans le dernier quart du 20e siècle ; mais désormais se lève puissamment une NOUVELLE VAGUE qui balaiera toute la pourriture de ce monde sur son passage !

Que 10, 100, 1000 Vietnam fleurissent d’un bout à l’autre de la planète ; que résonne le tonnerre de 10, 100, 1000 Điện Biên Phủ !!!

vietcong

Sur la colonisation de l'Indochine et la Guerre de Libération, lire sur État d'Exception : [Vidéo] Dien Bien Phu : de l’Indochine au Vietnam (1ère partie)

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Histoire
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 14:09


L'affaire évoque un "Oradour-sur-Glane miniature" où plus de 40 personnes (militant-e-s progressistes/antifascistes et/ou pro-russes contre le nouveau régime de Kiev, mais surtout progressistes/antifascistes dans cette région...) ont atrocement trouvé la mort. Signe de l'atmosphère de terreur fasciste et de guerre civile réactionnaire fratricide qui s'est emparée du pays depuis la chute du régime corrompu de Ianoukovitch ; au moment même où les affrontements font rage dans l'Est pro-russe, où l'impérialisme du Kremlin joue lui aussi ses cartes...


Terreur nazie à Odessa : plus de 40 mort-e-s, des centaines de blessé-e-s

Borotba

Le 2 mai, sous le prétexte d'une soi-disante marche "Pour l'unité de l'Ukraine" (le même jour que le match de foot entre le Tchernomorets d'Odessa et le Metalist Kharkov), des escadrons paramilitaires de nationalistes ukrainiens ont été amenés à Odessa de tout le pays. Ils sont arrivés par bus et par train. Dès le départ, alors qu'ils commençaient à se rassembler sur le square de Sobornaya, on a pu voir parmi les traditionnels hooligans d'extrême-droite beaucoup de paramilitaires bien équipés : boucliers, casques, battes et autres armes contondantes voire à feu. La plupart, des hommes d'environ 30 à 40 ans, n'étaient manifestement pas des supporters de football. Certains portaient des boucliers où était écrit "14e centurie d'autodéfense de Maïdan". Ces paramilitaires nationalistes ont été la principale force de frappe du massacre d'habitants d'Odessa sur le "pôle de Kulikovo".

030314 borotbaAu total, plus de 1.000 nationalistes ont participé à la marche et au massacre qui a suivi. Les habitants d'Odessa étaient une minorité parmi eux, tandis que la majorité étaient des paramilitaires d'extrême-droite amenés là ensemble. Ils étaient reconnaissables en particulier au dialecte (non typique de la région d'Odessa), certains d'entre eux reconnaissant et disant même ouvertement d'où ils venaient. Les supporters locaux du Tchernomorets d'Odessa ont quitté la marche lorsque les affrontements ont débuté : ils étaient seulement là pour la marche traditionnelle vers le stade et lorsqu'ils ont réalisé que des "visiteurs" et des provocateurs voulaient les conduire à frapper les habitants de la ville, la majorité d'entre eux (identifiables à leurs écharpes bleues et noires du club) a immédiatement quitté la soi-disante marche "pacifique".

Au même moment, les "militants d'importation" ne se rendaient pas au stade. Leur but était de terroriser les habitants de la ville et de déchaîner la violence contre les activistes du mouvement d'opposition à la junte de Kiev. L'action des nationalistes n'a nullement eu, dès le commencement, un quelconque caractère pacifique ; ce qui s'explique vu le massacre qu'ils préparaient.

Il n'y avait que peu de policiers, bien que le personnel de la seule police locale d'Odessa eut été capable de contrôler une foule d'un millier de personnes et, par conséquent, d'empêcher les pogroms et les meurtres. Il s'est avéré que la majorité des effectifs avait reçu l'ordre de garder le bâtiment administratif du Ministère de l'Intérieur. Par conséquent, la ville entière a été livrée aux mains des paramilitaires néo-nazis. Ceci n'est pas surprenant lorsque l'on connait les liens anciens et étroits de l'actuel Ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, avec les groupes néo-nazis - y compris le "Secteur Droit".

Tandis que la colonne de nationalistes remontait la rue Grecheskaya, quelques militants (200-250 personnes) de la milice locale d'Odessa ont tenté de lui barrer la route. Mais très vite ils se sont retrouvés sous une volée de jets de pierres, de bouteilles et de grenades assourdissantes. Des coups de feu ont éclaté. Le camarade Ivan de Borotba a reçu une balle dans le ventre par une arme de guerre... Les militants et activistes de la milice d'Odessa ont alors tenté de s'échapper par le centre commercial "Athena" situé dans le Quartier grec. La foule de web ukr odessa--672x359nationalistes d'extrême-droite a alors crié haro sur eux. Les paramilitaires ont commencé à préparer des cocktails molotovs afin de mettre le feu au centre commercial avec les membres de la milice d'autodéfense barricadés à l'intérieur. Des policiers ont alors sauvé la vie des activistes en amenant leurs véhicules directement à l'entrée du centre commercial.

Les nationalistes sont alors remontés jusqu'au "pôle de Kulikovo" où se trouvait le campement des opposants à la junte de Kiev. Des militants de Borotba, aux côtés d'autres activistes et de simples habitants d'Odessa, étaient à la tâche dans le campement. Au total environ 200 personnes étaient là et plus de la moitié étaient des femmes ou des personnes âgées.

Les néo-nazis ont alors commencé à bombarder le chapiteau de cocktails molotovs et l'ont réduit en cendres. Les militants du campement ont été forcés à battre en retraite dans le bâtiment tout proche de la Maison des Syndicats.

Afin de tuer le maximum d'Odessites, les fascistes ont alors mis le feu au rez-de-chaussée de l'édifice. Le feu s'est répandu très rapidement dans le bâtiment.

Des personnes ont commencé à sauter par les fenêtres des étages supérieurs pour tenter d'échapper aux flammes, mais une fois au sol elles étaient rouées de coups par les paramilitaires nationalistes. Notre camarade (membre de Borotba) Andrew Brazhevsky a ainsi trouvé la mort. Le député au Conseil régional (et ami du dirigeant de Borotba à Odessa Alexeï Albu) Viatcheslav Markin a 10299172 813884311973362 2891681924930624601 négalement été tué de la sorte après avoir sauté par la fenêtre. Plus de 40 activistes ont ainsi péri brûlés vifs, asphyxiés par les fumées ou tués par les nazis en tentant de s'échapper du bâtiment en feu. Par chance, un certain nombre de nos camarades a réussi à s'échapper sain et sauf. Certains, y compris le dirigeant de Borotba Odessa et élu au conseil municipal Alexeï Albu, ont été sévèrement frappés à coups de battes et de pieds. Ils souffrent de nombreuses contusions, fractures et blessures à la tête.

Le massacre d'Odessa a été organisé par la junte de Kiev afin d'intimider la population mécontente du nouveau régime et de liquider ceux qui le combattent activement. Le fait que les militants d'extrême-droite soient venus en nombre et très bien équipés en est la preuve ; et l'inaction de la police d'Odessa ou encore la simultanéité des évènements avec l'opération "anti-terroriste" à Slaviansk concordent également en ce sens.

La junte de Kiev est ouvertement en pleine fuite en avant dans la violence et le carnage contre ses opposants. Et les instruments de cette violence aveugle sont les militants néo-nazis, ceux-là mêmes qui travaillent en lien étroit avec la police secrète, qui sont bien armés et financés par l'oligarchie.

Le massacre d'Odessa montre que le régime des nationalistes et des oligarques de Kiev est en marche à vitesse grand V vers la dictature terroriste ouverte de type fasciste.

Le Conseil de Borotba, 3 mai 2014 

*******************************************************************************************************

Lire aussi : http://www.secoursrouge.org/Ukraine-Un-ancien-prisonnier

Ukraine : Un ancien prisonnier politique blessé à Odessa

Les affrontements entre fascistes et nationalistes ukrainiens d’une part, militants pro-russes et antifascistes d’autre part ont débouché sur un massacre à Odessa. Les nationalistes ukrainiens ont mis le feu à la Maison des Syndicats, où s’entassaient leurs opposants. 31 personnes sont mortes des suites d’une intoxication à l’oxyde de carbone ou en sautant par les fenêtres, parmi lesquelles des militants connus de la gauche révolutionnaire ukrainienne comme Andrew Brazhevsky, membre du mouvement Borotba.

Un ancien prisonnier politique, Alexandre Gerasimov, a été quant à lui gravement brûlé. Alexandre Gerasimov était l'un des 12 militants de l’Union de la Jeunesse Communiste Léniniste [NDLR dont des éléments rejoindront ensuite Borotba en 2011] arrêtés à Odessa en 2002 [NDLR donc sous la présidence de Leonid Koutchma, mentor politique de Ianoukovitch], parmi lesquels quatre Russes, sept Ukrainiens et un Moldave, qui avaient développé une organisation clandestine révolutionnaire dans cette région à grandes concentrations ouvrières multinationales, dans le but de fonder une République soviétique de la Mer Noire. Alexander Gerasimov était resté détenu plusieurs années en Ukraine.

http://www.secoursrouge.org/local/cache-vignettes/L164xH164/gerasimov-d9cce.jpg
Alexandre Gerasimov

Aujourd’hui, la foule a pris d’assaut le siège de la police d’Odessa et libéré 67 personnes, antifascistes et/ou pro-Russes, détenus par la police ukrainienne.

*************************************************************************************************

Dans la fureur ethno-chauvine - impulsée par les rivalités impérialistes - qui s'est emparée de l'Ukraine, Odessa à la longue histoire de brassage multiculturel et de luttes sociales et révolutionnaires (cuirassé Potemkine et soulèvement en soutien à celui-ci, mutineries de la Mer Noire, agitation révolutionnaire tout au long des 20 dernières années du tsarisme etc.) apparaît de plus en plus clairement, telle Sarajevo en Yougoslavie, comme un symbole à abattre.

Ukraïna : une expression géographique ("frontière" en russe), DEUX NATIONALITÉS principales ("novorusse"/"cosaque" et ruthène)*, une dizaine de plus petites (Tatars de Crimée et du Sud-Est, Hongrois, Slovaques, Roumains et Moldaves du Sud-Ouest, Turcs, Grecs, Juifs ashkénazes de l'Ouest ou criméens du Sud-Est, Rroms etc.) et DEUX VOIES : la guerre fratricide de mercenaires sur le "Grand Échiquier" du repartage impérialiste du monde ; ou l'Unité démocratique des Peuples contre tous les oligarques, capitalistes et impérialistes de tous bords pour instaurer le Pouvoir populaire !


[* Cette question de "Novorussie"/"Novorusses" a été très largement débattue, et non sans raisons. En effet, les cartes "ethnographiques" tendent à montrer que les véritables Russes (selon, sans doute, l'ancienne classification soviétique des nationalités) ne sont majoritaires qu'en Crimée (~ 60%) et dans quelques raïons (districts) du Donbass, de la région de Kharkov ou encore proches de la Moldavie (Boudjak). Mais alors, sur quoi (diable) repose donc cette (fichue) identité "novorusse" du Sud et de l'Est de l'Ukraine ? Eh bien, elle repose peut-être précisément sur cela : ni les Russes, ni les Ukrainiens ni qui que ce soit d'autre (Bulgares, Tatars, Roumains/Moldaves, Gagaouzes etc.) ne représentent une écrasante majorité de 90% ou plus dans ces régions. La caractéristique locale est justement le multiethnisme.

Le bandérisme, cet ultra-nationalisme ukrainien fondé sur une "pureté" ethnique ukrainienne "plus-vraie-que-vraie", n'y fonctionne donc pas (sans même parler du fait que sa collaboration passée avec le nazisme, dans des régions martyres de la guerre d'extermination lancée par Hitler contre l'URSS, ne plaide pas en sa faveur...). Des idéologies au service de l'impérialisme russe telles que l'"eurasisme", le "panslavisme" (unité plus ou moins fédérale de tous les Peuples slaves) ou encore un certain "néo-soviétisme" peuvent y fonctionner - et de fait y fonctionnent ; mais le bandérisme, la population du Sud et de l'Est de l'Ukraine le vomit. Si l'Ouest (à 90 ou 95% ukrainien "ruthène") en veut, "tant mieux" pour lui ; mais au Sud et à l'Est on n'en veut pas, c'est ainsi.

On notera que cette culture de coexistence nationale s'accompagne généralement d'un usage de la langue russe comme lingua franca ou plus localement (surtout le long du Dniepr - en orange sur cette carte) d'un dialecte populaire mêlant russe et ukrainien, le sourjyk ; d'où la confusion qui tend à s'installer entre russophones (notion linguistique), "pro-russes" (notion politique) et "Russes" au sens de la classification soviétique des nationalités (notion "ethnique"). La carte de l'usage principal du russe dans la vie quotidienne, ou encore celle des partisans de sa co-officialité (aux côtés de l'ukrainien) montrent ainsi des réalités notablement différentes de celle des pourcentages de Russes "ethniques".]


1MaiBorotbaurl 

Repost 0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 11:43

bandeau CC PCR-Òc

Pour les élections européennes du 25 mai prochain, dans la circonscription Ouest, nous retirons la consigne générale d'abstention pour la liste NPA-Breizhistance "Pour une Europe des Peuples et des Travailleurs". Les raisons données par la Gauche indépendantiste bretonne pour cette candidature sont convaincantes et remplissent les conditions que nous avions posées pour nuancer au cas par cas notre appel au boycott : ne pas semer les illusions sur la nature de l'UE, de ses institutions (le Parlement européen est qualifié textuellement de "façade démocratique sans pouvoir") et de sa possibilité de "changer de l'intérieur", sur la nature de l'État français prison des Peuples et bras armé du Capital + clair progressisme bien sûr. La nature de classe de la tête de liste (NPA) Pierre Le Ménahès, ancien ouvrier d'usine à la retraite, est évidemment un autre point que nous percevons positivement.

Cela signifie que sans nous faire d'illusions ni sur un gros score, ni sur la capacité d'éventuels élus d'influer réellement sur le cours des choses au sein d'un Parlement européen pur "cache-sexe" "démocratique" des décideurs au service du Capital (ni plus ni moins que nos "braves" ministres de chaque État membre, régulièrement réunis en "petit comité" !), nous aurons une appréciation positive (comme embryon de conscience populaire révolutionnaire et libérationiste) de chaque suffrage qui se portera sur cette liste. Chaque localité lui offrant un score notable signifiera pour les communistes authentiques, les communistes de libération révolutionnaire des Peuples, un terreau sur lequel mener un intense travail politique d'agitation révolutionnaire, et une potentielle base rouge pour la Guerre populaire que nous voulons et devons mener demain.

Petite présentation ici : NPA-Breizhistance pour l'Europe des travailleurs et des peuples et ici : Liste commune NPA-Gauche Indépendantiste Bretonne.

Présentation du programme et des candidats : Présentation du programme et de la liste « Pour une Europe des peuples et des travailleurs »

NPA-Bzhistance.jpg

Le Comité étudiera au cas par cas d'autres éventuels retraits de la consigne générale d'abstention.


Post Scriptum : en Corse l'organisation de gauche radicale "A Manca" ("La Gauche"), un temps "branche locale" du NPA avant de prendre ses distances en 2012, appelle clairement au boycott : Européennes 2014 : mieux que les élections, expulser le capitalisme ! ("Pour notre part, nous avons cru un temps que ces élections pouvaient constituer une tribune. Force est de constater que les travailleurs rejettent ce système. Ils le font, encore pour l’heure, de manière passive en s’abstenant. Une partie y participe en usant de votes qu’ils croient anti- système et qui profitent à l’extrême- droite. (...) Nous appelons les travailleurs, les chômeurs, les retraités et l’ensemble de celles et ceux que ce système écrase à ne pas participer aux prochaines élections européennes").

Dans la même circonscription Sud-Est dont dépend la Corse se présente une liste "Régions & Peuples solidaires" dirigée par François Alfonsi, membre du Parti de la Nation corse et député européen EELV, avec des Occitans (Partit Occitan), des Arpitans (Mouvement Région Savoie) et des Imazighen ("Berbères") de cette importante colonie intérieure. Nettement plus "bourgeoise", cette liste ne remplit pas à notre sens les conditions pour lever la consigne de boycott ; nous serons cependant attentifs à ses résultats (comme expression d'un "mouvement de fond" sur une ligne qui demeure non-réactionnaire).


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Peuples en lutte
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 07:28

 

En Norvège :2024-7702025-770.jpg2029-770.jpg

Encore en Turquie :turkturk2.jpgturk3.jpgturk4.jpg

À Tolosa/Toulouse, Occitanie (État français) :VP-Tls.jpg

En Allemagne :hambourg.jpg

À Barcelone (Catalogne, État espagnol) :1ermai_Barce1.jpg1ermai_Barce8.jpgBarcelone1ermai.jpg

Le magasin de fringues ‘Mango’ attaqué à la peinture rouge pour sa complicité dans la mort de 1138 ouvriers du textile au Bangladesh

Aux États-Unis (Seattle) :seattle.jpg

À Montréal :montrc3a9al.jpg

À Cardiff, Pays de Galles/ Cymru (État britannique) :Cardiff.jpg

À Cuba :cuba.jpg

Au Honduras :honduras.jpg

En Irak :bagdad1.jpg

À Huesca (Aragon, État espagnol) :uesca.jpg

À Pau, Occitània, État français :libertat_refusons-payer-leur-crise_1ermai2014-copie-1.jpg

À Susa (Piémont, Italie) :no_tav_valleresiste.jpg

... et quelques petits affrontements à Turin :


 
Repost 0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 09:44

 

Les jolis cortèges de l'OCML-VP et Coup pour Coup 31 :

VP CpC 1erMai

À Paris : les prolétaires turcs, tamouls etc.10269380 789172324427308 9196003591503405860 n10309363 789172537760620 439462226547735027 n10320370 789172444427296 3465675052284917896 nGeorgesIbrahimParis

À Paname des arrestations ont eu lieu : http://paris-luttes.info/1er-mai-arrestations-et-rdv-a-la/ http://paris-luttes.info/un-premier-mai-libertaire-tres. Solidarité !

Massilia antifa ! :marseille antifasciste

Au Liban :beyrouthbeyrouth2

En Indonésie :jakarta1erMai-Indonesiejakarta1m

À Istanbul :istanbulistanbul2

À Belgrade :belgrade

En Ukraine :kiev21MaiBorotba

Au Bangladesh :dacca1mdacca2

À Turin (Italie) :turin

À Londres : vidéos ici 2014 May Day - London - Trafalgar Square

En Euskal Herria : Unos 40 encapuchados causan destrozos en varios comercios del Casco Viejo de Bilbao 

En Castille (Madrid, Tolède, Ségovie, Salamanque) avec Yesca :YescaYesca2Yesca3Yesca4

À Somonte, Andalousie :AndaluciaAndaluz

En Tunisie :tunistunis2

Au Népal :Nepal

Aux Philippines :Philippines

Au Togo et au Burkina :Togoarton602631bobo-dioulasso-bf-2.jpg

Que le monde est beau ; que le monde est rouge !


Repost 0

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple