Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 08:52

 

http://www.ajib.fr/wp-content/uploads/2011/04/reconciliation-hamas-fatah.jpg

Comme chacun-e le sait, la Palestine vient d'être le théâtre d'un évènement "historique" : le 27 avril dernier était signé au Caire, sous les auspices de la "nouvelle démocratie" égyptienne (l'oligarchie sans le clan Moubarak), la "réconciliation" du Hamas (qui depuis 2006 dirige la Bande de Gaza) et du Fatah (maître de la Cisjordanie). Cet accord prévoit un gouvernement d'union nationale et de nouvelles élections d'ici un an. Il est bien sûr salué par toute la "communauté internationale" et provoque "l'inquiétude" d'Israël, sur les "réelles intentions du Hamas terroriste"...

Quel est le rapport de cette réconciliation "historique" avec la Tempête populaire qui secoue l'ensemble du monde arabe, tout autour de la Palestine, depuis la chute de Ben Ali ? Lorsque les évènements s'enchaînent dans un même contexte donné, le matérialisme marxiste ne croit pas aux coïncidences...

D'ailleurs, tous les analystes médiatiques bourgeois se retrouvent dans cette analyse : il y aurait eu, dans les deux territoires palestiniens, de grands mouvements populaires qui auraient "exigé" la conclusion de cet accord entre les deux parties.

Cela est un peu idyllique : encore une fois, la bourgeoisie impérialiste peint le tableau qu'il lui plaît de contempler.

La réalité, c'est qu'en effet, sous le verrouillage médiatique de part et d'autre, un mouvement de contestation populaire a visé, en Palestine, les deux branches de la bourgeoisie : celle ouvertement bureaucratique-compradore (le Fatah en Cisjordanie) et celle encore "nationaliste" d'inspiration religieuse (le Hamas à Gaza). En temps normal, face à l'occupation et la colonisation d'un pays, il y a une tendance à "l'union sacrée" des masses avec la bourgeoisie de la nation opprimée, hormis les éléments ouvertement collabos (ce qu'on pourrait dire du Fatah). Mais là, malgré l'échec de l'entité sioniste à liquider le Hamas de Gaza, à Noël 2008, l'enlisement de la guerre de libération palestinienne est patent. La Cause sacrée ne progresse plus d'un pouce... et la situation humanitaire des masses se dégrade ; tandis qu'en Cisjordanie, on le sait, la corruption et le petit-despotisme règnent à tous les niveaux. Donc, l'émergence d'un mouvement de contestation n'est pas inconcevable. Et puis, il y a tout ce qui se passe autour, dans les pays voisins, dont le Hamas comme le Fatah (les bourgeois ont une part matérialiste) savent bien que ça ne s'arrêtera pas à leurs frontières, comme le nuage de Tchernobyl à celles de la France...

Donc, face à la poussée révolutionnaire des masses dans tout le monde arabe, la réalité est qu'on voit les deux branches de la bourgeoisie se rapprocher pour sauver leur position de classe. Et cela, au détriment de la guerre de libération du Peuple palestinien.

Car une autre déclaration, historique, du Hamas est presque passée inaperçue : le leader du Hamas, Khaled Mechaal, s’est prononcé pour « l’établissement d’un Etat palestinien indépendant et souverain en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec Jerusalem pour capitale », autrement dit, le Hamas reconnaît la légitimité de l'Etat sioniste ; il reconnaît la Palestine écartelée et privée de 75% de son territoire historique par l'occupation coloniale sioniste, abandonnant (comme le Fatah 20 ans avant) l'idée d'une Palestine unique, libre, arabe, où les Juifs sont des Palestiniens comme les autres, débarassée de l'idéologie d'appartheid fasciste du sionisme... Voilà qui nous éloigne considérablement (à court terme !) de la libération d'Al-Qods.

C'était jusqu'ici, pour les communistes comme Servir le Peuple, une possibilité, même une quasi certitude, mais lointaine, qui surviendrait quand l'idéologie bourgeoise du Hamas (finalement comparable à un puritanisme musulman) aurait définitivement enlisé la Guerre de Libération.

La Tempête populaire dans la nation arabe entière, du Maroc au Bahreïn, a précipité les choses - comme pour le "bas les masques" de Chavez, dans un sens. A présent, la guerre de libération palestinienne peut se reconstruire sur des bases saines, populaires, révolutionnaires, pour enfin, un jour de plus en plus proche, lever le drapeau de la Révolution arabe sur le Dôme d'Al-Qods !

 
 Drapeau-palestinien-Cisjordanie_pics_809.jpg

 

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Proche-Moyen-Orient
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:52

 

(sous-titres en anglais)

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Culturel - Musique
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:11

 

Cet article a déjà été mis en lien dans notre propre article sur l'infâme déportation de Joaquin Pérez Becerra vers la Colombie fasciste. Servir le Peuple tient toutefois à le publier dans son intégralité, en VO, à destination des camarades latinoaméricain-e-s et des lecteurs/lectrices castillophones en général. Attention, ça cogne sec :

 

Causa Abierta

 

Julius Fucik, militante comunista asesinado por el nazismo, escribió  en su obra “Reportaje al pie del patíbulo” que: “Cuando la lucha es a muerte; el fiel resiste; el indeciso renuncia; el cobarde traiciona…, el burgués se desespera, y el héroe combate”. Chávez ha renunciado a estar junto a los revolucionarios para ponerse de lado de la oligarquía santanderista colombiana. La historia y los pueblos que luchan con el ejemplo de Bolívar no olvidarán la afrenta que el presidente Chávez, otrora radical y consecuente con las ideas que profesaba,  hoy está cometiendo contra un luchador y revolucionario como Joaquín Pérez Becerra.
El día sábado al arribar a Venezuela, en el aeropuerto de Maiquetía, el fundador y director de la Agencia por la Nueva Colombia, fue detenido por los servicios de inteligencia de ese país. De inmediato, el gobierno “¿bolivariano?” emitió un comunicado en el cual dio a conocer sobre ésta detención, señalando que Joaquín Pérez Becerra estaba solicitado por Interpol y que tenía una circular roja por la supuesta comisión de los delitos de concierto para delinquir, financiamiento del terrorismo y administración de recursos relacionados con actividades terroristas.
Los victimarios transforman a sus víctimas en lo que ellos son.
Militante de la Unión Patriótica, organización política que sufrió el aniquilamiento de sus miembros por parte del Estado colombiano y sus fuerzas militares y paramilitares, Joaquín partió al exilio y se radicó en Suecia, país donde obtuvo la ciudadanía y en el cual vive junto a su familia.
Su delito es haber hecho un periodismo digno, implicado con la causa de los pueblos y de la revolución latinoamericana. Su delito ha sido el de jamás hacer suyo el discurso de los poderosos, de la oligarquía colombiana, del imperialismo y de la industria de la mentira a través del cual se ha descalificado a la insurgencia colombiana.

Es lo que Chávez no ha aprendido. Su cobardía lo ha llevado a traicionar a un hermano de lucha, para ponerse de rodillas ante el asesino Juan Manuel Santos, aquel que cuando fuera Ministro de Defensa dio la órden, conjuntamente al narcoparamilitar de Uribe, de bombardear el campamento de Angostura en territorio ecuatoriano.
La política internacional de Chávez está supeditada a sus intereses muy particulares. Ataca verbalmente al imperialismo, cada vez con menos contundencia que cuando lo hacía en sus inicios, ya ni siquiera habla de la oligarquía santanderista, como si Santos fuera un bolivariano, mientras en la práctica demuestra ser inconsecuente con lo que expresa.
Chávez no ha escatimado servir a gobiernos reaccionarios y de colaborar con sus políticas represivas. Ayer lo hizo con España, para complacer a Zapatero y al rey, asustado frente a las declaraciones de un juez de la Audiencia Nacional que pretendió implicar a su gobierno con las FARC-EP y con ETA. Por eso el régimen emprendió la persecución a ciudadanos vascos residentes en Venezuela y a la expulsión del internacionalista Walter Wendelin.
Ahora, como el propio Santos ha declarado, “no ha titubeado” para prestar sus buenos servicios para la captura de Joaquín Pérez Becerra.
Chávez ha claudicado. Ahora su colaboración es con el régimen fascista colombiano, ya no con la lucha de los pueblos. El miedo lo ha vencido, más preocupado de ganar unos cuantos votos para no seguir perdiendo respaldo popular frente a las elecciones presidenciales de 2012, debido a las políticas contradictorias de su régimen que no se decide a golpear definitivamente a los intereses de la burguesía venezolana, a combatir a la corrupción, a la burocracia, a la boliburguesía y a luchar en forma efectiva por la victoria del socialismo en la República Bolivariana de Venezuela.
Chávez ha cedido mucho terreno, producto de su cobardía.
Ante las presiones del gobierno uribista se intento boicotear la Escuela de Formación Política Manuel Marulanda Vélez en el año 2009. Chávez llamaba hermano a Uribe, se abrazaba con él, se tomaba fotos hasta que el paraco le dio otro zarpazo.
Luego entabló amistad con Santos quien le impuso sus condiciones para aceptarle como amigo. Chávez no rechistó y se sometió a las imposiciones de Juan Manuel, su nuevo hermano. Mientras, la política diplomática incoherente del presidente Chávez que mandaba tropas a la frontera colombiana, para luego darse la mano con sus enemigos, a los que él ve como sus amigos y hermanos, cada vez más se alejaba de la lucha de los pueblos y de la práctica  que debe caracterizar a todas y todos los revolucionarios: el internacionalismo.
Chávez está confundido: no es internacionalista el que ayuda simplemente a gobiernos, incluso a los oligárquicos; no es internacionalista el que pone por encima a los intereses estatales, por los de la lucha revolucionaria de los pueblos; no es internacionalista el que solo mira por sus intereses particulares para garantizar su permanencia en el gobierno, dejando de lado la ética que debe caracterizar a las y los revolucionarios y que implica ponerse siempre del lado de los débiles y no de sus opresores.
Muy poco ha asimilado Chávez las lecturas de Gramsci, del Che, de Trotsky que dice haber realizado.
Que distinto este Chávez cobarde y claudicador, al Comandante bolivariano que pedía el reconocimiento como fuerzas beligerantes dentro del conflicto colombiano para las guerrillas del ELN y las FARC-EP. De eso ya no queda nada. Hoy, en cambio, entrega a guerrilleros para satisfacer a su amigo Santos. Entrega incluso a civiles, periodistas como este refugiado político en Suecia, violando el DIH
Da pena, a la vez que causa dolor.
La Revolución bolivariana seguirá contando con el apoyo decidido de otros pueblos hermanos.  Con Chávez la relación ha llegado a un final triste.

 

abpnoticias-Dax Toscano Segovia-

 

15abde3c81505959f6d2610e3cdfbe51 L

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Amériques
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 19:01

 

La crise au Burkina : vers un second souffle de la révolte contre le régime ? Chronique des évènements au jour le jour du 18 avril 2011 au 1er mai 2011

Pour les chronologies des 2 précédentes semaines voir à http://www.thomassankara.net/spip.php?article1062

18 avril Alors qu’à Po on signale des négociations entre les militaires et les autorités, de nouvelles mutineries ont éclaté à Tenkodogo et à Kaya, où les gendarmes étaient de la partie, dans la nuit du 17 au 18. Les menaces des autorités selon lesquels les coups de feu seraient sanctionnés ne semblent pas freiner les militaires.

Selon l’AFP il y aurait 45 blessées par balle à Ouagadougou depuis le jeudi 7 avril.

Des appels à des manifestations continuent à être lancés sur des pages facebook notamment la page « Mouvement Blaise Compoaré doit partir » à http://www.facebook.com/home.php?sk=group_164052476977948&ap=1

Les élèves de la ville de Koudougou descendent de nouveau dans la rue incendiant de nouveaux bâtiments dont le siège du CDP. Ils demandent toujours vérité et justice pour justice Zongo, mais entendent aussi de protester contre les milices mis en place par le CDP. En effet dans la région, à Pouni zawara, le délégué des élèves à été passé à tabac en début mars. A Didyr, le lundi 11 avril, une assemblée générale des élèves a été sauvagement « réprimée » par une milice conduite par le maire adjoint CDP et le responsable local CDP de la commune de Didyr.

Les élèves de la ville de Ouahigouya décrète une grève illimitée

19 avril Luc Adolphe Tiao est nommé premier ministre. Journaliste de profession il a notamment dirigé la presse écrite les deux dernières années de la révolution avant d’être nommé directeur de Sidwaya en octobre 87, date de l’assassinat de Thomas Sankara où il restera jusqu’en 1990. Il occupé différents postes de responsabilité, souvent liés à la communication avant d’être nommé ambassadeur à Paris, son dernier poste.

Les militaires du régiment de sécurité présidentielle expliquent dans un communiqué publié par la Direction de la communication de la présidence du Faso qu’ils ont manifesté « pour réclamer le versement des arriérés de nos indemnités de logement et nos primes d’alimentation, retard dû aux lenteurs administratives ». Ils se déclarent satisfaits des propositions que leur a faites le commandant qu’ils se gardent bien de détailler, s’excusent pour les « pour les désagréments subis » et appellent les autres militaires à cesser leurs manifestations.

21 avril Un nouveau gouvernement est rendu public. L’équipe passe de 38 à 29 membres. Aucune personnalité de l’opposition n’y est intégrée.

Le deux poids lourds sont des anciens de la révolution Arsène Ye Bongnessan, ministre d’Etat a été secrétaire général des CRD puis des CR après la mort de Sankara, et Djibril Bassolet était capitaine de gendarmerie. Il a été ministre de l’intérieur au plus fort du mouvement social après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Il a depuis été formé à la diplomatie et revient d’une mission au Darfour.

Blaise Compaoré s’est réservé le poste de ministre de la Défense.

26 avril Le Chef de file de l’opposition Bénéwendé Sankara appelle, au nom de toute l’opposition, à un meeting le 30 avril pour demander la démission de Blaise Compaoré. Il annonce la mise en place d’un comité d’organisation regroupant 34 partis.

Les commerçants dont les boutiques avaient été vandalisés par les militaires les 13, 14 et 15 avril reçoivent des indemnisations.

27 avril A Koudougou, les commerçants, qui protestaient contre la décision du maire, Seydou Zagré, membre du parti au pouvoir, de fermer une quarantaine de boutiques pour non-paiement d’arriérés de taxes locales, ont ensuite été rejoints par des jeunes élèves.

Ils ont mis le feu au domicile du maire, a siège de l’EPDC, (Établissement public de développement communal) au siège de la police municipale, ainsi qu’à celui de l’établissement public communal pour le développement, chargé de la gestion du marché de la ville.

28 avril . Nouvelles mutineries cette fois des CRS de Ouagadougou, mais aussi de Bodo Dioulasso et Dédougou. Ils sont sortis pendant le couvre feu et ont tiré avec leurs armes. Le mouvement aurait touché les policiers des villes de Gaoua et Banfora.

Les policiers ont continué les mutineries dans la matinée notamment autour du commissariat central. Des négociations ont été engagées entre les mutins et des représentants des ministères des finances, de la sécurité et de la justice. Les policiers demanderaient la libération des policiers arrêtés à la suite des évènements de Koudougou, la mise en place effective d’un statut du policier dont on parle depuis 20 ans. Ils expriment aussi le ras le bol d’être les boucs émissaires dans des affaires dont ils ne sont pas à l’origine.

A l’issue d’une rencontre avec la coalition contre le vie chère et des syndicats, le Premier ministre annonce la suppression de la Taxe de Développement Communal, un des motifs de mécontentement de la population, une baisse de 10% de l’IUTS (impôt unique sur les traitements et salaires) , l’annulation de l’augmentation des prix des consultations dans les établissements sanitaires, mais aussi des subventions pour les produits de première nécessité.

A Koudougou, les commerçants ont de nouveau manifesté en ville. La ville ressemble à une ville morte car les commerçants ont fermé les boutiques. Ils réclament la baisse des loyers boutiques du marché central.

Blaise Compaoré annonce que les militaires ont promis de mettre fin à leurs mouvement de protestation après avoir reçu la promesse que des mesures seraient prises pour améliorer le logement, l’habillement et les allocations alimentaires des soldats.

29 avril . Manifestation des élèves du lycée professionnelle sous les mots d’ordre « Blaise dégage », avec sifflets et xlaxons.

A Manga, à une centaine de km au sud-est de la capitale, les élèves ont manifesté par solidarité avec une fillette blessée, deux jours plus tôt par la police. Ils ont mis le feu au commissariat de police. 10 élèves ont été blessés. Le maire de la commune voisine de Bindé qui se trouvait en réunion à proximité a lui aussi reçu une balle perdue, mais il se porte bien ce soir.

Le musicien Sams’K Le Jah annonce par la voix de son fan club que ses émissions de reggae sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. S’il ne donne pas de précision, compte tenu de la popularité de cette émission parmi la jeunesse et sa liberté de parole contre le régime on est amené à penser que le régime a fait pression sur le directeur de la radio Ouaga FM.

30 avril Le meeting des partis d’opposition organisé pour demander le départ de Blaise Compaoré a réuni environ 3000 personnes sur la place de la révolution. On notera la présence de Sams’K Le Jah et de Smockey, ce dernier ayant tenu sa promesse faite le 17 mars 2011 (voir la video de son intervention à à l’adresse http://www.thomassankara.net/spip.php?article1057 ) en tenant ostensiblement une pancarte « Blaise dégage ».

JPEG%20-%2037.2%20ko
Smockey avec les dirigeants de l’opposition et sa pancarte (photo Georges Kabore)

JPEG%20-%2040.8%20ko
« Justice pour Sankara » (photo Nignan Rodrigue)

JPEG%20-%2033%20ko
(photo Nignan Rodrigue)

JPEG%20-%2035.1%20ko
(photo Nignan Rodrigue)

A Ouagadougou, Amadou Maïga, 11 ans, élève de CM1 décrit comme brillant (il était le premier de sa classe), touché par une balle perdue alors qu’il était en train de réviser ses cours, est décédé dans la nuit du 29 avril. L’annonce de sa mort a provoqué la colère des élèves qui se sont rendus à la morgue de l’hôpital Yalgado et ont dressé pendant une heure quelques barricades.

1er mai Le CCVC (collectif contre la vie chère) qui rassembles les syndicats et des organisations de la société civile a tenu un meeting rassemblent 2000 personnes. Les orateurs ont déclaré avoir renoncé à une marche pour des questions de sécurité. Ils ont reconnu que le gouvernement avait fait quelques concessions mais ont appelé à poursuivre la lutte.

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Afrique
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 17:29

 

Les étudiants de la voie démocratique basiste sont des militants au sein de l’Union Nationale des Étudiants du Maroc (UNEM). Ces étudiants, qui défendent une perspective révolutionnaire ont mené de nombreuses luttes pour la gratuité de l’enseignement, des services publics  et pour le refus de leur privatisation. Ces batailles ont été menées sous le mot d’ordre : « la gratuité de l’enseignement ou le martyre » ! Mais le régime réactionnaire, semi-féodal et semi-colonial de Mohamed VI ne l’entend pas ainsi.

 

Certaines de ces arrestations ont eu lieu le 14 mai 2008, jour qui a été marqué par une révolte historique des étudiants de l’université Cadi Ayyad Marrakech.  Ces étudiants avaient organisé plusieurs manifestations vers l’extérieur de l’université en se joignant  aux masses populaires, pour obtenir la libération des détenu(e)s politiques, l’amélioration des  conditions de vie (prix des produits d’alimentation, et des logements), l’obtention de bourses et pour mettre fin au campement des forces de répression à l’université.

 

Le régime a alors entamé une large opération pour éradiquer le mouvement : arrestations, enlèvements, torture et prison ont été les seules réponses.

 

Les premiers victimes ont été un groupe d’étudiants composé de 7 militants arrêté le 14 mai 2008 et un deuxième groupe de 11 militants (groupe de Zahra BOUDKOUR)  arrêté le 15 mai dont deux d’entre eux sont encore en prison ( Mourad CHOUINI : 4 ans de prison à Essaouira et Khalid MIFTAH : 3 ans de prison à Marrakech).

En 2009 et 2010, depuis leurs prisons, ces militants n’ont cessé de se battre en déclenchant successivement 4 grèves de la faim. Dans la cité universitaire et les quartiers populaires de Marrakech des manifestations ont été organisées pour demander leur libération et exiger le renvoi des vigiles de sécurité privée de l’université et la levée de la militarisation du campus.            

Le 10 octobre 2010 les forces de répression ont kidnappé Youssef EL HAMDIA. Puis, deux jours après, cinq hommes encagoulés ont kidnappé la militante Ilham EL HASNOUNI dans sa maison à Essaouira devant les yeux de sa mère et de son frère.

 

Malgré la répression, les soulèvements dans les pays arabes ont apporté un nouveau souffle. Les militants de la voie démocratique basiste ont joué un rôle très actif dans ce qui s’est appelé au Maroc « le mouvement du 20 février 2011 ».

 

Mais soutenu par l’impérialisme Français, le régime réactionnaire marocain semble tenir d’une main de fer le pays. C’est pourquoi nous devons apporter notre soutien direct aux révolutionnaires Marocains, qui en ont plus que jamais besoin, en commençant par demander la libération des étudiants de l’UNEM et de la voie démocratique basiste actuellement prisonniers. Puis en lançant une campagne de solidarité qui ose dénoncer le régime marocain et ses alliés impérialistes Français.

Depuis le 23 février 8 militants ont à nouveau été arrêté : Loubna AFRIATE, Fatima Zahra FAIZ, Adbelhak ELTALHAOUI, Jalal KOUTBI, Mohamed EL AARBI JEDDI, Hicham EL MASKINI, Safae ISSAM.

 

Sans oublier les autres et ceux qui risquent d’être arrêté à tout moment.

 

 

    Mardi 10 mai 2011

12h pelouse de l'université

      (RER A - Nanterre université - pelouse)

 

http://img.over-blog.com/300x212/1/37/99/37/Liberte-et-liberte.jpg

 

 

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Maghreb
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 12:55

 

Le 8 mai 1945 devait être un jour de joie et de célébration à travers le monde entier. Sous la bannière des Armées populaires partisanes mais aussi (c’est ainsi…) sous celle des Armées nationales capitalistes, les Peuples, les travailleurs du monde entier venaient de jeter à terre le plus grand projet d’oppression, d’exploitation et de barbarie impérialiste ayant existé alors : le nazifascisme.

Mais dans l’Est de l’Algérie, une tâche indélébile a été jetée sur cette date, pour toujours.

Les faits sont tristement connus, rappelons les brièvement : défilant pour célébrer, comme dans le monde entier, la défaite du nazisme, des Algérien-ne-s lèvent le drapeau vert et blanc de la libération nationale. Ne leur avait-on pas promis que, pour leur engagement aux côtés de la « France libre », leurs droits nationaux allaient être rapidement reconnus ? Un membre de la Police coloniale surgit et abat un manifestant. L’émeute éclate aussitôt, et plusieurs dizaines d’Européens sont tués par la foule en colère. Mais le sang n’a fait que commencer à couler…  Alors que la colère se propage dans toute la région, le Constantinois, celui-ci est bouclé par l’Armée sur ordre du Gouvernement général d’Alger et du Gouvernement de De Gaulle à Paris, et le massacre commence. Dans les 2 semaines qui suivent, des dizaines de milliers, peut-être 45.000 Algérien-ne-s sont assassiné-e-s, dans une barbarie qui préfigure celle de la guerre d’Indépendance (1954-62)… et rappelle celle de l’occupation nazifasciste en Europe, qui vient de se terminer ! Villages rasés, exécutions de masse après que les victimes aient creusé leur propre fosse commune, prisonniers écrasés par les tanks, femmes violées et éventrées, bébés écrasés contre les murs, etc. etc.

La Bête nazifasciste à peine écrasée, le jour même, l’impérialisme « normal » reprenait son cours, et montrait qu’avec la barbarie nazie la différence est de degré, pas de nature : le nazisme n’a été que la barbarie impérialiste poussée à son extrême par les conditions de l’époque (crise de 1929 et ses conséquences pour l’impérialisme allemand), mais PARTOUT et TOUJOURS l’impérialisme n’est que massacre, pillage, écrasement des Peuples !

HONTE, HONTE à ceux qui ont ainsi sali ce Jour de Gloire et de Libération pour tous les Peuples !

Mais voilà : si la Victoire antifasciste fut dans une grande partie du monde une victoire révolutionnaire des Armées rouges, elle fut aussi dans une autre grande partie la victoire des impérialistes ennemis d’Hitler, entendant bien rétablir « l’ordre naturel des choses ».

Une victoire permise, dans bien des cas, par l’opportunisme des Partis communistes dirigeant le prolétariat et les masses travailleuses. 1945 est même clairement, en Europe de l’Ouest, l’enterrement de tout espoir sérieux de révolution pour le reste du 20e siècle : jamais plus (même en 1968) de telles conditions ne se présenteront, et elles furent délibérément ignorées.

Ainsi, parmi les responsabilités des massacres d’Algérie, la plus violemment mise en cause est celle du Parti communiste français. Dirigé par Maurice Thorez, celui-ci prônait alors « l’union sacrée » avec toutes les forces « patriotiques » de la « France libre », y compris celles du plus Grand Capital… Il compte plusieurs ministres dans le gouvernement De Gaulle, dont Charles Tillon, représentant plutôt la ligne de gauche du Parti.

Servir le Peuple vous propose donc une très intéressante étude historique d'Alain Ruscio, sur la base des colonnes du journal L’Humanité, permettant de cerner la position du Parti de Thorez au cours de ces évènements sanguinaires. Reposant sur des sources d’époque, malgré le problème de la censure qui frappait le journal comme tous les journaux (on était encore en état de guerre), faisant disparaître des colonnes entières, elle permet d’y voir plus clair.

On y découvre une position PCF complexe, pour ne pas dire tordue, empêtrée dans la « nécessité » d’alors de participation au Gouvernement de la Libération ; empêtrée, aussi, dans la ligne « gauche coloniale », de « colonialisme éclairé », « à visage humain », adoptée au milieu des années 30 au profit du rapprochement avec la « gauche » républicaine bourgeoise (SFIO, radicaux) contre le fascisme et la droite fascisante (une interprétation très droitière de la politique de Front populaire de l’Internationale communiste). Alors que le PC avait été, dans les années 20, d’une solidarité irréprochable avec le Peuple marocain victime de la guerre du Rif (conduite par un certain Philippe Pétain…). Une position, aussi, imprégnée de préjugés sur « l’hitlérisme » des leaders nationalistes, comme Ferhat Abbas ou Habib Bourguiba (qui aurait été « tout juste rentré d’Allemagne », ce qui est FAUX).

La position, au final, du PCF de mai 1945, est qu’un système colonial réduit aux « cent seigneurs » (les plus gros colons), avec la complicité des nationalistes « hitlériens », a provoqué les troubles et la violente répression qui a suivi (qui est dénoncée, notamment par les sources sur place comme Henri Alleg) pour « briser l’unité des masses algériennes avec le Peuple de France »…

Une position totalement social-patriotarde, droitiste, erronée sur l’analyse scientifique du fait colonial, et en contradiction complète avec la 8e des 21 conditions fixées par l’Internationale communiste en 1920 : Dans la question des colonies et des nationalités opprimées, les Partis des pays dont la bourgeoisie possède des colonies ou opprime des nations, doivent avoir une ligne de conduite particulièrement claire et nette. Tout Parti appartenant à la IIIe Internationale a pour devoir de dévoiler impitoyablement les prouesses de « ses » impérialistes aux colonies, de soutenir, non en paroles mais en fait, tout mouvement d'émancipation dans les colonies, d'exiger l'expulsion des colonies des impérialistes de la métropole, de nourrir au cœur des travailleurs du pays des sentiments véritablement fraternels vis-à-vis de la population laborieuse des colonies et des nationalités opprimés et d'entretenir parmi les troupes de la métropole une agitation continue contre toute oppression des peuples coloniaux.

Cette ligne et cette ligne seule explique la position du PCF à l'époque, et non le manque d'information (bien que celle-ci circulait en effet très mal) ou autres... Comme le fait que Tillon, ministre de l'Armée de l'Air, aurait été complètement "court-circuité" par l'état-major : possible et même probable, mais le Parti aurait pu alors menacer de quitter le gouvernement. Il était largement en position de force pour le faire ; et donc faire, peut-être, cesser les massacres. Au moins ça !

Cependant, on n’est pas non plus sur une position « Tuez tous ces sauvages jusqu’au dernier ». Il faut tordre le cou impitoyablement à la propagande anticommuniste, qui mettrait les communistes en pointe de la répression meurtrière, d’une certaine bourgeoisie communautaire et de ses commanditaires monopolistes bleu-blanc-rouges, qui cherchent ainsi à répandre l’anticommunisme (et non la seule critique du PCF de Thorez) dans les masses des colonies intérieures de l’Hexagone (principalement la colonie intérieure maghrébine), afin de les détourner de la science marxiste, autrement dit du seul véritable outil de libération ! La voie suivie par le BLACK PANTHERS PARTY, l'American Indian Movement et les Brown Berets latinos aux USA, la plupart des organisations de combat anti-appartheid en Azanie, Amilcar Cabral en Guinée-Bissau et au Cap-Vert, Pierre Mulele au Congo-Kinshasa, Eduardo Mondlane au Mozambique...

 

 

http://media.paperblog.fr/i/178/1788774/massacres-setif-guelma-kheratta-debut-guerre--L-1.jpeghttp://i44.tinypic.com/e9dgk4.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Histoire
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 23:15

 

Pour des raisons évidentes, no comment... On publie juste l'info. A chacun(e) de se faire une opinion :

 

Marseille: Tirs à la kalachnikov dans les quartiers nord après la mort de l’ado tué lundi
Les quartiers nord de Marseille sont toujours sous le choc de la mort, lundi, d'un adolescent de 15 ans, tué par un quinquagénaire alors qu'il entrait par effraction dans une société de gardiennage. Des tensions sont toujours vives dans ces quartiers, où, rapporte la chaîne I-Télé, une grenade a été dégoupillée et des tirs de kalachnikov ont été entendus dans la nuit de jeudi à ce vendredi. A Septemes-les-Vallons, le journaliste rapporte qu'aucun blessé n'est à déplorer, mais parle d'«acte raté». Une flambée de violence qui intervient au lendemain de la visite du ministre de l'Intérieur Glaude Guéant qui a annoncé un renfort de 139 policiers dans la ville, dont les élus réclamaient plus de moyens après la mort du jeune de 15 ans. Jeudi, l'auteur du coup de feu mortel a été mis en examen pour homicide volontaire et infraction à la législation sur les armes et écroué. Il a tiré à trois reprises avec une carabine 22 Long Rifle, alors qu'il n'était pas menacé. La légitime défense n'a donc pas été retenue.(20minutes)

 


 

 


Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 19:41

 

Voilà une déclaration qui date un peu (presque un mois) mais provenant d'Afrique même, du Parti communiste du Bénin (marxiste-léniniste "albanais"), et qui dit à peu de choses près la même chose qu'ici :


http://blaisap.typepad.fr/mon_weblog/images/2007/11/16/flamme_2.gif

En début d’après-midi du lundi 11 Avril 2011 à Cotonou, la nouvelle est tombée comme une traînée de poudre. Laurent GBAGBO vient d’être arrêté en sa résidence et conduit à l’Hôtel du Golfe siège du gouvernement de OUATTARA. Dans les bar-restaurants, dans les débits de boisson, dans les établissements scolaires, c’est la consternation. « Bah ! C’est la recolonisation de l’Afrique ! » entend-on par ci, par là, dans la bouche des gens visiblement entre la révolte et la prostration. L’opinion béninoise ne s’en fait aucun mystère. Ce sont les troupes françaises qui ont capturé GBAGBO et non comme le déclarent les officiels français depuis le ministre des Affaires étrangères Alain JUPPE et celui de la Défense Gérard LONGUET, les Forces Républicaines de OUATTARA. En écoutant les dénégations mêmes des officiels français, tout apparait pourtant clair. Ce sont les hélicoptères de la Licorne et celles de l’ONUCI qui dans la journée de dimanche 10 avril ont jeté des bombes sur la résidence où se trouvait Laurent GBAGBO et l’ont détruite à moitié. Dans l’opération ayant conduit à l’arrestation de Laurent GBAGBO, le lundi 11 Avril, les officiels français reconnaissent avoir opéré au sol avec des blindés qui ont ceinturé la résidence et « permis l’arrestation ». Et du reste, l’Agence REUTERS (selon des témoignages convergents de Toussaint ALAIN  - pro-GBAGBO - et Hervé COHX  - pro-OUATTARA -) a mis à nu la manipulation française en écrivant très vite (18 H 45) : "Le président GBAGBO a été arrêté par les forces spéciales françaises et remis à des chefs de la rébellion" !

Depuis le lundi 4 avril 2011, le président Sarkozy a ordonné aux troupes d’occupation de l’armée française stationnée en Côte d’Ivoire de bombarder les camps militaires, le palais présidentiel, la résidence du chef de l’Etat et la télévision ivoirienne qui sont pourtant protégées par un bouclier humain civil. Dans une sorte de partage des rôles dans l’occupation de la ville d’Abidjan, les forces françaises Licorne et l’ONUCI s’occupent des bombardements par les airs pour la protection des troupes de OUATTARA, occupent le port et l’aéroport et bombardent la résidence de GBAGBO « soi-disant pour détruire les armes lourdes à la disposition des troupes pro-GBAGBO  et protéger la population civile».

Il  est apparu clairement aujourd’hui que ce ne sont pas les forces dites républicaines de OUATTARA qui ont vaincu les forces de Laurent GBAGBO, mais plutôt les forces françaises avec les forces ouest-africaines notamment nigérianes et burkinabè et la couverture de l’ONUCI.

Dans notre déclaration du 07 Décembre 2010, nous disions :

«  les Français avaient fait leur choix avant le scrutin et c’était OUATTARA et ils ont mis et mettent tout en œuvre pour qu’il triomphe et accède au palais présidentiel pour servir leurs intérêts. Toute la ‘’ communauté internationale’’ est mobilisée à cette fin et on a même inventé un concept nouveau : la certification du résultat par l’ONUCI qui se place ainsi au-dessus des instances nationales, comme si la Côte-d’Ivoire était sous protectorat. Il est donc en tout cas inadmissible pour tout patriote et démocrate cette ingérence des puissances étrangères en Côte-d’Ivoire qui piétine sa souveraineté, ingérence allant jusqu’à des menaces d’interventions armées. »

Dans la déclaration en date du 27 Décembre 2010 nous disions :

« Mais quelle que soit leur provenance, une intervention étrangère en Côte-d’Ivoire qui n’a agressé aucun pays, est inadmissible. Les interventions armées étrangères pour des "missions civilisatrices", " rétablir la démocratie" ou des "raisons humanitaires" ont fait trop de dégâts de par le monde et notamment en Afrique. On ne peut accepter le renouvellement de tels crimes de droit international sous aucun prétexte. La question de la démocratie en Côte-d’Ivoire, comme dans tout pays, doit et ne peut être durablement réglée que par les peuples de ces pays eux-mêmes.

L’histoire, même récente, a suffisamment montré que les puissances occidentales ne sont pas des philanthropes et que face à leurs intérêts vitaux (énergie, marchés, etc.) elles ne reculent devant aucune forfaiture : manipulations, mensonges, assassinats, crimes de masses. Ainsi, de même que l’on sait aujourd’hui les mensonges pour justifier l’invasion et la guerre en Irak, de même les raisons et la vérité sur ce qui se passe en Côte-d’Ivoire seront un jour connues. Mais ces expériences donnent suffisamment de leçons aux peuples pour dire NON à toute intervention étrangère pour soi-disant régler des problèmes, en lieu et place d’un peuple.

C’est pourquoi, le Parti Communiste du Bénin reste convaincu que les solutions à la crise que traverse la société ivoirienne viendront avant tout du peuple ivoirien lui-même. Il dénonce toute intervention armée étrangère en Côte d’Ivoire, d’où qu’elle vienne, et exige le départ de toutes les forces étrangères présentes sur le territoire ivoirien, qu’elles soient officielles (ONU-CI, Licorne, 43ème BIMA) ou officieuses (mercenaires). »

A propos de Laurent GBAGBO, il est dit (dans notre déclaration du 07/12/11) :

« … derrière ses discours et airs nationalistes, il a fini de tout brader aux multinationales françaises et autres, n’a plus rien à offrir ; ses manières brutales, tyranniques et de corruption ont fini par lasser nombre de ses partisans de première heure et font de lui un agent usé et moins crédible pour les Français ; il ne peut contenir la rébellion créée par ces mêmes Français et OUATTARA, et il faut que ce dernier prenne les rênes pour éteindre le feu de la guerre allumée par eux-mêmes et stabiliser le pays. GBAGBO est lâché et doit partir.».

GBAGBO vient de partir. Mais dans quelles conditions ? GBAGBO et OUATTARA sont tous deux des agents de l’impérialisme, français notamment, qui se battent pour être les meilleurs serviteurs* ; pour le pouvoir et l’enrichissement personnels sur le dos des peuples. Dans ces conditions, l’intervention étrangère, jusques y compris armée, pour soutenir l’un - jugé désormais plus sûr -  contre l’autre ne peut être qu’une agression contre la Côte d’Ivoire. Et c’est ce qui a été, avec comme conséquence des destructions massives d’infrastructures et de vies humaines. Avec toutes les forces coalisées, américaines, françaises et ouest-africaines (notamment nigérianes, maliennes et burkinabè selon les propres déclarations des experts français sur la télévision France 24) qui fournissent hommes et armements sans oublier l’encadrement et le déploiement (Licorne, etc.) militaires nécessaires, avec tout l’ostracisme diplomatique mondial et l’embargo économique dont il est l’objet, le régime de GBAGBO, antipopulaire par nature, ne peut qu’être défait.

De la sorte, ce qui a triomphé aujourd’hui en Côte d’Ivoire ce n’est pas le peuple ivoirien mais l’intervention étrangère en Côte d’Ivoire et la transformation plus que jamais de ce pays en une néo-colonie classique (du type 1960) sinon un protectorat. Il s’agit d’une recolonisation.

Le régime de Laurent GBAGBO n’a jamais par le passé, bénéficié d’une quelconque sympathie de la part du peuple béninois. Au contraire ! Les crimes commis sous ce régime sont tels qu’ils inspirent l’horreur et le dégoût.  Alors comment comprendre qu’aujourd’hui son arrestation ait suscité tant de tristesse au sein du peuple béninois ? C’est simplement l’agression française contre la Côte d’Ivoire et l’arrogance du dominateur français en une terre africaine qui font mal. C’est le principe éthique qui veut que « l’agression d’un peuple ou d’une nation, par une puissance quels qu’en soient les mobiles est inadmissible » qui est en œuvre.  Et si le criminel GBAGBO qui a été pendant longtemps un serviteur fidèle des intérêts français est devenu si gênant pour ces mêmes intérêts au point que les impérialistes français doivent lui faire la guerre, il ne peut que susciter de la sympathie populaire au Bénin, en Afrique et dans le monde. D’autant que le cas qui est en train de se dérouler en Côte d’Ivoire ne peut être dissocié de la provocation dont le peuple béninois est l’objet de la part de ces mêmes impérialistes français qui, avec une LEPI truquée, viennent de couvrir une imposture et de nous imposer un dictateur en la personne de Boni YAYI.

Une page vient d’être tournée en Côte d’Ivoire, une nouvelle vient de s’ouvrir. Celle où le prolétariat et les peuples ivoiriens désormais unifiés sous la férule d’un pouvoir du capital financier (celui de OUATTARA imposé à bout de fusil par les impérialistes français) devront faire face à une domination impérialiste française renforcée  avec toujours la présence des troupes françaises LICORNE et autres 43ème BIMA. Et la lutte du prolétariat et des peuples ivoiriens contre cette domination et cette exploitation ne tardera pas à se déployer pour leur émancipation véritable.

Cotonou le 12 Avril 2011.

Le Parti Communiste du Bénin.

 

*Un unique désaccord sur ce point, mais les lecteurs/lectrices connaissent maintenant la position de SLP, basée sur de multiples études de la situation ivoirienne : Gbagbo et Ouattara ne sont pas simplement "deux serviteurs de la Françafrique" qui se battent pour ses faveurs ; Ouattara est clairement un homme de la Françafrique la plus réactionnaire et de la pire domination impérialiste, comme il a pu le montrer en tant que Premier ministre (1990-93), gouverneur de la BECEAO ou au FMI ; Gbagbo était effectivement proche de la "Françafrique de gauche", il a passé de nombreux contrats avec les monopoles bleu-blanc-rouges (comme le groupe Bolloré), toutefois en "cohabitation forcée" depuis 2003 avec ses opposants RDR, PDCI et Forces "nouvelles", mais son "crime" absolu est d'avoir voulu "ouvrir" la Côte d'Ivoire à d'autres impérialismes, rivaux de la France, notamment la Chine, pensant ainsi la rendre plus "indépendante".

 

AfricaFistZm

 

 

 

Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Afrique
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 08:37

 

Excellent et synthétique compte-rendu des camarades de Nouveau Népal, qui font un admirable travail de traduction, analyse et information du public francophone sur la première révolution communiste du 21e siècle.

Que la lutte de lignes se poursuive et que la ligne révolutionnaire communiste triomphe !

Assez d'absurdité et de ridicule : aucun Parti maoïste, après une héroïque Guerre populaire de 10 ans, ne devient révisionniste du jour au lendemain en signant un accord avec des partis bourgeois !!!

 

Nouveau Népal

 

La nouvelle constitution doit être promulguée le 28 mai prochain. A part quelques doux rêveurs, personne ne pense que cela sera possible. Faisons un point sur la situation et essayons d'y voir plus clair.

 

Le gouvernement

 

Jhala Nath Khanal, président de l'UML, a été élu premier ministre par l'Assemblée Constituante grâce au soutien du PCUN-maoïste après un accord en 7 points entre les deux partis dont les deux points principaux sont 1. le ministère de l'Intérieur ou de la Défense pour les maoïstes 2. l'intégration de l'APL dans l'Armée Népalaise par la formation soit d'une force exclusive pour l'APL soit d'une force composée  pour moitié d'APL et de forces de sécurité de l'Etat (voir Sur l'élection de Khanal au poste de premier ministre pour le détail de l'accord).

 

Mais Khanal, qui représente l'aile gauche large de l'UML, subit une opposition au sein même de son parti. KP Oli et Madhav Kumar Nepal (ex-premier ministre) s'opposent en effet à ce que le poste de ministre de l'Intérieur soit donné aux maoïstes, comme l'accord l'imposait. De plus, et c'est sûrement le point le plus important, l'opposition interne à l'UML (et les réctionnaires en général) s'opposent à l'intégration de l'APL sous les conditions de l'accord.

 

Le gouvernement n'est donc toujours pas formé et il y a peu de chances qu'il le soit.

 

L'Assemblée Constituante

 

Un comité avait été formé pour résoudre les questions litigieuses concernant l'écriture de la nouvelle constitution. Prachanda avait été désigné pour le présider. A l'heure actuelle, le comité est bloqué. Prachanda a voulu démissionner, ne pouvant assurer ses missions. Mais cela lui a été refusé par les autres partis. Il s'agit d'une tentative de faire porter l'échec de l'écriture de la constitution sur les épaules du parti maoïste.

 

Au sein  du PCUN-maoïste

 

Les journaux népalais montent en épingle des évènements peu importants et il est difficile de connaître la réalité de la situation. Nous allons donc décrire la situation de manière globale.

 

La lutte s'aiguise entre l'aile du parti qui défend l'idée que la révolte populaire est la seule option laisée devant le parti pour accomplir la révolution de nouvelle démocratie et l'aile qui défend l'idée que la révolte ne peut vaincre et qu'il faut donc prendre son mal en patience en écrivant une constitution de compromis.

 

Quelle voie le parti va t'il prendre ? Va t'il préparer la révolte ? Va t'il gagner du temps pour résoudre la lutte interne ? Va t'il accepter une constitution de compromis ?

 

Si la dernière option est choisie, il y a tout à parier que cela signifiera une rupture et que l'aile révolutionnaire se détachera. Les deux autres options sont envisageables.

 

La préparation de la révolte

 

Le parti est critiqué par l'aile gauche de ne pas mettre en place les programmes destinés à appliquer la ligne de la révolte. Mais il semble que les révolutionnaires aient pris l'initiative en formant les Volontaires Populaires. Nous avons eu un peu plus de détail sur cette organisation.

 

L'organisation a pris la même forme que celle du parti durant la Guerre Populaire : 6 commandes et 6 départements. Un bureau central d'une cinquantaine de membres a été formé. Viennent ensuite les comités d'Etat, de district et locaux.

 

Les volontaires du peuple seront mobilisés dans trois domaines : production, sécurité et construction.

 

Le bureau fera les plans d'action pour chacun des 14 Etats maoïstes et pour chacun des 75 districts, soit 89 plans d'action.

 

D'ici là, les Volontaires du Peuple vont mener des actions culturelles, meetings, collages, diffusions de tracts, nettoyage, etc. jusqu'au 8 mai selon les planifications des organes locaux.

 

Ensuite, le parti mobilisera ses cadres et ingénieurs pour construire des routes, des ponts, des habitations, des projets d'irrigation et autres. Des médecins seront également mobilisés pour lancer des structures de santé.

 

Lors d'un meeting des cadres du Comité d'Etat Newa, Badal, Secrétaire Général du Parti maoïste, a affirmé :

 

"Nous ne devons pas perdre notre temps à discuter des différences au sein de la direction. Leur justesse sera déterminée une fois que le parti lancera la révolte populaire."

 

Il a affirmé que les problèmes au sein du parti ne peuvent être réglés sans détruire les vieilles structures et que cela ne peut être réalisé que par la révolte populaire.

 

Il a continué en constatant que le parti était devenu une plateforme pour différents groupes d'intérêt mais que ceux qui n'ont pas de zèle révolutionnaire seraient éliminés en temps voulu.

 

En défense des Volontaires du Peuple, Badal a affirmé que la révolte sera impossible avec une poignée de personnes. "Ainsi, les Volontaires du Peuple sont une nécessité pour gagner le coeur du peuple au travers de programmes de sécurité sociale et de développement."

 

Selon lui, les Volontaires du Peuple seront la force la plus large pour faire avancer la révolte populaire vers le succès. "Les Volontaires du Peuple vont en premier lieu identifier les agents, les féodaux et les forces régressives et leur passer le visage au cirage [méthode d'humiliation utilisée en guise de punition NdT]. Ils se défendront sur les agents essaient de résister."

 

Au lieu de combattre séparément, tous les fronts du parti seront centralisés et déployés pour la révolte à travers les Volontaires du Peuple.

 

Pour illustrer cela, nous avons reçu la nouvelle de la création de la Force Volontaire des Travailleurs qui compte 100 000 membres issus du syndicat maoïste.

 

Conclusion

 

Le PCUN-maoïste est toujours à la croisée des chemins. Si les révolutionnaires semblent avoir pris l'initative, rien n'est encore joué au Népal. Si la lutte interne prend une tournure au désavantage des révolutionnaires, il est possible que ceux-ci essayent de gagner du temps pour inverser la tendance. La position de Prachanda, plutôt centriste, déterminera en partie l'évolution de la situation politique et du PCUN-maoïste.

 

On continuera de vous tenir au courant.

 

Les Volontaires du Peuple, nouvelle organisation de masse fondée par le PCUN-maoïste, a commencé son travail aux quatre coins du pays. Cette organisation réunira de nombreux militants et sympathisants maoïstes ainsi que les larges masses pour participer à des projets de construction et, si nécessaire, pour contrer les menées contre-révolutionnaires.

 

"La construction d'un jardin avec une tour d'observation, un monument dédié aux martyrs de la guerre populaire et au mouvement d'avril 2006, montre ce que l'organisation veut faire," a affirmé Netra Bikram Chand "Biplab", dirigeant des VP, lors de l'inauguration d'un chantier à Katmandou.

 

"Aidez nous à changer le visage du pays. Nous impliquerons des millions de jeunes et de citoyens dans le service public."

 

Lors du même programme, Prachanda a affirmé que "si les traîtres et les réactionnaires essaient de bloquer le processus de paix, alors les Volontaires du Peuple les élimineront."

 

Les maoïstes conservent également la structure de la YCL, organisation de jeunesse.

 

D'autre part, le Parti a planifié des meetings de masse dans de nombreuses villes du pays dans le but de promouvoir sa nouvelle unité, sa volonté de mettre en pratique la ligne adoptée lors de la réunion pélnière de Palungtar (la révolte populaire) et de mobiliser les larges masses.

 

nepal.jpg

 

 

 

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Asie du Sud
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:24

 

parade_victoire_moscou.jpg

Parade de la Victoire à Moscou

 

fete_du_peuple_moscou_45.jpg

La Fête du Peuple !

 

la-bataille-de-Berlin-04d.jpg

Mineurs du Kentucky et fondeurs de l'Oural, journaliers noirs de l'Alabama et bergers ouzbeks, "Okies" de Californie et kolkhoziennes du Don : unis pour terrasser la Bête immonde !

 

black_GIs.jpg

"Un fascisme à terre... De retour à la maison, on s'occupe du notre !"

 

execution_collabo.jpg

Un kollabo reçoit la monnaie de sa pièce !

 

cs-boy38s.jpg

Partisans chinois : la dernière ligne droite...

 

red flag reichstag

VICTOIRE !!!

 

 


Repost 0
Published by Servir_Le_Peuple - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple