Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Le révisionnisme moderne* désigne le processus d'abandon, en URSS et dans la plupart des PC du monde** (au pouvoir ou pas), des principes marxiste-léninistes et, là où ces PC sont au pouvoir, de l'économie socialiste et de la dictature du prolétariat, entre le milieu des années 1950 et la fin des années 1980.

C'est la définition communément admise par l'ensemble des marxiste-léninistes, maoïstes ou non, à l'exclusion bien sûr des trotskistes, des anarchistes et des gauchistes (luxemburgistes, "Gauche communiste") pour lesquels l'URSS n'a jamais été socialiste.

Cependant, ce concept donne lieu à des interprétations radicalement divergentes.

Pour certains, l'approche est totalement métaphysique, "magique", idéaliste. "Saint Staline" est mort - peut-être assassiné - et, après une brève lutte de pouvoir, l'URSS a cessé d'être socialiste et internationaliste pour devenir capitaliste monopoliste d'État et social-impérialiste. Avant cette date tout était parfait, mais des "vipères lubriques" tapies dans l'ombre attendaient leur heure... Après cette date, rien de ce que peut dire ou faire l'URSS ne mérite la moindre indulgence.

Cette thèse est principalement celle des partisans du leader albanais Enver Hoxha qui, après la mort de Mao, attaqua (aussi) violemment celui-ci comme un "démocrate bourgeois" et un "opportuniste de gauche" ; mais également du PCMLM, dans sa vision générale dogmatique des choses, "tout blanc" ou "tout noir".

Nous rejetons cette thèse (dite "de l'interrupteur") comme "magique", anti-matérialiste : rien ne tombe du ciel et, corollaire, rien ne se fait en un jour. Surtout pas le retour vers le capitalisme d'un pays engagé sur la voie du socialisme.

À l'opposé - en apparence - se trouve le point de vue des "refondateurs", les organisations qui ont quitté le P"C"F dans les années 1990 (au moment de sa liquidation finale, malgré la conservation de son nom) et qui prétendent le reconstruire "moitié dehors moitié dedans" : PRCF, URCF, Coordination du Nord, Cercles communistes etc. Selon eux, tant que l'URSS et les "pays frères" conservent la plus petite apparence de socialisme, notamment la propriété d'État ou un secteur d'État écrasant, ils restent socialistes ("un malade n'est pas un mort" disent-ils) et doivent être défendus inconditionnellement (et non pas dans certaines circonstances seulement). Cette théorie s'applique à la Chine et au Vietnam aujourd'hui comme hier à l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie, en Afghanistan, à la répression de Tienanmen...

Nous réfutons bien entendu également cette thèse comme niant la dialectique (transformation d'une chose en son contraire malgré les apparences), la question de la direction (qui dirige et où va-t-on ?) et la théorie léniniste sur la nature de l'État.

Nous sommes également critiques vis-à-vis de la position de Voie Prolétarienne (OCML) : dès la fin de la NEP (1928-29) et la collectivisation l'URSS n'aurait (en fait) jamais été socialiste, mais capitaliste d'État. Comme pour les trotskistes (sans vouloir qualifier ainsi ces excellents camarades !) cette thèse est incapable d'expliquer la victoire antifasciste de 1945, la défense inconditionnelle du système socialiste, du Parti et de la direction par les peuples d'URSS. La "répression", la "terreur" et la "discipline de fer" (qui pouvaient effectivement régner dans l'Armée rouge de l'époque) ne sont pas des explications suffisantes face à une machine de guerre comme la Wehrmacht nazie (on a déjà vu en 1914-18 que la seule répression ne suffit pas pour assurer la combattivité des troupes) ; pas plus que le raisonnement du "moindre mal" face aux crimes nazis (les Soviétiques auraient pu laisser tomber Staline et résister ensuite, comme l'ont fait les Irakiens avec Saddam Hussein par exemple). Non, il y avait bel et bien chez une large majorité de Soviétiques de l'époque une volonté claire de défendre le système politique, et cela ne peut s'expliquer si l'on postule que le capitalisme était d'ores et déjà ouvertement restauré. Mais il est vrai que l'extrême violence politique de la seconde moitié des années 1930 ("Grandes Purges") puis bien sûr de la guerre et de l'immédiat après-guerre a bel et bien pu "couvrir" des manœuvres de "fortification" des positions restaurationnistes, notamment à partir d'un appareil répressif hypertrophié et dégagé de tout contrôle démocratique (si l'on ne prend que l'exemple de Khrouchtchev, il occupait des positions très importantes durant toutes ces périodes !). D'autre part, la position de l'OCML-VP présente aussi des analyses très intéressantes quant à la genèse même des forces en faveur de la liquidation du socialisme, notamment une critique de la "théorie des forces productives".

En fait, très éloignées en apparence, toutes ces interprétations ont un point commun selon nous très "français", "cartésien" : elles recherchent un "point de rupture" net, une "date butoir" avant laquelle tout serait parfait, l'URSS serait un paradis, et après laquelle tout serait abominable, social-fasciste et social-impérialiste.

Une quête impossible et contraire au matérialisme dialectique, selon lequel tout se transforme (plus ou moins rapidement, mais jamais instantanément) dans l'affrontement des contraires : rien ne tombe du ciel, rien ne se fait d'un coup de baguette magique.

[* : un premier révisionnisme, désigne à la fin du 19e siècle les thèses de Bernstein en Allemagne, et leur propagation au sein de la IIe Internationale (1889-1914). Ces thèses prônaient le "dépassement" du capitalisme par la simple action légale et parlementaire réformiste. S'y ajouteront une mauvaise compréhension de l'impérialisme capitaliste et finalement, en 1914, l'Union sacrée avec la bourgeoisie impérialiste dans la guerre. Leur critique par Lénine est à la base du marxisme-léninisme.]

[** : entraînant l'opposition des PC chinois et albanais (rupture sino-soviétique), et des scissions dans la plupart des PC du monde.]

Une inversion du sens de l'évolution de la société

En réalité, le révisionnisme n'est pas un "stade" historique stable, ni un corpus idéologique défini, encore moins un mode de production.

Exactement comme le socialisme est un processus, une transition, une série d'étapes entre le renversement du capitalisme et le communisme, le révisionnisme est en fait une régression, une série d'étapes, d'abandons, de transformations des choses en leur contraire, conduisant d'une certaine étape du socialisme à la restauration du capitalisme.

Voyons ce qu'en dit le Nouveau Parti Communiste Italien, qui a réalisé (pour ainsi dire) la seule réflexion théorique profonde post-Mur de Berlin, à laquelle nous souscrivons totalement : "On les décrit [les pays à direction révisionniste NDLR] comme ayant été des sociétés à " capitalisme monopoliste d'État " bien que " de type nouveau " ou ayant pris la forme d'un " capitalisme bureaucratique " (...)
S'il est clair que la phase socialiste est une phase de transition dans laquelle graduellement et par bonds, on liquide les rapports sociaux capitalistes et on développe les germes du communisme, il est clair aussi qu'une fois que la direction du parti et de l'État fut prise par les révisionnistes modernes (qui sont les représentants et porte-parole de la bourgeoisie typique et spécifique de la société socialiste), la nature de l'Union soviétique ne pouvait pas changer d'un coup.

En réalité, il y eut une inversion de la direction vers laquelle la société allait. Dans chaque domaine, pas à pas, furent graduellement étouffés les rapports communistes déjà construits, renforcés les rapports capitalistes qui subsistaient et réintroduites les relations capitalistes là où existaient des conditions pour le faire.

Accuser les révisionnistes soviétiques d'avoir été des sociaux-impérialistes dans le sens où leurs relations avec les partis communistes menées sous le drapeau du socialisme suivaient une ligne faite d'ingérence, de chantage et d'arrogance est une chose.

Soutenir que l'Union soviétique était devenue d'un coup un pays impérialiste en est une autre. Les communistes qui soutiennent que l'Union soviétique était un pays social-impérialiste n'ont jamais expliqué de quoi à leur avis le bond de 1989-1991 était constitué, quelles ont été ses causes et qu'est-ce qui est en cours actuellement dans les pays qui constituaient l'Union soviétique. Pourquoi n'essaient-ils pas de l'expliquer ?

Les communistes des ex-pays socialistes ne peuvent comprendre la lutte de classe qui se mène dans leurs pays et ce que sont leurs tâches que s'ils partent d'une conception matérialiste et dialectique de ce qu'ont été les pays socialistes avant l'arrivée des révisionnistes à leur direction et dans les décennies qui ont suivi."


( Résolution de la 4e Commission préparatoire du congrès de fondation du (n)PCI, point 5 "Le bilan des pays socialistes")

Également : "Ils [les ML/MLM ndlr] ont passé des années à se demander si l'URSS était un pays socialiste ou un pays capitaliste, dans une confrontation d'une quantité plus ou moins grande de faits avec leurs définitions du capitalisme et du socialisme.

Tandis qu'il était plutôt nécessaire d'étudier :

1.jusqu'à quel point la transition du capitalisme au communisme était avancée en URSS et 2.le processus concret de rétrocession au capitalisme commencé dans les années 1950.

Nous avons rompu avec cette attitude bigote à partir de 1990, avec l'autocritique publiée dans l'article "La restaurazione del modo di produzione capitalista in Unione Sovietica" dans
Rapporti Sociali n°8 - Novembre 1990.

Ce travail nous a aidé à comprendre l'expérience des pays socialistes nés pendant la première crise générale du capitalisme et de déterminer les périodes qu'ils ont traversé : construction du socialisme (c'est-à-dire passage graduel à partir des rapports sociaux capitalistes et pré-capitalistes vers des rapports sociaux communistes), tentative de retour graduel et pacifique au capitalisme, puis tentative de retour au capitalisme à n'importe quel prix.

Il a suffi de s'enlever les œillères d'une scolastique pseudo-marxiste pour permettre que la riche et multiforme expérience des pays socialistes devienne compréhensible et parlante, pour comprendre la stricte connexion de "l'effondrement " des régimes révisionnistes dans les années 1989-1991 avec la seconde crise générale du capitalisme."

[(n)PCI, Lettre à Front Social, point 3 : le mouvement communiste international]

Les camarades transalpins décrivent très correctement comment le révisionnisme (qui a germé dans les erreurs et les défaillances de la construction socialiste (1928-1953), lesquelles ne suffisent cependant pas pour parler de capitalisme d'État et de révisionnisme à cette époque) a conduit à partir de 1953 (mort de Staline et disparition "générationnelle" des bolcheviks "historiques") à l'abandon progressif de ce qui faisait le socialisme : la planification (qui devient de plus en plus indicative), le caractère collectif de la production (avec par exemple la liquidation des stations de machines et tracteurs (SMT) dans les campagnes, les machines agricoles sont remises aux kholkozes qui deviennent, de fait, des entreprises autonomes), la dictature du prolétariat et la démocratie populaire (le socialisme c'est la propriété d'État des moyens de production ET le contrôle démocratique du peuple sur l'État), etc. etc.

Il faut en effet comprendre qu'après la révolution, lorsque le Parti censé représenter la classe ouvrière et les masses populaires exploitées (paysannerie pauvre etc.) a pris le pouvoir, la société reste très longtemps (au moins une voire deux générations) imprégnée par les conceptions et les rapports sociaux hérités du capitalisme (ainsi que les conceptions et les rapports sociaux féodaux là où ils existaient). Toutes sortes d'"autorités" et de "hiérarchies" apparaissent comme "naturelles" parce qu'il en a tout simplement toujours été ainsi depuis des siècles : "autorités" et "hiérarchies" fondées sur le genre (patriarcat), l'âge (gérontocratie), la formation intellectuelle (mandarinat), le galon dans les forces militaires, le pouvoir et les "responsabilités" (même conférés par élection et supposément "révocables à tout moment" !), l'appartenance nationale (chauvinisme-hégémonisme-suprématisme, par exemple grand-russe ou grand-han), le fait d'être citadin/"civilisé" et non "paysan arriéré" (contradiction centres/périphéries), etc. etc. Même les rapports de production restent, dans une certaine mesure, "capitalistes" : pendant un laps de temps qui peut être d'une génération voire plus, la révolution doit recourir à toutes sortes d'experts et de cadres formés par et pour le capitalisme, car pendant des siècles la division du travail (entre propriétaires de moyens de production et "loueurs" de force de travail = prolétaires, entre intellectuels et manuels, cadres et exécutants) a été telle qu'il n'est pas possible de laisser les travailleurs (organisés en conseils) se "débrouiller" pour assurer la production : l'appareil productif s'effondrerait (et dans des pays déjà arriérés comme la Russie de 1920 ou la Chine de 1950, ce serait catastrophique : aucune "décroissance" n'est envisageable dans ce type de société !). Ces cadres-et-experts vont avoir avec les "simples" travailleurs une relation sociale de "sachant" à "écoutant-exécutant". Même si l'on ne veut pas permettre des écarts de salaires trop importants, il va falloir "valoriser" financièrement leur importance pour la production et les responsabilités qui leur incombent (donc les payer plus que les autres, leur offrir des "privilèges").

Tout ceci ne signifie nullement (comme le prétendront typiquement les anarchistes, pour qui tout n'est qu'affaire de baguette magique "grands slogans" et de bonne volonté) que l'on ne serait "jamais sorti du capitalisme" : comme nous l'avons vu, le socialisme n'est pas un mode de production en soi mais une "marche" du capitalisme vers le communisme dans laquelle rien ne tombe du ciel "comme par enchantement". Mais cela va clairement représenter une BASE sur laquelle, si dans le Parti même une fraction d'"arrivistes" le souhaite (et qu'on la laisse faire !), il va être très facile (même 25 ou 30 ans après la révolution) de prendre le chemin de la restauration capitaliste, de manière plus ou moins ouverte ou sournoise/masquée/"à petits pas". C'est là le grand enseignement du maoïsme pour le mouvement communiste international : la contre-révolution encercle et étrangle la révolution de toute part, mais le plus grand risque de restauration du capitalisme se trouve dans l'appareil politique (État, Parti) de la révolution elle-même (d'où le mot d'ordre : "FEU SUR LE QUARTIER GÉNÉRAL !"). C'est ce qui s'est produit en URSS (tendance lourde dès les années 1930 et définitivement actée après la mort de Staline) et dans les "démocraties populaires" d'Europe de l'Est puis (malgré la tentative de la Révolution culturelle de "contrer" cela) en Chine, au Vietnam, à Cuba etc. etc.

Peu à peu l'appareil d'État et du Parti, les cadres économiques (directeurs d'usines, de kholkozes) que la politique de Staline, au nom de l'efficacité, avait commencé à soustraire au contrôle démocratique populaire et qui jouissaient déjà de privilèges excessifs, se sont mis à se comporter en bourgeoisie de fait vivant dans le luxe en accaparant la plus-value du travail collectif ("socialiste").

Et l'internationalisme révolutionnaire s'est peu à peu mué en domination et en exploitation des pays "frères", en hégémonisme, en basses visées géopoliticiennes... L'URSS s'est mise à se comporter en puissance impérialiste "comme les autres", même si stricto sensu les choses étaient un peu plus complexes.

Toutes ces tendances, on l'a dit, ont triomphé en URSS dans les dernières années de la vie de Staline (affaibli par l'âge et n'ayant de toute façon jamais su lutter correctement contre) et surtout après sa mort, lorsqu'après une rapide lutte de pouvoir Khrouchtchev s'empare de la direction du Parti (si Beria ou un autre avait "gagné", cependant, cela aurait sans doute été la même chose) et entame alors un processus de restauration "pas à pas" du capitalisme jusqu'au "final" de la perestroïka de Gorbatchev et de la liquidation de l'Union en 1991.

Malgré tout, l'URSS a pu encore après les années 1950 jouer un rôle positif, afin de garder la confiance des masses mondiales et de nuire aux impérialismes occidentaux : elle a par exemple soutenu, jusqu'en 1975, les luttes du peuple vietnamien et des colonies portugaises d'Afrique. Elle a même joué jusqu'aux années 1980 un rôle positif contre le régime fasciste d'apartheid en Afrique australe, ou encore contre les régimes fascistes d'ultra-droite pro-US qui dominaient l'Amérique centrale. Cependant, des années 1950 aux années 1980, le rôle néfaste va croissant au détriment du rôle positif.

À une époque, celle de la "stagnation brejnévienne" (1964-1982), on a pu avoir l'impression que le "système" s'était stabilisé en "social-impérialisme" et en "capitalisme monopoliste d'État", d'où l'analyse des partisans de la Chine. Mais ce modèle économique "bâtard" s'est révélé (bien loin de "l'impérialisme suprême" fantasmé par certains ML) extrêmement vulnérable à la seconde crise générale du capitalisme (à partir des années 70), écrasé par un complexe militaro-industriel surdimensionné etc.

Il a fallu alors, non sans résistances dans la "vieille garde" de l'époque Brejnev, liquider ce qu'il restait d'apparences socialistes (devenues des boulets), un peu comme d'ailleurs les pays de l'Ouest ont renoncé à leur modèle social-démocrate keynésien, pour revenir à un capitalisme libéral pur et dur.

Cependant, à ceux qui considèrent le "capitalisme d'État" comme une aberration théorique au prétexte que la propriété étatique des moyens de production exclurait le capitalisme, nous répondrons : si l'on prend n'importe quelle grosse usine en France, on s'aperçoit qu'elle n'est souvent pas la propriété d'une famille bourgeoise mais d'une personne morale dont les actionnaires et, bien souvent
même, les actionnaires des actionnaires sont des personnes morales. Au stade monopoliste, le capitalisme devient de plus en plus un "système" où la propriété juridique des moyens de production appartient à des personnes morales et qui fait vivre (grassement) une bourgeoisie de rentiers (détenteurs de parts sociales)... ou de salariés juridiques, les "cadres supérieurs" ou "dirigeants".

Dans cette configuration, pourquoi l'État-propriétaire soviétique ne pourrait-il être considéré comme une immense personne morale, un "monopole unique" tenant toute la production du pays (et indirectement celle des pays du "bloc") et faisant vivre bourgeoisement une élite de cadres dirigeants ?

Simplement ce sytème est bâtard, car dans le capitalisme la concurrence entre les entreprises (un peu comme la biodiversité dans la nature vis-à-vis des catastrophes naturelles) est la condition (jusqu'à un certain point) de sa survie face aux crises. Ou, pour prendre une autre image, c'est la différence entre une planche (qui casse sous les coups) et un matelas (qui les amortit).
Bref : le système économique ("capitaliste d’État") soviétique n'avait pas la souplesse du capitalisme occidental, où les entreprises publiques (dont l’État peut plus ou moins se désengager) côtoient le tissu économique privé, les "géants" de ceci ou cela côtoient les milliers de PME (souvent sous-traitantes de premiers), etc.
Il n'a donc pas pu "encaisser" de la même manière le choc de la crise mondiale. Voilà pourquoi le révisionnisme soviétique et des "pays frères" a conduit à la faillite économique, et à une très dure "restructuration" pour passer au capitalisme monopoliste "classique" (à l'occidentale).

Il faut aussi noter que, dans les Partis qui n'étaient pas au pouvoir, le révisionnisme n'a pas forcément attendu 1953 pour triompher. Ainsi, la reddition des armes et la participation à la reconstruction bourgeoise du capitalisme par le PCF et le PC italien en 1945 sont généralement considérées comme l'acte fondateur du révisionnisme dans ces pays. Voire, en France, dès le milieu des années 1930 avec les tendances au chauvinisme de Thorez, l'absence de clarté vis-à-vis de la gauche bourgeoise (radicaux-socialistes, "socialistes" républicains divers, SFIO) et les tergiversations sur la question coloniale, alors que la France avait le 2e empire colonial au monde ("secret de l'impuissance" du prolétariat hexagonal). Ceci est bien illustré par les mots de Molotov aux ministres communistes, en 1946 ou 47, alors que le PCF siégeait au gouvernement : "Alors camarades, comment se passe cette guerre contre les camarades vietnamiens ?"

Mais paradoxalement, le PCF clamera son attachement à Staline bien après le XXe Congrès soviétique, jusqu'au milieu des années 1960.


Alors, de quand date le rétablissement du capitalisme en URSS ?

Concrètement, le processus restaurationniste commence entre 1953 (mort de Staline) et 1956 (XXe Congrès, triomphe du krouchtchévisme) pour s'achever sur la restauration capitaliste proprement dite en 1991, résultat de la "perestroïka" (1985-90).

Processus qui voit l'abandon progressif de la planification (qui devient indicative) et du collectivisme productif, la liquidation de la démocratie populaire / dictature du prolétariat dans "l'
État du peuple entier", la constitution d'une couche accaparatrice de la plus-value, stable (sous Staline il y avait des privilèges, mais pas de "sécurité de l'emploi" !) et auto-reproductrice (par cooptation, népotisme...).

Mais pour ce qui est des conditions matérielles de l'idée restaurationniste, qui ne tombe pas du ciel comme on l'a dit... nous dirons bien avant, à vrai dire dès le début, dès 1917 !

"La faute à Lénine" alors ??? NON, la faute à personne, ni à Lénine ni à Staline, ni à "l'arriération" ni à "l'isolement" de l'URSS, ni à la guerre civile ni à la "bureaucratie" (les cadres indispensables au début de toute révolution) ni aux destructions de la Seconde Guerre Mondiale...

C'est là la grande différence avec les trotskistes, pour qui la révolution a "dégénéré" PARCE QUE... et l'on en vient à renier toutes les thèses léninistes (et même marxistes) sur la possibilité du socialisme dans un seul pays, le rôle de la direction, la dictature du prolétariat, l'affermissement (et non l'affaiblissement) du Parti face à la guerre contre-révolutionnaire. On en vient à rejeter l'optimisme révolutionnaire : pour les trotskistes c'était toujours "foutu d'avance"...

En réalité, les causes matérielles du révisionnisme, de la restauration capitaliste, sont présentes objectivement et indépendamment de la volonté dans TOUTES les révolutions, surtout au début (au plus on est près de l'ancien régime) et d'autant plus que la révolution est la première du genre, sans expérience antérieure qui serve de leçon.

Il s'agit tout simplement de la lutte entre l'ancien et le nouveau, du poids matériel et moral de l'ancien système renversé, des anciens rapports sociaux... La dialectique quoi ! Rien ne tombe du ciel, rien ne disparaît non plus par enchantement.

L'empreinte de l'ancien, les vieilles idées, les réflexes, les comportements sociaux ne disparaissent pas comme ça, d'un coup, et ils se transmettent parfois sur plusieurs générations.

La vieille organisation sociale met longtemps à disparaître complètement : les contradictions intellectuels/manuels, qualifiés/non-qualifiés, cadres/exécutants, villes/campagnes (et villes/banlieues), les différences de "capital culturel", les disparités régionales dans un vaste pays, les "privilèges" (même mérités !) des cadres... Et bien sûr l'influence des résidus des anciennes classes dominantes à l'intérieur et des "émigrés" réactionnaires et de la réaction internationale à l'extérieur. Autant de "facteurs" de l'idéologie révisionniste.

Tout cela existe objectivement dans toute révolution, c'est une loi historique.

Là où se situe - et seulement là - la différence (et où entrent éventuellement en jeu des facteurs d'arriération, d'isolement et de rapport de force, d'absence d'expérience antérieure, mais ces facteurs ne sont pas déterminants) c'est dans comment on lutte contre cela, comment on fait en sorte d'éliminer les bases matérielles de la restauration capitaliste.

Sur ce point, en fonction des 1001 facteurs internes et externes de chaque période, Staline et la direction soviétique ont tantôt bien combattu, tantôt mal, tantôt pas, et tantôt même favorisé les ferments restaurationnistes*.

C'est là, en revanche, que la théorie et l'action anti-révisionniste de Mao acquiérent toute leur importance, qui fait du maoïsme la 3e et supérieure étape du marxisme.

Il faut noter que la contre-révolution, la restauration du capitalisme en Chine a été extrêmement rapide : elle commence en octobre 1976 avec l'arrestation de la "Bande des Quatre" et en 1980 le capitalisme est ouvertement rétabli ("peu importe qu'un chat soit blanc ou noir...") dans ce pays. Cela malgré la puissance de la lutte anti-révisionniste sous la Révolution Culturelle, plus haut degré de socialisme jamais atteint au 20e siècle.

La raison en est que, malgré la puissance de cette lutte anti-révisionniste, le bond qualitatif pour la théorie marxiste-léniniste qu'elle représente, la Chine partait de "beaucoup plus loin" que la Russie : l'arriération de la plus grande partie du territoire, en 1949, était digne du Moyen-Âge.
Donc, en 1976, le niveau des forces productives chinoises restait inférieur à celui de l'URSS une vingtaine d'années plus tôt. De plus, cette contre-révolution intervient dans le cadre de la seconde crise générale du capitalisme (depuis le début des années 1970) qui était déjà en train de couler l'économie soviétique.

Il a donc fallu "agir vite", en faisant appel massivement aux capitaux étrangers et en se constituant rapidement une base sociale de petits entrepreneurs et de "cadres" salariés moyens.

La clique révisionniste chinoise fut encore plus violemment réactionnaire que la clique soviétique. Il faut d'ailleurs rappeler que sa prise de pouvoir prit la forme d'un véritable coup d'État de la droite du Parti, avec des dizaines de milliers d'exécutions et des centaines de milliers d'arrestations.

En fait, la Chine étant à l'origine un pays encore féodal et sous domination étrangère, la révolution a d'abord été une Révolution de Nouvelle Démocratie, une révolution "démocratique bourgeoise" anti-féodale et anti-impérialiste sous la direction du PC. Du coup, la lutte entre la voie bourgeoise et la voie révolutionnaire communiste n'a jamais vraiment cessé entre 1949 et 1976, la Révolution culturelle ne représentant qu'une victoire temporaire**.

[* On cite fréquemment la théorie des forces productives exposée dans L'Homme, le capital le plus précieux de Staline. Au nom du développement de la production à tout prix, explicable (l'analyse scientifique marxiste ne "justifie" pas, elle explique NDLR) par la course à la guerre et la nécessité de rattrapper très vite le niveau occidental (ce qui sera fait, entre 1924 et 1940), la contradiction entre "cadres et compétents" et exécutants a été renforcée, au détriment du pouvoir populaire et du contrôle démocratique, avec des écarts de niveau de vie parfois excessifs, etc.]


[**Dès l'affaire Lin Piao (1971) la droite revient sur le devant de la scène, avec notamment le retour de Deng Xiaoping aux affaires (août 1973 - avril 76)]

http://artspla97230.blogvie.com/files/image_55379072.jpg

Nous avons essentiellement abordé ici la question du révisionnisme comme processus qui a conduit les États se réclamant du socialisme et du marxisme-léninisme à restaurer le capitalisme au bout de quelques décennies.

Pour ce qui est du révisionnisme au plan idéologique, tout le monde a une idée à-peu-près précise de ce dont il s'agit : la transformation de Partis communistes, révolutionnaires, souhaitant en finir avec le capitalisme et aller vers le communisme, en forces réformistes dont l'ordre bourgeois s’accommode parfaitement.

Ce qui peut être intéressant par contre - et qui est, de fait, au cœur de la pensée maoïste - c'est d'en étudier l'ORIGINE.

Le révisionnisme ne procède effectivement pas de paroles (il-a-dit-ceci-ou-cela) ni même d'actes tels que déposer les armes alors qu'il y a opportunité de passer à l'offensive stratégique (PCF ou PCI 1945, Népal 2006) ; tout ceci n'étant que les SYMPTÔMES de la chose (de même que la varicelle ne provient pas des boutons apparaissant sur le corps, qui en sont les symptômes).

Le révisionnisme procède essentiellement de deux choses :

1°/ Ce que Mao a bien expliqué de sa genèse, à savoir l'existence inévitable de tenants de la "voie bourgeoise" dans toute force communiste organisée (en lutte comme au pouvoir) ;

2°/ Un problème de CONCEPTION DU MONDE qui, lorsque l'on est confronté aux évènements qui se présentent à nous (facteurs externes) avec une conception du monde erronée, amène directement ou indirectement au renforcement et (de renforcement en renforcement) au triomphe de la voie bourgeoise, dans la lutte de lignes permanente qui se joue au sein du Parti et du mouvement communiste.

Si l'on reprend l'exemple du PCF, les principaux problèmes de conception du monde étaient une vision jacobino-jaurésienne de la "Républiiiiique" qu'il faudrait défendre (contre le fascisme, la réaction de tout poil, les "200 familles", le "Mur de l'Argent" etc.) mais pas renverser, le socialisme ne s'instaurant pas par son renversement mais par son "dépassement" ; ou encore l'idée de "République une et indivisible" incompatible avec l'établissement de bases rouges locales à la sortie des maquis en 1944-45 (prise de pouvoir sur une partie du territoire, mais la conception jacobine du Parti impliquait forcément le "tout ou rien" - problème qui s'était déjà posé en Occitanie lors de la résistance au coup d’État bonapartiste de décembre 1851), etc. etc. Tout ceci a interdit la prise du pouvoir et dès lors l'idée de "longue lutte légale" pour accumuler des forces, le communisme municipal qui devait être une tribune révolutionnaire et une "école de communisme", tout cela s'est institutionnalisé et a trouvé sa (petite) place dans l'ordre bourgeois... jusqu'à ce que celui-ci se sente assez fort pour l'écraser.

Au Népal c'est un peu pareil : idée que la chute de la monarchie et l'instauration d'une république permettraient d'instaurer la "démocratie nouvelle" par les voies parlementaires. Dans le cas népalais c'est (toutefois) particulièrement grave car les leçons du passé existaient et l'on avait affaire à des gens se réclamant du maoïsme, qui est justement la synthèse de ces leçons du 20e siècle. Il semble bien que l'on ne puisse pas parler d'erreurs mais bien de VOLONTÉ DÉLIBÉRÉE (ouverte chez Bhattarai, plus sournoise et insidieuse chez Prachanda qui nous a trompés plus longtemps) de faire la révolution "pour sa gueule", pour être "calife à la place du calife" et non pour servir le peuple et l'amener au communisme.

Comme erreur de conception du monde l'on peut encore citer la ligne du Komintern qui, à partir de 1933-34, était qu'il y avait d'un côté des "démocraties" parlementaires bourgeoises et de l'autre des fascismes, que les premières étaient "moins pires" que les seconds et qu'il fallait donc s'allier avec celles-ci contre ceux-là. Aujourd'hui, avec le recul, on a mieux compris que le fascisme procède de la démocratie bourgeoise dont il est une "mutation" ultra-réactionnaire face à la crise, qui l'appuie généreusement tant qu'il va dans le sens de ses intérêts (Mussolini a été le "poulain" des impérialistes ouest-européens depuis leur campagne pour faire entrer l'Italie en guerre à leurs côtés en 1915 et jusqu'au milieu des années 1930 ; on peut encore citer tous les régimes du "cordon sanitaire" anti-soviétique dans les années 1920, etc. etc.) ou qui le provoque en réaction à sa politique loin d'être "immaculée" : le nazisme a été une réaction de la bourgeoisie allemande au Traité de Versailles ; le fascisme japonais une réaction de la bourgeoisie japonaise contre l'impérialisme occidental en Asie, qui le lésait et gênait ses propres aspirations, etc. La "démocratie" bourgeoise occidentale, comme nous le savons tous bien, s'arrêtait dans le meilleur des cas aux portes des métropoles impériales (Hexagone, Grande-Bretagne etc.) et tant les nazis que les Japonais se sont appuyés à cœur-joie sur tous les Peuples opprimés par ces impérialismes occidentaux et en quête de soutiens...

L'on voit donc bien que la situation n'était pas aussi simple que cela, "abominable" fascisme d'un côté et "moins mauvaises" démocraties parlementaires de l'autre ; un raisonnement qui peut au demeurant parfaitement s'appliquer aujourd'hui face à des phénomènes comme le djihadisme (expression armée des milliards de pétro-dollars de Capital suraccumulé du Golfe, qui se cherchent un terrain de reproduction/valorisation et que l'impérialisme tant occidental que russe ou chinois gêne et lèse), ou comme le croissant réveil ultra-nationaliste de la Russie (dont la situation depuis 1991 peut rappeler celle de l'Allemagne humiliée du Traité de Versailles).

Et là encore, cette vision erronée a alimenté dans tous les Partis communistes du monde les courants les plus opportunistes et prisonniers de/soumis à l'idéologie dominante bourgeoise.

Ceci a alimenté (pour revenir à notre premier exemple) la tendance du PCF à se poser comme le "meilleur gardien" de la république "démocratique" bourgeoise, des droits individuels et collectifs et de l'"intérêt général" qui étaient des acquis en Hexagone depuis les années 1880. Le PCI a d'ailleurs fait de même avec la "Constitution antifasciste de 1947" ; le PCE avec la Constitution "juancarliste" de 1978, etc. etc. Lorsque ces droits "démocratiques", comme ceux du citoyen athénien jadis, reposaient totalement sur des millions de hilotes crevant dans les colonies comme jadis dans l'agros, alors le PC (typiquement le PCF) de tortillage de cul en tortillage de cul devait bien arriver à défendre ce colonialisme et la politique impérialiste de "sa" bourgeoisie... ce qu'il a fait.

Dans les pays dominés (le plus souvent colonisés directement jusqu'aux années 1950 voire 1960), la tendance promue déjà par le Komintern et encore plus par Khrouchtchev et ses successeurs a été de laisser la direction aux bourgeoisies nationalistes, qui ont instauré des régimes pourrissant au fil du temps en "social"-fascismes compradores (la Syrie ou l'Algérie en sont les exemples typiques) ou qui ont pu ici et là se retourner spectaculairement contre les communistes et les anéantir (Indonésie 1965, Irak en 1963 et à la fin des années 1970, Iran 1980-81 etc... ou déjà Chine en 1927 !).

Un homme qui avait compris cela à l'époque même où cette ligne kominternienne triomphait... c'était Mao en Chine, qui tout en combattant sans relâche l'occupation et la dévastation du pays par les Japonais refusait de s'aligner purement et simplement sur le Kuomintang - représentant comprador des impérialismes "démocratiques" occidentaux, que l'on voyait à l’œuvre depuis le milieu du 19e siècle. Cette attitude, qui a pu être résumée par le slogan "Compter sur ses propres forces !", a donné naissance à un élément essentiel du maoïsme comme développement supérieur de la science marxiste.


L'on pourra également lire, sur cette question des origines du révisionnisme et de la liquidation du socialisme en particulier en Union soviétique, ces brochures issues de la "Cause du Communisme" de l'OCML-VP (bien que ne soyons pas à 100% sur la même ligne, la réflexion est intéressante) :

La théorie des forces productives à la base du révisionnisme moderne (1980)

Sur l’État de dictature du prolétariat (1982)

Sur la transition du capitalisme au communisme (1984)

Sur les bases de l'opportunisme dans la classe ouvrière (1980)

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple