Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Karl Marx et Friederich Engels ont, au 19e siècle, défini le capitalisme comme un mode de production comprenant différentes classes, mais où deux jouent un rôle principal, deux dont la contradiction est fondamentale : la bourgeoisie et le prolétariat. Le prolétariat est, selon eux, la classe de la révolution à venir, la révolution socialiste, la seule classe révolutionnaire jusqu'au bout.

Mais qu'est-ce que le prolétariat ?

Est-ce "les pauvres" ? Est-ce "les opprimés" ? Est-ce "les ouvriers" ?

Il importe, dans une démarche scientifique, de revenir à la définition scientifique, posée par Marx et Engels.

Le prolétariat, ce sont :

--> les travailleurs non propriétaires des moyens de production. C'est le caractère fondamental. Les moyens de production sont la propriété du bourgeois capitaliste, c'est la définition de la bourgeoisie. Le prolétaire n'est propriétaire que de sa force de travail.
Le prolétariat ce n'est donc pas simplement "les pauvres" : un petit entrepreneur individuel, artisan ou commerçant, ou un petit paysan sans salarié peuvent gagner (entre leur chiffre d'affaire et leurs charges, impôts etc.) moins qu'un SMIC par heure de travail. C'est même très fréquemment le cas. Ce ne sont pas pour autant des prolétaires.
Cela ne veut pas dire que, de par leur position au bas de l'échelle sociale, ils ne peuvent pas jouer un rôle révolutionnaire.
Cependant, ils ne peuvent pas être "la classe révolutionnaire jusqu'au bout" s'ils ne sont pas sous la direction du prolétariat. Pourquoi ? Parce que de par leur mode de fonctionnement, ils sont habitués à un raisonnement individualiste.
De plus, ils ont toujours "l'espoir" de réussir à "s'en sortir" dans le cadre du capitalisme.

--> extorqués de la plus-value de leur travail : si le prolétaire crée, par son travail, une valeur ajoutée de 10 €, l'employeur lui en verse 3, 4, 5... en salaire (ça dépend des pays), le reste va dans la poche de l'employeur (peu importe les impôts, charges etc. qu'il paiera ensuite, ce n'est pas le problème du travailleur).
Donc, ce n'est pas "les opprimés". Au stade où nous sommes, le stade de l'impérialisme, le Capital s'est tellement concentré en monopoles que les petits capitalistes vus plus haut (artisans, commerçants) subissent une oppression du Grand Capital.
Et les monopoles veulent façonner toute la société à leur image, selon leurs intérêts : n'importe qui, petit-bourgeois voire bourgeois, fils/fille de bourgeois "rebelle", peut subir l'oppression, la répression... Cela n'en fait pas un prolétaire. Ce qui n'empêche pas, là encore, qu'il/elle puisse jouer un rôle révolutionnaire.
De plus, il faut produire. Les chômeurs sont considérés (s'ils sont prolétaires avant de perdre leur emploi) comme des prolétaires, privés involontairement de travail : c'est l'armée de réserve. Mais tout un ensemble d'individus, "marginaux", "bohèmes", vivent à la marge de la production, alternant petits boulots, mendicité, aide sociale... Ils peuvent jouer (et joueront très sûrement) un rôle révolutionnaire, mais ce ne sont pas des prolétaires.

--> enfin, car jusque là ce pourrait être n'importe quel salarié, échangeant leur force de travail (seul moyen de production dont ils disposent) contre juste de quoi la reproduire.
C'est là que se pose, dans les pays impérialistes, la question de la moyennisation, du niveau de vie sociologiquement "petit-bourgeois" d'un grand nombre de salariés. Il est clair que dans un pays "riche" comme la France, toute personne travaillant (à l'exclusion donc des sans-emploi, et des marginaux) gagne plus que "juste de quoi vivre". Mais il y a des situations approchantes. En France, selon les définitions et les seuils de pauvreté retenus, on estime qu'il y a de 2 à 7 millions de travailleurs pauvres. L'on pourrait, à la rigueur, affiner la notion en parlant de "dignité
d'existence minimale socialement admise" (selon les critères culturels de la société dans laquelle on vit).
En tout cas, il est certain qu'un salarié gagnant 2.000 ou 3.000 € par mois n'est pas un prolétaire. Même si la dégradation du niveau de vie, du pouvoir d'achat, peuvent le "radicaliser" et à terme le rendre révolutionnaire.

Se pose également la question de la notion de classe ouvrière. En terminologie marxiste, elle est devenu un quasi synonyme de prolétariat : on emploie sans distinction l'un ou l'autre.

Il s'agit en fait d'une traduction française. En allemand (leur langue maternelle) Marx et Engels parlent d'Arbeitersklasse, en anglais (ils résident en Angleterre) de working class : classe "travailleuse" ou "laborieuse".

On l'a vu, cette appelation pose problème : des travailleurs salariés bien payés ne sont pas des prolétaires, les "indépendants" (artisans, commerçants, paysans) travaillent, les cadres travaillent... sans être pour autant des prolétaires. Chez les réformistes (P"C"F, NPA, LO...) parler de "travailleurs" permet justement d'"oublier" la lutte des classes.
Mais il faut replacer les choses dans leur contexte : au 19e siècle, en Angleterre (où vivaient Marx et Engels), 90% des travailleurs étaient des prolétaires ouvriers ! L'aristocratie ouvrière, les travailleurs "embourgeoisés" n'existaient pas encore, Engels remarquera le phénomène naissant peu avant sa mort.

De même, en France, lorsque Marx a été traduit par Lafargue, le "prolétariat" renvoyait aux ouvriers d'usine, aux mineurs etc. La France était un pays de paysans propriétaires, d'artisans et de commerçants assez conservateurs ; il ne fallait pas les confondre avec le prolétariat sous le terme de "travailleurs".

Le terme peut paraître restrictif : il évoque l'usine, la chaîne, les bleus de travail etc. Il est fréquemment détourné par des anti-marxistes (sociaux-démocrates surtout) pour dire qu'il "n'y a plus de classe ouvrière", que Marx s'est trompé, que le 21e siècle est celui des "classes moyennes" (oubliant les 80% de l'humanité, où la classe moyenne est quasi inexistante !). En réponse, des "néo-" ou "post-"marxistes recherchent de "nouveaux sujets révolutionnaires" : le marginal, le "sans-droits", "l'exclu"...

Mais c'est surtout la compréhension qui est restrictive, pas la notion elle-même.

La notion de "classe ouvrière" a le mérite de poser une limite claire. L'ouvrier est celui qui crée de la valeur ajoutée, concrètement, au sens de VALEUR D'USAGE.
De l'extraction de la matière première (au stade naturel où elle ne vaut rien) jusqu'à l'emballage final, prêt à consommer.

Cela exclut ceux et celles qui gèrent la production : les employé-e-s de bureau, les agents commerciaux, les "métiers supports"... Ceux-là ne créent pas de valeur ajoutée, l'employeur ne va répercuter, en principe, que le coût de leur travail sur le client. Même très mal payés, ce ne sont pas des ouvrier-e-s, même si encore une fois ils/elles peuvent tout à fait être révolutionnaires. D'ailleurs, pendant longtemps, avant que la loi n'impose un "fixe", les commerciaux étaient rémunérés uniquement au pourcentage sur leurs ventes ("royalties") : ils étaient des quasi-indépendants.


Mais ce sont des prolétaires, dès lors qu'ils remplissent les 3 critères vus plus haut. De même pour les multiples "services" : accueil, propreté...

La classe ouvrière est, en réalité, le "noyau dur", l'élément le plus déterminé du prolétariat qui ne s'y réduit pas.

Des réflexions peuvent toutefois s'engager. Par exemple, les manutentionnaires (chargement-déchargement, transport d'un point à un autre de l'usine, préparation de commande), les transporteurs (salariés bien sûr)... Ils travaillent au contact permanent des producteurs de valeur ajoutée, et eux même, n'en produisent-ils aucune ? Amener un produit au consommateur lui donne une valeur ajoutée, de même que le conditionner : lorsqu'il sort de la chaîne de production, le produit ne vaut virtuellement rien... [en réalité, la valeur ajoutée est d'abord emprisonnée dans le produit comme "capital-marchandise" qu'il s'agit de réaliser (acheminer au consommateur et vendre, "transformer en argent" qui ira sur le compte bancaire de l'entreprise), de transformer en véritable plus-value financière ce qui est le rôle de toutes ces "petites mains" qui "entourent" la production proprement dite ; cf. plus bas]

De même, dans nos sociétés qui sont des sociétés de consommateurs (ce qui n'était pas le cas au temps de Marx), on peut engager une réflexion sur la distribution : caissier-e-s, mise en rayon... La distribution de masse, les "techniques marketing", le service après-vente ne confèrent-ils pas en tant que tels une valeur ajoutée au produit fini ? D'où proviennent les bénéfices colossaux de la grande distribution, qui lui permettent d'avoir des milliers de salariés ? (Sachant que jusqu'au milieu du siècle dernier, le "détaillant" était souvent un entrepreneur individuel ou "familial"). [ibidem]

Dans les pays d'Afrique-Asie-Amérique latine, largement agricoles, la grande propriété terrienne s'est transformé en agriculture industrielle, et les paysans, souvent sans terres, en ouvriers agricoles. Donc dans ces pays où vit 90% du prolétariat mondial, le prolétariat ne se réduit certainement pas à "l'usine" ou à "la mine".

En France, par contre, de nombreux agriculteurs ne sont pas propriétaire de leur terre, principal moyen de production. Ce sont des fermiers, sous le régime des baux ruraux, qui exploitent librement leur terre et en retirent les bénéfices, mais payent un fermage (loyer) au propriétaire.
Mais ce ne sont pas des prolétaires. Leur situation ressemble à un reste de féodalité, quand les paysans payaient des "redevances" au seigneur. La contradiction centrale de la féodalité était entre la propriété utile du producteur (paysan, bourgeois) sur sa terre ou son métier, et la propriété éminente du seigneur féodal (lui donnant droit à percevoir une redevance sur la production).

Dans le capitalisme, la contradiction centrale est entre le caractère social, collectif, de la production et l'appropriation privée, capitaliste, de la plus-value.

Le fermier n'est pas dans cette situation, il produit seul (comme un indépendant propriétaire) et n'est pas privé de sa plus-value : il paye juste un loyer. De même beaucoup d'artisans et commerçants ne sont pas propriétaire de leur local, de leur fond de commerce : ils le louent, ou sont "franchisés" (comme les épiceries Casino).

L'importance du caractère social de la production est peut-être le dernier critère déterminant du prolétariat : il préfigure, dans les collectifs de travail, le socialisme sous le système capitaliste. C'est le nouveau dans l'ancien.

Documentation :

Fils de discussion sur le FUC : Les classes, Prolétariat = classe ouvrière, petits bourgeois et La petite-bourgeoisie. 

PC maoïste de France : ébauche d'analyse de classe de la société française.  

(nouveau) Parti communiste italien : http://www.nuovopci.it/arcspip/articlea33b.html#3.2. 

Ici, une analyse de classe intéressante du PCR Canada sur la société canadienne (très voisine de la société française) :

La bourgeoisie

Couche

Caractéristiques

Importance numérique
et politique

Bourgeoisie

Ne regroupe pas seulement 33 grandes familles propriétaires de gros holdings financiers privés. Il faut aussi inclure la presque totalité des cadres supérieurs, les juges, une certaine partie des membres des professions libérales (médecins, avocats, ingénieurs) propriétaires de grands cabinets, la haute administration publique, les hauts officiers de l’armée et de la police, certainEs hautEs dirigeantEs des organismes syndicaux et communautaires, une partie importante des professeurs d’université qui travaillent à la production de l’idéologie dominante, les grands artistes du showbusiness et les grands athlètes du sport professionnel, les grands rentiers et actionnaires oisifs.

Numériquement, la bourgeoisie regroupe entre 5 % et 10 % de la population en âge de travailler. Même si elle représente une minorité de la population, elle a une influence prépondérante. De un, elle contrôle les principaux moyens de production de la vie matérielle mais aussi de l’idéologie. Ensuite, elle est bien en poste dans les institutions politiques qui sont façonnées pour servir ses intérêts. Enfin, elle en est venue à contrôler les organes de luttes traditionnels du prolétariat (les syndicats) et opère un contrôle social sur les couches du prolétariat en jouant habilement sur les divisions parmi celui-ci. La presque totalité de la bourgeoisie sera fortement hostile à la révolution. Il sera possible d’en neutraliser une certaine partie, surtout les éléments liés au développement des services publics et de l’appareil productif d’État. CertainEs intellectuelLEs bourgeoisEs d’esprit libéral pourraient rejoindre la révolution, mais il faut se méfier de leur influence idéologique.

La petite-bourgeoisie

Couches

Caractéristiques

Importance numérique
et politique

Les administrateurs/trices et gestionnaires

Ils et elles se situent en dessous des cadres supérieurEs. Ils et elles ont pour fonction de faire rouler la machine administrative de l’État et du capital. Plusieurs de leurs fonctions sont façonnées pour servir la reproduction d’un régime capitaliste.

C’est plus du quart de la petite-bourgeoisie en activité et 10 % de la population active totale. Parce que leurs fonctions sont fortement façonnées par les caractéristiques propres du capitalisme, les gagner à la révolution pourra être très difficile. Une majorité de ces membres vont se ranger du côté de la bourgeoisie.

Les professions libérales

Jadis, les membres des professions libérales (avocatEs, médecinEs, ingénieurEs, etc.) appartenaient pour une grande partie à la bourgeoisie. Maintenant, une fraction importante des professions libérales font partie de la petite bourgeoisie. Ils et elles ont une très forte qualification scolaire. L’accès à leurs professions est limité parce qu’ils et elles sont organiséEs en corporations. Les médecins et autres professionnelLEs de la santé se retrouvent dans le secteur public. Chez les avocatEs et les ingénieurEs, c’est partagé.

Ils et elles sont plus enclins à défendre la propriété privée mais ne sont pas complètement hostiles à la propriété publique en autant que leur privilèges soient conservés. Leurs corporations devraient être attaquées et détruites. Ils et elles ont une attitude ambiguë par rapport à la révolution. Ils et elles pourraient être facilement neutralisables mais, sous le socialisme, pourraient s’avérer dangereux/euses. Une fraction significative peut être gagnable.

Les superviseurEs

Dans cette couches, nous retrouvons surtout les contremaîtresSEs et les gérantEs d’employéEs. Ce sont souvent des gens issus des classes populaires qui ont eu une « promotion sociale ». Ce sont des cadres qui se retrouvent souvent entre deux feux mais prennent pour le-la patronNE trahissant leurs ancienNEs compagnonNEs de travail. Leurs qualifications ne sont pas toujours supérieurEs aux gens de la classe. Ce sont des gens de leadership. D’ancienNEs syndicalistes deviennent souvent superviseurEs.

C’est moins de 10 % de la petite-bourgeoisie active. Sous le socialisme, ils et elles pourraient redevenir des prolétaires ayant des responsabilités importantes. Ils et elles sont gagnéEs idéologiquement à la bourgeoisie mais leurs intérêts ne les amènent pas à être irrémédiablement hostiles à la révolution. Cette couche pourrait être neutralisable dans sa globalité mais il faut être ferme avec les éléments très hostiles parce que ce sont eux qui peuvent avoir une influence directe sur plusieurs prolétaires.

Les professionnelLEs salariéEs et artistes

Ils et elles sont pour une grande partie salariéEs de l’État ou d’organismes soumis aux subsides de l’État. Ils et elles sont très actifs/ves dans les services publics. Une partie importante est syndiquée. Ils et elles ont de très importantes qualifications scolaires.

C’est le sixième de la petite bourgeoisie active. Cette couche est, à plus ou moins long terme, gagnable à la révolution. Par contre, c’est elle qui, avec l’aristocratie ouvrière, fait la promotion du réformisme. Pour le moment, elle est très hostile aux forces communistes qui remettent en question leurs privilèges dans les syndicats sans leur garantir en retour l’arrivée d’une société socialiste à laquelle ils et elles ne sont pas complètement opposéEs.

Les agriculteurs/trices et pêcheurs/euses

Ce sont des petitEs entrepreneurEs des secteur économiques qui ont vu une forte intégration au capitalisme au cours des dernières décennies. Ils et elles ont, en moyenne, des revenus comparables à ceux du prolétariat. Par contre, il y a de fortes inégalités de gain. Certaines entreprises agricoles sont pratiquement capitalistes alors que d’autres sont dépendantes d’une main-d’œuvre familiale gratuite. Ils et elles sont constamment en négociation avec des entreprises qui achètent leurs productions et, en même temps, leurs vendent des fournitures. Ils et elles survivent parce que l’État subventionne fortement leur secteur économique.

Même s’ils et elles sont des petitEs propriétaires, avec certaines garanties, ils et elles pourraient voir un certain intérêt dans le socialisme. Cela va dépendre des secteurs. Les groupes comme l’UPA défendent surtout les intérêts des agriculteurs/trices de plus en plus intégréEs au capitalisme. Dans les régions, ils et elles représentent une force politique non négligeable. Généralement neutralisable, possiblement gagnable.

Les répresseurEs

Ce sont les policiers/ères et les autres membres des forces de la justice répressive (huissiers, screws, etc). Leurs revenus assez appréciables proviennent de l’État.

Couche très faible numériquement. Par contre, c’est elle qui sert de chiens de garde pour le capital. Très hostile aux changements sociaux et à la démocratie. Cette couche n’est pas gagnable, va se mettre dans nos jambes et doit être liquidée.

Le personnel administratif

Ils et elles occupent des tâches techniques dans l’entreprise privée et l’appareil d’État qui leur donnent un certain pouvoir sur les prolétaires ou la clientèle des services gouvernementaux. Dans cette couche, on peut retrouver des agentEs de l’aide sociale, du chômage et de la CSST dont les décisions sont importantes pour le sort de plusieurs prolétaires démuniEs. On retrouve aussi des gens s’occupant de l’aspect technique de la gestion des entreprises comme l’achat et la vente de fournitures, etc.

C’est le quart de la petite-bourgeoisie active. Ces fonctions peuvent servir sous le socialisme. Une partie de ses membres font partie de l’appareil d’État. Leurs fonctions, réaménagées, pourraient servir sous le socialisme. Il ne devrait pas être trop dur de neutraliser cette couche mais il n’est pas clair que nous pourrons la gagner.

Les rentiers petitEs-bourgeoises

Ils et elles se distinguent des rentiers/ères prolétariens par le fait qu’une fraction de leurs revenus provient de fonds d’investissement et qu’ils et peuvent bénéficier d’un montant important provenant de la régie des rentes ou de fonds de pension gouvernementaux. Ils et elles reçoivent peu de supplément de revenu garanti du gouvernement fédéral, ce qui les rend moins dépendantEs des décisions gouvernementales sur les régimes de retraite.

C’est à peu près le sixième de la petite bourgeoisie (active et inactive confondue). Cette couche a du temps pour faire de la politique. Selon la couche d’origine, ils et elles pourraient être plus ou moins hostiles à la révolution. Ils et elles ont accumulé plusieurs actifs mobiliers et immobiliers. La couche de rentiers petits-bourgeois moins nantis pourraient être neutralisables, dans certains cas gagnables, alors que les secteurs les plus privilégiés pourraient être actifs/ves.

Le prolétariat

Couches

Caractéristiques

Importance numérique
et politique

L’aristocratie ouvrière

Il s’agit de prolétaires dont le revenu leur permet, outre de reproduire leur force de travail, d’accumuler un certain montant pour avoir accès à des actifs mobiliers et immobiliers et s’affranchir de l’endettement. On en rencontre une part importante parmi la couche des employéEs techniques et une fraction appréciable du prolétariat industriel. C’est une couche très syndiquée.

Elle représente le sixième du prolétariat en activité. Politiquement, cette couche est l’agente de la bourgeoisie dans le prolétariat. Elle se préoccupe davantage de ses fonds de retraite et du maintien de leur niveau de vie que de la lutte. À l’occasion, cette couche mène de fortes luttes, ce qui peut l’amener à s’identifier aux luttes de l’ensemble du prolétariat. Avec la petite-bourgeoisie salariée, elle domine les syndicats. Elle peut entrer en opposition avec celle-ci à l’occasion. Avec la mondialisation, l’aristocratie ouvrière est de plus en plus attaquéee mais son réformisme lobbyiste l’a rendu complètement avachie.

Les employéEs techniques

Ce sont souvent des employéEs qui ont obtenu des formations techniques au niveau collégial dans les domaines de la santé, des sciences de la nature et les arts. Les pompiers/ères font aussi partie de cette couche. Leurs salaires sont supérieurs à ceux de l’ensemble du prolétariat.

Ils et elles sont moins de 10 % du prolétariat. Cette couche a les mêmes caractéristiques politiques que l’aristocratie ouvrière.

Les employéEs exécutantEs

Parmi cette couche, on retrouve les emplois les moins payés, les plus féminins et avec le taux de temps partiel le plus élevé. La qualification scolaire est légèrement supérieure à celle du prolétariat industriel. On retrouve beaucoup d’emplois de passage pour des étudiantEs. Ces emplois, on en retrouve dans la restauration, l’hébergement, la vente au détail, les services sociaux, les emplois de bureau, le secrétariat, etc. La syndicalisation y est faible.

C’est 60 % du prolétariat actif. Les 7/10 sont des femmes. Parce qu’il y a un nombre appréciable d’emplois de transition et un fort taux de roulement, ces milieux de travail sont difficilement organisables sur la base de cellule d’entreprises. Cette couche représente de plus en plus la force d’avant-garde du prolétariat mais est difficilement organisable.

La classe ouvrière

On y retrouve toute la classe ouvrière traditionnelle des industries, des métiers de la construction et du transport. On ajoute aussi des ouvriers agricoles. Il y a un taux de travail à temps partiel supérieur à la moitié. La présence féminine est faible (le sixième). La majorité des hommes de ce secteur qui ont travaillé à temps plein font partie de l’aristocratie ouvrière. Ceux-ci sont fortement syndiqués.

Parce que les hommes à temps plein de ce secteur sont pour une grande partie membre de l’aristocratie ouvrière et, de fait, gagnés au réformisme, un travail devra être dirigé plus particulièrement vers l’ensemble des femmes et les hommes à temps partiel de cette couche. Ils et elles appartiennent encore au secteur d’avant-garde du prolétariat. C’est encore 60 % de la classe ouvrière qui est gagnable rapidement à la révolution. Ces gens ne sont pas organisés dans les syndicats.

Les rentiers/ères prolétaires

L’essentiel de leurs revenus provient des régimes de pensions de vieillesse, de supplément de revenu garanties et de régimes de pensions gouvernementaux. Par contre, pour les ancienNEs membres de l’aristocratie ouvrière, les fonds de pension privés représentent une part appréciable de leurs revenus.

Ils et elles représentent 10 % à 15 % du prolétariat actif et inactif. Ils et elles ont du temps pour la révolution.

L’armée de réserve

Dans l’armée de réserve, nous retrouvons touTEs les personnes qui sont en âge de travailler mais que, parce que le capitalisme ne permet pas à tout le monde de travailler pour des raisons de santé ou des raisons intrinsèques à ce régime, ne peuvent pas le faire. Les 2/3 de l’armée de réserve sont des femmes. Lorsqu’il y a de l’emploi disponible, l’armée de réserve diminue. Lorsque, suite à des récessions et des crises économiques, l’emploi diminue, l’armée de réserve croît. CertainEs sont bénéficiaires d’assurance-emploi, d’autres d’assistance-sociale. Par contre, une partie des membres de l’armée de réserve doivent se faire vivre par leurs conjointEs.

Ils et elles constituent 30 % du prolétariat. Ils et elles font partie du secteur le plus exploité du prolétariat. Difficiles à rejoindre parce qu’isoléEs dans leurs logements et maisons. Ils et elles ont un intérêt très fort pour la révolution. Un fort taux de gens de l’armée de réserve peuvent se trouver momentanément des emplois mais peuvent les perdre quelques temps ou années après et retourner dans l’armée de réserve.

Autre source intéressante :  http://ouvalacgt.over-blog .com/article-1607624.html

Servir le Peuple n'est pas une organisation, et n'est donc pas habilité à établir une analyse de classe. Ce qui suit doit donc être considéré comme une simple piste de réflexion :

- Classe ouvrière au sens strict : ce sont ceux/celles qui produisent, qui transforment la matière pour lui donner une valeur d'usage (surtout) et marchande ajoutée (ce peut-être de la matière première : mineurs/euses, ouvrier-e-s agricoles). Jusqu'à 18.000 € nets par an, primes comprises (souvent moins, entre 12.000 et 15.000 € à temps plein), ils forment le prolétariat ouvrier ; au delà, ils forment l'aristocratie ouvrière (1).

- Prolétariat au sens large : en plus de la classe ouvrière au sens strict, ce sont ceux/celles qui "entourent" la production et contribuent ainsi à la réalisation de la valeur marchande (2), à la transformation du capital-marchandise en véritable plus-value : en conditionnant le produit, en le transportant, en assurant sa distribution au consommateur (salarié-e-s de la grande distribution), en assurant la pérennité de sa valeur d'usage et marchande par le "service après-vente". Leur revenu net est inférieur à 18.000 euros par an (très majoritairement bien moins, souvent tout juste le SMIC, soit environ 12.000 € nets par an à temps plein). Ils/elles représentent environ 40% du salariat (qui constitue, lui-même, plus de 90% des actif-ve-s).

- Autres classes populaires, non-prolétariennes :

* la petite-bourgeoisie : entrepreneurs/euses (artisan-e-s, commerçant-e-s) ou professions libérales n'ayant pas ou très peu de salarié-e-s (disons moins de 10), impliqué-e-s personnellement dans la production, la prestation de service ou l'activité commerciale de leur entreprise, tirant un revenu inférieur à 25.000 € nets par an uniquement ou très majoritairement de leur travail et non de celui d'autrui

* les agriculteurs/trices répondant aux mêmes critères

De plus en plus, avec l'immersion totale des rapports sociaux dans le capitalisme, le petit commerce et le petit artisanat sont "happés" vers le salariat, avec l'apparition de statuts bâtards comme la franchise. Du côté de la petite paysannerie, les producteurs/trices sont de plus en plus soumis aux tarifs imposés par les centrales d'achat de la grande distribution, alors que la logique capitaliste, au contraire, voudrait que le producteur fixe ses tarifs par rapport à l'offre et à la demande, mais aussi par rapport aux coûts de production et à la force de travail contenue dans le produit. Quand l'acheteur fixe arbitrairement ses tarifs, le petit producteur indépendant se retrouve finalement dans la position des canuts, au 19e siècle.

* l'aristocratie ouvrière (définie plus haut)

* les salarié-e-s contribuant à la réalisation de la valeur marchande, touchant entre 18.000 et 25.000 € nets par an

* les employé-e-s, petit-e-s fonctionnaires, autres travailleurs intellectuels et des services (hôpitaux/cliniques etc.) à moins de 25.000 € nets par an. Doivent être considéré-e-s "à part" ceux/celles dont le travail consiste à l'oppression du prolétariat et des autres classes populaires (flics, agents de sécurité, auxiliaires de justice, services de l'emploi ou de l'aide sociale, profs contribuant à l'exclusion scolaire des jeunes prolétaires, etc.), encore plus à part ceux/celles qui mènent cette mission en toute bonne conscience. Cela dit, d'un point de vue marxiste, il ne faut pas être essentialiste et considérer la conscience humaine comme figée : une situation révolutionnaire peut amener une prise de conscience d'un certain nombre de ces travailleurs/euses oppresseurs/euses.

L'ensemble des trois dernières catégories représente 30% du salariat. On les qualifie souvent, sociologiquement, de "classes moyennes inférieures".

Au total, les CLASSES POPULAIRES (l'ensemble de ce qui précède) constituent plus de 70% de la population.

AU DESSUS :        

- Moyenne bourgeoisie : entrepreneurs ou professions libérales au revenu personnel supérieur à 25.000 € nets par an, ils/elles ont généralement plusieurs salarié-e-s (souvent plus de 10, entrant dans la catégorie des PME). La paysannerie aisée est constituée des exploitant-e-s agricoles dans le même cas (une petite minorité).

- Couches moyennes (ou "moyennes-supérieures") du salariat : salarié-e-s ou agent-e-s public-que-s gagnant plus de 25.000 € nets par an (24% du salariat entre 25.000 et 50.000 €/an). Ils/elles ont généralement d'assez importantes responsabilités, des fonctions d'encadrement dans la production capitaliste ("industrielle et commerciale") ou l'administration bourgeoise. Quelques ouvriers très hautement qualifiés peuvent entrer dans cette catégorie.

- Au delà de 50.000 €/an : couches supérieures du salariat, "catégories aisées", "hauts revenus" (6% du salariat). Dans beaucoup de cas, ils/elles sont des courroies de transmission des propriétaires (capitalistes) des moyens de production (cadres RH, directeurs/trices de site etc.) ou de l’État bourgeois (haut-e-s fonctionnaires, universitaires). Leurs revenus élevés signifient qu'ils ne vivent pas uniquement et exclusivement de la valeur (ou d'une partie de la valeur) produite par leur travail, mais qu'ils bénéficient aussi d'une redistribution de valeur produite par le travail d'autrui.

- BOURGEOISIE MONOPOLISTE : les propriétaires du Capital et des moyens de production, leurs courroies de transmission immédiates (cadres dirigeant-e-s qui tirent l'essentiel de leurs revenus de la valorisation du Capital, donc du travail d'autrui et non du leur), leurs agents politiques (député-e-s et élu-e-s, sauf d'un authentique Parti révolutionnaire, ministres etc.).

CATÉGORIES SPÉCIFIQUES :        

- Parasites : rentier-e-s tirant un revenu non-populaire (> 25.000€/an) d'un patrimoine quelconque, sans travailler ou presque. Ce patrimoine peut-être immobilier, mobilier (actions ou biens de valeur), un statut "VIP" (jet-set) etc.

Encore à part, sont les individu-e-s que l'on peut qualifier de "leur propre Capital" : ils/elles tirent des revenus très importants (de l'ordre de ceux des propriétaires de grandes entreprises) d'une prestation propre à eux, jugée "exceptionnelle" par la société (artistes, sportifs, écrivain-e-s, intellectuel-le-s médiatiques...).

BIEN ENTENDU, se rattachent culturellement à chacune des catégories sus-visées l'ENSEMBLE des chômeurs/euses et des retraité-e-s qui en sont issu-e-s ("calculé-e-s" sur cette base).

Les seuils de revenus (à temps plein bien sûr, après se pose la question du temps partiel choisi (rare) ou pas) sont discutables et non posés comme valeurs absolues. Ils donnent simplement un ordre d'idée du TAUX D'EXPLOITATION du travailleur ou de la travailleuse salarié-e (différence entre la plus-value produite par le travail et la part rétribuée au/à la salarié-e). En aucun cas, même avec des revenus inférieurs à 15.000 nets par an (pour 40 heures de travail ou plus par semaine), on ne peut être prolétaire si l'on est pas salarié-e.

Evidemment, le noyau dur le plus révolutionnaire du prolétariat (ouvrier et en général) sont les personnes dont le taux d'exploitation est le plus élevé. De même, si TOUTES les classes non-prolétariennes peuvent avoir des transfuges rejoignant la cause du prolétariat, la probabilité diminue exponentiellement à mesure que grandit l'intérêt au maintien du système capitaliste. Dans les deux cas, le revenu annuel net est un bon indicateur, mais rien de plus.

Sur ce critère de revenu, voir par exemple cet article d'avril 2011 (sachant que 95% des "Français" dont il est question sont des salariés, donc les "pauvres" entrent quasi-automatiquement dans la catégorie du prolétariat ; article intéressant aussi car montrant que plus les revenus sont élevés, plus une part importante de ceux-ci proviennent du patrimoine - placements divers, capitaux dans des entreprises, location de biens immobiliers etc. - ce qui place indiscutablement dans la catégorie "bourgeoisie") : http://www.20minutes.fr/economie/714769-20110428-economie-le-riche-pauvre-median-portraits-portefeuille-trois-francais

(1) Evoquée pour la première fois par F. Engels en 1892, dans sa préface à La situation de la classe laborieuse en Angleterre, l’aristocratie ouvrière est ainsi décrite (ainsi que sa base matérielle) par V.I. Lénine : « (…) le capitalisme a assuré une situation privilégiée à une poignée (moins d'un dixième de la population du globe ou, en comptant de la façon la plus "large" et la plus exagérée, moins d'un cinquième) d'Etats particulièrement riches et puissants, qui pillent le monde entier par une simple "tonte des coupons". L'exportation des capitaux procure un revenu annuel de 8 à 10 milliards de francs, d'après les prix et les statistiques bourgeoises d'avant-guerre. Aujourd'hui beaucoup plus, évidemment. On conçoit que ce gigantesque surprofit (car il est obtenu en sus du profit que les capitalistes extorquent aux ouvriers de "leur" pays) permette de corrompre les chefs ouvriers et la couche supérieure de l'aristocratie ouvrière. Et les capitalistes des pays "avancés" la corrompent effectivement : ils la corrompent par mille moyens, directs et indirects, ouverts et camouflés. Cette couche d'ouvriers embourgeoisés ou de l'"aristocratie ouvrière", entièrement petits-bourgeois par leur mode de vie, par leurs salaires, par toute leur conception du monde, est le principal soutien de la IIe Internationale, et, de nos jours, le principal soutien social (pas militaire) de la bourgeoisie. Car ce sont de véritables agents de la bourgeoisie au sein du mouvement ouvrier, des commis ouvriers de la classe des capitalistes (labour lieutenants of the capitalist class), de véritables propagateurs du réformisme et du chauvinisme. » (L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (Préface aux éditions françaises et allemandes), 1916, Œuvres complètes vol. 22)

(2) : Finalement, on est ici sur une question de valeur d'usage et valeur marchande. L'ouvrier proprement dit donne à la chose sa valeur d'usage (ou la lui redonne : réparateur). Mais, tout autour, il y a des gens qui ne gagnent pas plus (voire moins) et lui donnent sa valeur marchande : tant que le produit reste dans l'usine, il ne vaut virtuellement rien. Il faut l'acheminer au client, autre entrepreneur de la chaîne productive ou consommateur final : donc l'emballer, le charger sur un camion, conduire le camion, décharger celui-ci, stocker la marchandise dans le magasin, la mettre en rayon, tenir la caisse, etc. etc.

panneau-attention Toutes ces valeurs sont valables pour 2009-2010, il est évident qu'elles seront totalement dépassées en 2014 ou 2015, entre (maigre) augmentation des revenus et baisse du pouvoir d'achat.

 

EN SOMME, après étude approfondie de la question, il est possible de dire que :

- le prolétaire est le travailleur ne disposant d'aucun moyen de production (excluant l''indépendant', le paysan même pauvre etc.) sinon sa force de travail, et vendant celle-ci à un employeur capitaliste (c'est donc nécessairement un salarié) contre, disait Marx, "le strict nécessaire pour en assurer la reproduction" (survivre suffisamment en "bonne forme" pour fournir la même prestation de travail le lendemain). Marx n'avait pas prévu la "société de consommation" des pays impérialistes et capitalistes avancés de notre époque ; il aurait peut-être dû dire, plutôt, vendre sa force de travail contre "de quoi s'assurer la dignité d'existence minimale socialement admise" (ce qui serait la situation des "SMICards" de nos pays aujourd'hui). On peut aussi retenir la définition donnée par le (n)PCI dans son Manifeste Programme (note de fin n°115) : "Les prolétaires typiques sont les travailleurs qui, d’une manière générale, ne peuvent vivre qu’en vendant leur force de travail et qui exercent une activité qui peut être exercée par une grande partie des personnes adultes, après une période relativement brève de formation. Ils vendent par conséquent leur force de travail en concurrence avec un grand nombre de travailleurs" ;

- la classe ouvrière est constituée des travailleurs/euses MANUEL-LE-S (s'aidant évidemment d'outils, de machines etc.) et SALARIÉ-E-S (non-propriétaires des moyens de production, sinon non) qui TRANSFORMENT PHYSIQUEMENT la matière pour lui donner une VALEUR AJOUTÉE. Ce peuvent être des ouvriers agricoles, qui ramassent des fruits par exemple (valeur virtuelle nulle du fruit sur l'arbre-> valeur du kilo sur le marché), ou un mineur (valeur nulle du minerai sous terre-> valeur du marché), un sidérurgiste qui transforme le minerai en acier (valeur du minerai-> valeur de l'acier trempé), un métallo qui tranforme l'acier en pièces (valeur acier-> valeur pièce finie), un maçon qui transforme du ciment et des briques en maisons, un cuisinier (salarié bien sûr) qui transforme des ingrédients en repas, etc. etc. Ce sont éventuellement aussi les travailleurs/euses qui "rétablissent" une valeur d'usage (réparateurs). Cela exclut les salarié-e-s, même très subalternes, qui entourent la production de valeur, en participant notamment à sa commercialisation (cf. plus bas). Ceux et celles qui échangent leur travail contre "juste de quoi s'assurer la dignité d'existence minimale socialement admise" forment le prolétariat ouvrier ; ceux qui gagnent plus (au-delà, disons, de 1.500 € par mois) forment l'aristocratie ouvrière. Le prolétariat ouvrier est le NOYAU DUR du prolétariat, mais pas sa totalité. Les deux notions se confondent souvent chez les auteurs 'classiques', principalement parce qu'à l'époque où ils écrivaient l'économie n'était pas encore tertiarisée comme aujourd'hui.

- les autres prolétaires sont les salarié-e-s qui, échangeant leur force de travail contre la "dignité d'existence minimale socialement admise" (soit 1.500 €/mois maximum, grosso modo), contribuent quant à eux/elles, plus ou moins directement, à la réalisation de la valeur marchande (prix du produit sur le marché), donc de la PLUS-VALUE ; laquelle, tant que le bien n'est pas vendu, reste "emprisonnée" dans le "capital-marchandise". En effet, toute valeur produite est d'abord produite comme capital-marchandise, et ne peut se réaliser que si elle trouve des acheteurs, qu'il s'agisse de capitalistes (pour des moyens de production) ou de particuliers, pour des biens de consommation (La crise actuelle : une crise par surproduction absolue de Capital, Rapporti sociali n°0, automne 1985). On a là les "préparateurs/trices de commande", les transporteurs, les vendeurs/euses et les caissiers/ères des commerces de distribution, les secrétaires d'entreprise qui prennent les commandes, etc. ;

- il existe une certaine masse de travail non-productif de plus-value, mais nécessaire à l'organisation sociale telle qu'elle est conçue : petits fonctionnaires ("catégories C"), petit emploi public ou associatif en général, etc. On peut l'assimiler au prolétariat non-ouvrier, en tout cas, il est un allié naturel du prolétariat ;

- au delà de la "dignité minimale d'existence socialement admise", ces contributeurs/trices à la réalisation de la plus-value forment les couches moyennes-inférieures du salariat ; l'on peut y ajouter les fonctionnaires ("catégories B") et employé-e-s public-que-s du même standard de vie ;

TOUT CE QUI PRÉCÈDE (avec les agriculteurs, "indépendants" ou micro-employeurs du même standard de vie) FORME LES CLASSES/MASSES POPULAIRES

- les couches moyennes-supérieures (entre, disons, 2.000 et 3.500 €/mois) et supérieures (au delà) ont plus clairement une fonction de courroie de transmission, plus ou moins directe, du Capital ; voire de "représentants physiques directs" (cadres supérieurs/dirigeants, directeurs de sites de production, gérants d'entreprises etc.) ;

- il en va de même pour les cadres administratifs et autres hauts fonctionnaires, courroies de transmission de l'État bourgeois, y compris dans la "défense du capitalisme contre lui-même" (ministères "sociaux") ;

- les non-salariés : paysans (exploitants agricoles), "indépendants" (auto-entrepreneurs), petits et moyens employeurs (éventuellement "franchisé-e-s"), professions libérales etc., peuvent être réparti-e-s selon leurs revenus en pauvres, moyen-pauvres, moyen-riches et riches ; ils ne sont pour autant JAMAIS des prolétaires ;

- les fonctions visant à protéger le fonctionnement capitaliste de la société contre les masses populaires (police, justice, "assermentés" en tout genre) forment une catégorie à part, même en ayant un standard de vie "populaire" (de l'ordre de 1.500 € nets/mois ou un peu plus) ;

Enfin, il y a les "représentants physiques" de la bourgeoisie monopoliste, dont les revenus sont de plusieurs dizaines voire centaines de milliers d'euros par mois. Qu'ils s'intitulent "administrateurs", "gérants", ou "cadres dirigeants" officiellement "salariés", ou "simples actionnaires", ils forment (hors exceptions individuelles que l'on peut toujours imaginer) l'ennemi absolu du prolétariat et des classes populaires. Les "professionnels de la politique" ont également souvent, avec leurs indemnités, des revenus très élevés (de plus, ils sont souvent, à l'origine, hauts fonctionnaires ou professions libérales, voire entrepreneurs, avec un "joli" patrimoine). Les artistes, sportifs etc. sont "leur propre capital" et peuvent avoir des revenus extrêmement élevés (plusieurs millions d'euros par an) ; cependant, issus des classes populaires, certain-e-s peuvent conserver des idées assez progressistes.

En dernière analyse, il est également possible de dire qu'un prolétaire, c'est un-e travailleur/euse salarié-e qui ne touche PAS 100% (voire souvent beaucoup moins) de la valeur créée par son travail (son travail créée une valeur de 10 €, il/elle en touche 6 par exemple). Quelqu'un qui touche autour de 100% est un petit-bourgeois : indépendant, 'libéral' ou cadre moyen-bien-sup'-quand-même ; encore que ce ne soit jamais aussi simple : ainsi sur les 'indépendants' et les paysans pèse une 'nouvelle féodalité' faite de toute sorte de charges, taxes etc., quand ce n'est pas déjà (tout simplement pour commencer) la LOCATION du fonds de commerce ou de la terre lorsque l'on est pas propriétaire, ou encore l'achat 'forcé' à des conditions désavantageuses par les centrales de la grande distribution, toutes choses venant ponctionner une part non négligeable de la valeur/produit du travail ; dans tous les cas, cela ne veut pas du tout dire systématiquement avoir de gros revenus (loin de là). Quelqu'un qui par contre, juridiquement 'chef d'entreprise' ou juridiquement 'salarié' (cadre supérieur/dirigeant, haut fonctionnaire), touche PLUS DE 100% de la valeur qu'il crée réellement, autrement dit PERÇOIT DE LA VALEUR CRÉÉE PAR LE TRAVAIL D'AUTRUI (par qui d'autre, si ce n'est pas par lui ?), appartient à la BOURGEOISIE proprement dite. Évidemment, selon les métiers, ce peut être assez difficile à évaluer : le niveau de salaire est alors un indice important (c'est pourquoi nous insistons beaucoup là-dessus, contre beaucoup de marxistes 'orthodoxes').


Sur "l'économie de services" : de plus en plus, on entend des spécialistes bourgeois parler "d'économie de services" pour les sociétés capitalistes avancées (d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord, ou d’Asie-Pacifique). Et, il est vrai, c'est l'impression  que l'on peut avoir au premier abord ; puisque, dans ces pays, l'économie productive, c'est à dire (en définitive) les personnes salariées comme "ouvriers", ne représentent plus que (généralement) le quart de la population active. Pour autant, pour SLP, "l'économie de services", cela ne veut rien dire, cela n'existe pas.

Concrètement, les "services", ça consiste en quoi ?
- le commerce ? Distribution de la production.
- le transport ? Distribution ou organisation de la production.
etc. etc.

Globalement, les "services" se décomposent en :

- accessoires de la production pour la réalisation de la plus-value, dans le cadre de la détection de la demande, de l'acheminement de la production à celle-ci etc. : transport, conditionnement, manutention, travail "en bureaux" dans les entreprises productives, et bien sûr commerce de distribution.
- gestion de la production (travail "en bureaux", comptabilité etc.).  

Tout cela, en dehors des personnes ayant des fonctions de direction, d'encadrement ou "à responsabilités" quelconques, constitue le prolétariat non-ouvrier, qui contribue à la création de valeur ou à la réalisation (marchande) de celle-ci, sans la créer directement par son travail.

- services contribuant à l'organisation de la vie productive et de la vie sociale en général. Certains sont ce que l'on appelle généralement les "services publics" (postes et télécommunications, énergie et eau, transport ferroviaire et aérien de marchandises, transport de personnes en général, éducation et formation initiale et continue de la force de travail, administration de la collectivité, protection sociale), bien que (globalement) jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, et de plus en plus depuis les années 1980, ils soient aux mains de capitaux privés, et non de l’État capitaliste. D'autres ont toujours été privés (propreté des établissements de production et de formation, des administrations etc., transport routier et maritime de marchandises, professions juridiques etc.).

- services contribuant au maintien physique de la force de travail : ce sont les services de santé, les activités (publiques ou libérales) de médecine.

- il existe, effectivement, des services totalement liés à la vie sociale non-productive : services liés à l'apparence des personnes (coiffure, esthétique), ou à leur divertissement, leurs loisirs. Ils répondent à une capitalisation des "normes sociales communément admises". Cependant, beaucoup de personnes se les administrent gratuitement par elles-mêmes, ou grâce à leurs proches, amis etc. (on peut se faire couper les cheveux par quelqu'un, se "faire une beauté" soi-même, s'amuser avec ses potes sans aller ni au bar, ni au cinéma ni à un concert...).

- enfin, il y a des services que l'on peut qualifier de "domestiques", achetés à titre particulier par les personnes qui en ont les moyens : entretien du domicile (ménage etc.), jardinage, cuisine, garde des enfants, enseignement particulier à domicile, auxiliaires de vie (pour les personnes âgées ou handicapées) etc. Ce sont, finalement, des survivances de la "domesticité" d'Ancien régime. Cela reste quand même marginal.

Dans ces 4 types de services qui précèdent, nous avons du prolétariat non-ouvrier, du salariat non-productif assimilable par le niveau de vie (dans l'administration et les "services publics", l'éducation/formation, la santé et les services domestiques), des indépendants (dans la "beauté" et les loisirs) mais aussi des salariés de ceux-ci, des professions libérales (dans la santé ou le juridique) avec également des salariés, et des couches "moyennes-inférieures" (encore populaires) du salariat ; ou moyennes-supérieures dès lors qu'il y a "responsabilités".

  1-france-automobile-technologies-renault-nissan_282.jpgcall-center.jpgclass_ouvriere_noussommeslepouv.jpg

     

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • Servir Le Peuple : le blog des Nouveaux Partisans
  • : Retrouvez SLP sur son nouveau site http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/ Servir Le Peuple est un média COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE, marxiste-léniniste-maoïste, visant par la RÉFLEXION, l'INFORMATION et l'ÉDUCATION POLITIQUE ET CULTURELLE de masse à favoriser la renaissance du mouvement communiste révolutionnaire dans l'État français et le monde francophone.
  • Contact

Les articles des derniers mois :

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014

Retrouver Servir le Peuple sur son NOUVEAU SITE
servirlepeuple.eklablog

DOSSIER PALESTINE (conflit de juillet 2014) :
Sionisme, islamisme et ennemi principal : quelques précisions
Post-scriptum important : le cas Feiglin
Le sionisme, "fils de France"
Au cas où il serait utile de le préciser...
Deux clarifications importantes
Flash info en direct : ils ont semé la hoggra, ils ont récolté l'Intifada !
Flash info - importance haute : la manifestation pro-palestinienne de demain à Paris est INTERDITE
Le problème avec la Palestine...
Grande manif contre les crimes sionistes à Paris (13/07)
Magnifique manifestation pour la Palestine à Tolosa, capitale d'Occitanie occupée
Petites considérations sur le sionisme et l'identification-"obsession" palestinienne
Considérations diverses : une mise au point nécessaire sur nos positions internationalistes et aux côtés des Peuples

juin 2014

POSITION DES COMMUNISTES RÉVOLUTIONNAIRES DE LIBÉRATION OCCITANE SUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET EUROPÉENNES DES PROCHAINS MOIS

L'affaire Dieudonné-Valls :
Plutôt bon article sur la ‘Déclaration de guerre de la République à Dieudonné’ (la pseudo-controverse réactionnaire entre l’antisémite dégénéré et les gardiens du temple républicain)
Quelques mises au point complémentaires (et conclusives) sur la ‘‘question Dieudonné’’ (et Dreyfus, le Front populaire, l’antisémitisme etc.)
Réflexion théorique : loi Gayssot, lois antiracistes et "mémorielles", "antifascisme" bourgeois etc., quelle position pour les communistes ?

Dossier Breizh :
Breizh : comment l'étincelle écotaxe a mis le feu à la lande
"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"
Considérations diverses – en guise de ‘‘petit debriefing’’ de ces derniers mois : Bretagne, fascisme, ‘‘Lumières’’ et Kaypakkaya… (point 1)
Considérations diverse (26/11/2013) : eh oui, Servir le Peuple a toujours quelques petites choses à vous dire ;-) (point 1)
Appel de la gauche indépendantiste bretonne (Breizhistance) pour le 30 novembre (avec notre critique de la position du ROCML)
Le Top Five des drapeaux qui n'ont PAS été inventés par un druide nazi  (mortel !)
Et en guise (provisoire) de conclusion : La Gauche indépendantiste bretonne revient sur la mobilisation de Karaez/Carhaix

Comité de Construction du PCR des Terres d'Òc : Déclaration du 11 Novembre

La phrase du moment :

"La tyrannie cessera parmi mon peuple ; il n'y aura que liberté, liberté toute nue, sans déguisement. Bouleversements d’États entiers : je les renverserai de fond en comble, il n'y aura rien de reste. Il va y avoir de terribles renversements de conditions, de charges et de toutes choses. Je veux faire un monde nouveau, je veux tout détruire. Je veux appeler à moi la faiblesse, je veux la rendre forte. Pleurez gens du monde, pleurez grands de la terre, vos puissances vont tomber. Rois du monde, vos couronnes sont abattues !"

Élie Marion, "prophète" et guérillero camisard cévenol, 1706.

Amb l'anma d'un Camisart, Pòble trabalhaire d'Occitània endavant !

 

Recherche

Liens

État français : 

Quartiers populaires - Colonies intérieures :

Peuples en Lutte (Hexagone) :

Autres pays francophones :

Internationalisme :

Castillanophones (État espagnol et Amérique latine) :

Lusophones (Brésil & Portugal)

Italophones :

Anglophones (Îles Britanniques & Amérique du Nord)

Germanophones et scandinaves : 

À l'Est, du nouveau : 

Grèce :

  • KOE ('maoïsant', allié à la gauche bourgeoise SYRIZA, en anglais) [dissous dans SYRIZA en 2013, publie maintenant Drómos tis Aristerás, en grec]
  • KKE(m-l) (marxiste-léniniste 'maofriendly', partie en anglais, le reste en grec)
  • ANTARSYA (Coordination de la gauche anticapitaliste pour le renversement, avec des trotskystes, des 'maos' etc., en grec)
  • ANTARSYA - France (site en français)
  • Laïki Enotita ("Unité populaire") - France (en français et en grec, scission anti-capitulation de SYRIZA, pour s'informer)
    EKKE (Mouvement communiste révolutionnaire de Grèce, 'maoïsant' et membre d'ANTARSYA, présentation en anglais, le reste en grec)

Karayib (Antilles-Guyane) & Larényon (Réunion) okupé : 

Monde arabe / Résistance palestinienne :

État turc / Kurdistan : 

  • Maoist Komünist Partisi (PC maoïste de Turquie/Kurdistan-Nord)
  • DHKP-C (ML, tendance 'guévariste')
  • TKP/ML (maoïste)
  • MLKP (ML, site francophone)
  • ATİK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe, maoïste, en anglais)
  • Nouvelle Turquie (information et soutien à la Guerre populaire et aux luttes, en français) [ancien blog]
    Nouvelle Turquie (nouveau site)
  • YPG (Unités de Protection du Peuple, Kurdistan "de Syrie", en anglais)
    PKK (Kurdistan "de Turquie", site en anglais)
    PYD (Parti de l'Union démocratique, Kurdistan "syrien", site en anglais)
    ActuKurde (site d'information en français)

Afrique :

Asie & Océanie :

Antifa :

Action Antifasciste Bordeaux (plus mis à jour, mais "cave aux trésors")

AA Alsace (idem)

Union Révolutionnaire Antifasciste du Haut-Rhin (URA 68, page Facebook)

Collectif Antifasciste Paris - Banlieue

Action Antifasciste Paris - Banlieue

Montpellier Antifa

Collectif Antifasciste 34

Collectif Antifasciste Rennais (AntifaBzh)

Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne (CARA, page Facebook)

Carcin/Quercy Antifascista (page Facebook)

Occitània Antifascista (page Facebook)

Breizh Antifa (page Facebook)

Perpignan Antifa (page Facebook)

Action Antifasciste de Pau

Union Antifasciste Toulousaine

Ipar Euskal Herria Antifaxista (Pays Basque du Nord antifasciste)

REFLEXes - site d'informations antifascistes

La Horde, portail d'information antifa

Rebellyon - rubrique "Facho"

Redskins Limoges

Droites extrêmes - blog Le Monde (site d'information bourgeois bien fourni, parfait pour le "watch")

Document : Ascenseur pour les fachos (série de 6 vidéos Youtube, Antifascisme.org, site social-démocrate)

 

Guerre pop' - Asie du Sud :

Inde Rouge (nouveau site "officiel" francophone)

Comité de Soutien à la Révolution en Inde

Comité de solidarité franco-népalais

Fil d'actu "Inde - Népal" du Secours Rouge - APAPC

J. Adarshini (excellent site en français)

Revolution in South Asia (en anglais)

Maoist Resistance (guérilla maoïste indienne - en anglais)

NaxalRevolution (Naxalite Maoist India, en anglais)

Banned Thought (en anglais)

Indian Vanguard (en anglais)

The Next Front (Népal - anglais)

Signalfire (sur la GPP en Inde et aux Philippines, le Népal et les luttes populaires dans le monde - en anglais)

Communist Party of India (Marxist-Leninist) Naxalbari (a fusionné avec le PC d'Inde maoïste le 1er mai 2014)

New Marxist Study Group (maoïste, Sri Lanka)

Parti communiste maoïste de Manipur (page Facebook)

 

Guerre pop' - Philippines :

Philippine Revolution (en anglais)

The PRWC Blogs

(tous deux remplacés apparemment par ce site CPP.ph avec notamment les archives d'Ang Bayan, l'organe officiel du Parti)

Solidarité Philippines

Fil d'actu "Philippines" du Secours Rouge - APAPC

 

Guerre pop' & Luttes armées - Amérique latine :

CEDEMA - actualité des mouvements armés en Amérique latine (+ qqs documents historiques)

 

Nuevo Peru (Pérou, basé en Allemagne, en castillan et allemand principalement)

Guardias Rojos (Pérou, page FB)

Fil d'actu "Amérique latine" du Secours Rouge - APAPC

Archives

Autres documents théoriques

 

Récapitulatif des "grandes thèses" de Servir le Peuple


À lire également, les Considérations Diverses, petits "billets" trop courts pour faire un article et donc regroupés par trois, quatre ou plus, exprimant notre CONCEPTION DU MONDE sur toute sorte de sujets. 


En finir avec la 'France', appareil politico-militaire et idéologique de nos oppresseurs ! (1) et (2) 

En finir avec la 'France' (3) : l'État bourgeois contemporain et nos tâches

Même étude sur l'État espagnol (1 et 2) ; le Royaume-Uni (1 et 2) et l'Italie.

 

APRÈS 8 SÈGLES… (Huitième centenaire de la bataille de Muret 1213 & DÉCLARATION FONDATRICE de notre Comité de Construction du PCR-Òc)

 

V. I. Lénine : "Il y a deux guerres" 

 

Le 18 Juin, une date symbolique pour les fascistes


Réflexion sur la déviation ouvriériste – Avant-propos

Réflexion sur la déviation ouvriériste : la classe ouvrière, le prolétariat et la révolution. 


Sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Rectificatif sur le Gouvernement de Bloc Populaire

Encore une fois sur le "Bloc populaire" et la QUESTION ELECTORALE


Harry Haywood contre la Théorie des Trois Mondes et les dérives réactionnaires des « prochinois »


TKP(ML) : On ne peut pas être communiste sans défendre le maoïsme


La Question nationale au 21e siècle 

Considérations diverses : un (gros) pavé sur la Question nationale...

Clarification sur l'encerclement du 'Centre' par la 'Périphérie'

 

Pour comprendre la Tempête arabe, avoir une analyse de classe correcte de la situation

(n)PCI : La révolution démocratique anti-impérialiste des pays arabes et musulmans

 

2011 : un point indispensable sur le fascisme et l'antifascisme pour les années à venir

 

Thèses fondamentales pour la construction partidaire


Sur le processus révolutionnaire

Sur le processus révolutionnaire (2) : vers le communisme

 

La "négation de la négation" et le maoïsme


Considérations diverses : Sur la question du SECTARISME

 

(Conception du monde) Le Parti révolutionnaire : ARTISAN conscient... ou 'accompagnateur contemplatif' du mouvement historique ?


Sur la 'révolution permanente' et le trotskysme

 

Le 'centre mlm' de Belgique, la Guerre populaire et le (n)PCI (sur la stratégie révolutionnaire en pays impérialiste) ; et dans la continuité :

Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (1ère partie)

et Gramsci et la théorie de la Guerre populaire en pays capitaliste très avancé (2e partie)

 

 

Sur le document "Expériences, débats et perspectives" du PC d'Équateur - Comité de Reconstruction, adressé au Mouvement communiste international

 

EXCLUSIF : Lotta Continua - "Prenons la Ville !" (1970) [avec un salut rouge et fraternel à l'AA Bordeaux ]


Manifeste Programme du (n)PCI

Présentation

du chap. 1 du Manifeste pour les lecteurs/trices francophones (valable pour tout le Manifeste)

 

(Chapitre I): PDF - WORD

 

Le Plan Général de Travail ((n)PCI)

 

 MANIFESTE COMPLET

(version non-définitive ; chap. 4 et 5 pas encore validés par les camarades italiens)

 

IMPORTANT pour la compréhension du Manifeste :

La crise actuelle, une crise par surproduction absolue de capital (en PDF)

article de 1985 paru dans Rapporti Sociali n°0

[en bas de la page en lien, icône
PDF - Télécharger le fichier pour télécharger le document]

Autres analyses d'actualité

Sarkozy en Chine : ramener le "péril jaune" dans le "droit chemin"

L'accord Iran-Turquie-Brésil, dans la droite ligne de la visite de Sarkozy en Chine

Turquie, Iran, Kurdistan, Israël : qu'en est-il ?


L'expulsion des Rroms, un nouveau (grand !) pas dans la mobilisation réactionnaire de masse


Nouvelle crise : deux Présidents en Côte d’Ivoire


Chute de Ben Ali : une victoire pour les masses


Pour la "petite" histoire : Marine Le Pen succède (comme prévu) à son père.

Retour sur les cantonales : des signaux déterminants pour l'avenir

Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Ce qui a merdé en Libye...


Défections à l’UMP : la décantation idéologique de la bourgeoisie s’accélère


Palestine : Derrière l'accord Hamas-Fatah, la Tempête arabe ?


Situation décisive au Népal 

En matière de conclusion sur la situation au Népal, et ses répercussions dans le Mouvement communiste international 

Questions-réponses sur la situation au Népal

 

Discussion sur la "gauche" en Amérique latine et la bourgeoisie bureaucratique

 

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria : l'analyse d'un communiste abertzale

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 2e partie

Sur la liquidation réformiste en Euskal Herria, 3e et dernière partie  

 

 

Considérations du 01/10/2012 : Copé, "droite décomplexée", montée du fascisme et islamophobie

Considérations diverses : Encore une fois sur la question du fascisme (22/10/2012)

Considérations diverses (26/10/2012) : 'traditions' politiques bourgeoises et fascisation ; question nationale et identitarisme ; 'émergentisme' et islamophobie

 

Considérations diverses (19/01/2013) : Retour sur la situation au Mali (osons le "cosmopolitisme" et la "géopolitique" !)

 

Mort d'Hugo Chávez au Venezuela


Considérations diverses 03-2013 - et un peu de polémique/critique, ça fait pas de mal ! (sur Chavez, le 'bolivarisme', le 'fascisme' de celui-ci et autres choses...)


Sur le capitalisme bureaucratique des pays dominés et le prétendu 'fascisme' de certains régimes réformistes bourgeois


La tragédie de Lampedusa est un crime impérialiste de plus contre l’humanité

Autres articles historiques

 

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets met fin au salazarisme

 

24 mars 1976, noche negra de Argentina : pour ne jamais oublier

La dictature militaire argentine de 1976 - 1983

 

Pierre Mulele, héros et martyr d'Afrika


Thomas sankara, leader d'un authentique processus révolutionnaire

Le 15 octobre 1987 tombait thomas sankara, le "che" africain 

 

Etudions l'histoire de la Révolution chinoise


Bref panorama historique révolutionnaire des Amériques


Quand Argala répondait (par anticipation) à certaines "lumières éclairées" du "marxisme" le plus social-chauvin...


Document historique : Déclaration "Aux Peuples d'Amérique latine" par la Junte de Coordination Révolutionnaire (Tupamaros-MIR-ELN-ERP) - 1er novembre 1974


35 ans après le coup d’État pro-soviétique, les peuples d'Afghanistan continuent de résister héroïquement aux envahisseurs impérialistes


Grande étude historique : du païs à la Commune populaire, de la communauté populaire précapitaliste à la société communiste

Illustration de la théorie par un exemple historique : la Guerre des Demoiselles en Ariège

Et en guise de récapitulatif/synthèse : Considérations diverses sur les États, les Nationalités, la Subsidiarité et le Pouvoir populaire ; ici (point 1) : Considérations diverses – fin octobre 2013 : État et révolution bourgeoise et ici : Considérations diverses : 1/ Le cœur des nations est aujourd’hui le Peuple